Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 00:15
Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes, Editions Glénat, 2016

 

Japon, fin du XIXe siècle. Dans une société en crise, le Voleur mène une double vie. Le jour, il œuvre dans le restaurant portuaire de son père. La nuit, il dévalise la colline aux palais. Ce qui le guide : le frisson de l’aventure, la sensation de liberté, le sentiment que le monde lui appartient.

Jusqu’au jour où il cambriole le gouverneur. Jusqu’au jour où sa fille découvre son visage. Entre l’héritière, promise à un destin qu'elle refuse, et le Voleur, piqué dans son orgueil, se noue alors un étrange chassé-croisé...

Inclassable, poétique et artistique, Le Voleur d’estampes saura vous inviter au voyage dans une histoire dessinée et racontée comme un recueil d'estampes japonaises...

Selon l'éditeur

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Après des études aux Beaux-Arts de Rennes, Camille Moulin-Dupré s'engage au sein du collectif Un regard moderne (auprès de Bazooka, Kiki et Loulou Picasso, Olivia Clavel, Placid, Chris Marker, et bien d'autres). Il crée plus de trois cents animations pour la Toile et participe aux résidences lors des projections ou expositions du groupe. En 2005, il se consacre aux comics alternatifs américains et à l’animation nipponne. En 2009, il publie pour Vivement lundi ! son premier court-métrage, Allons-y ! Alonzo !, en hommage à Jean-Paul Belmondo – il s’inspire d’Hergé et de sa ligne claire. A la maison des auteurs d’Angoulême, entre 2011 et 2013, il invente Le Voleur d'estampes, dans la tradition des grands maîtres : Hiroshige, Harunobu et Hokusaï.

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes, pp. 22-23

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes, pp. 72-73

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes, pp. 86-87

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes

Camille Moulin-Dupré, Le Voleur d'estampes, pp. 154-155

 

L'histoire d'un jeune homme, commis de cuisine le jour et monte-en-l'air la nuit, qui s'introduit chez les notables pour leur dérober toutes sortes d'objets, nous rappelle Arsène Lupin. L'histoire est là. Ce n'est pas seulement une histoire, c'est une écriture, un graphisme calme et tranquille en noir et blanc.

 

Un chef-d'œuvre.

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 00:15
Trio Esperança, De Bach à Jobim

Trio Esperança, De Bach à Jobim, Gérard Gambus & Philippe Avril, Dreyfus/Sony, 2010

Trio Esperança, De Bach à Jobim

Trio Esperança est un ensemble vocal brésilien composé par les sœurs Correa – Regina, Eva et Mariza –, dès les années '60. La France est leur second pays. Elles y donnent leur album De Bach à Jobim, puis Doce França en hommage à la chanson française.

 

Trio Esperança, A Rosa (Rancho Das Flores), in album De Bach à Jobim, 2010

 

Trio Esperança, Caminho Da Razão, Desafinado, A Rosa (extraits), in album De Bach à Jobim, 2010

 

On aura reconnu Johann Sebastian Bach dans Caminho Da Razão et A Rosa, Antônio Carlos Jobim dans Desafinado.

 

Trio Esperança, La vie en rose, 1993

 

Trio Esperança, La bohème, ca 2010

 

Quelle merveille !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 00:15
Epictète, De l'attitude à prendre envers les tyrans – une couronne de roses

Epictète, De l'attitude à prendre envers les tyrans et autres textes, texte établi et traduit du grec ancien par Joseph Souilhé avec la collaboration d'Amand Jagu – extraits des Entretiens –, Folio Sagesses, Gallimard, 2016

 

« Si un homme possède une supériorité quelconque, ou s’imagine du moins la posséder, alors qu’il n’en est rien, cet homme, s’il manque d’éducation philosophique, en sera inévitablement tout bouffi d’orgueil. Le tyran dit, par exemple : "Je suis le plus puissant du monde." »

L’enseignement du sage Épictète est d’une grande modernité : un manuel de savoir-vivre et de liberté de pensée.

4e de couverture

Epictète, De l'attitude à prendre envers les tyrans – une couronne de roses

Epictète, Ἐπίκτητος – homme acheté, serviteur –, est né à Hiérapolis, en Phrygie, vers l'année 50. Esclave d'un affranchi de Néron, Epaphrodite, il devient lui-même affranchi. Dans les années '90, il est banni de Rome – l'empereur Domitien s'accommodant mal des philosophes qui dénoncent la tyrannie. Il se retire à Nicopolis, en Epire où il vit dans la pauvreté en compagnie d'une femme et d'un enfant adopté. Il ouvre une école stoïcienne de grande renommée. Son enseignement est oral. Il meurt à Nicopolis, probablement vers l'an 125 ou 130.

Epictète est, avec Sénèque et Marc Aurèle, une grande figure du stoïcisme romain des premiers siècles. Il présente une philosophie qui repose essentiellement sur la raison de nature divine et la liberté de l’homme. Son enseignement se fonde sur la distinction entre « ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Dépendent de nous l’opinion, la tendance, le désir, l’aversion, en un mot toutes nos œuvres propres ; ne dépendent pas de nous le corps, la richesse, les témoignages de considération, les hautes charges, en un mot les choses qui ne sont pas nos œuvres propres. »

 

Le tyran n'a aucun pouvoir. Il ne peut faire que mon désir se réalise ni même que son désir advienne.

Mais quoi ? Est-ce que je ne prends pas soin de mon âne ? Est-ce que je ne lui lave pas les pattes, ne l'étrille pas ? Ne sais-tu pas que tout homme prend soin de lui-même ? Et pour toi, est-on aux petits soins comme on l'est pour son âne ?

 

_ Mon nom restera [dit le tyran].

_ Ecris-le sur une pierre et il y restera. Voyons, hors de Nicopolis, qui gardera ton souvenir ?

_ Mais je porterai une couronne d'or.

_ Si en tout et pour tout tu désires une couronne, prends une couronne de roses et mets-la sur ta tête : ton aspect en sera plus élégant.

 

Une belle leçon d'élégance en temps de corruption.

Epictète, De l'attitude à prendre envers les tyrans – une couronne de roses

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de chinoiseries
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 00:15
Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, William Christie

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, William Christie

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

 

Une interprétation flamboyante, émouvante, empreinte d’humanité.

 

La reine Caroline fut une figure féminine emblématique du XVIIIe siècle : épouse du roi George II d’Angleterre, femme d’une grande beauté, défenseur des arts et des sciences, Caroline d’Ansbach fut aussi l’amie et la protectrice de Handel. C’est à lui que furent confiées les musiques solennelles destinées aux grandes cérémonies qui accompagnèrent son règne – aussi bien The King shall rejoice donnée pour son couronnement et celui du roi, que le Te Deum Queen Caroline écrit pour son arrivée officielle en Angleterre mais aussi The ways of Zion do mourn qui résonna lors des funérailles de la reine.

 

Handel, Music for Queen Caroline, The King shall rejoice, HWV 260, 4 - Alleluia ! Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

 

Les Arts Florissants et réjouissants.

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 00:15
Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Yves Battistini, Trois contemporains, Héraclite, Parménide, Empédocle – traduction nouvelle et intégrale avec notices, Les Essais LXXVIII, Galimard, 1955/1961

 

Héraclite.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Hendrick ter Brugghen, Héraclite, huile sur toile, 1628, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Sa pensée ne nous est parvenue que par la tradition orale, la mémoire des témoins, en fragments – comme le maître s'y complaisait.

Héraclite est un des premiers maîtres de la dialectique. Est-il obscur ou bien poète de la Nature autant que philosophe ? Sa vision du monde en mouvement dans sa densité éternelle est actuelle, selon le mot de Nietzsche : le monde, dans son éternel besoin de vérité, a éternellement besoin d'HéracliteLa philosophie à l'époque tragique des Grecs, 1873.

 

Ποταμῷ γὰρ οὐκ ἔστιν ἐμϐῆναι δὶς τῷ αὐτῷ.

On ne descend pas deux fois dans le même fleuve.

 

Les chercheurs d'or creusent beaucoup et trouvent peu.

 

Puisse la richesse ne vous manquer jamais, Ephésiens, afin que votre corruption soit manifeste.

 

Héraclite est notre contemporain.

 

Parménide.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Raphaël, Parménide, L'École d'Athènes, détail, 1509-1510

 

De son poème Sur la nature ne nous sont parvenus que cent cinquante vers : un préambule, où le poète est présenté à la déesse Dikê, une première partie sur la vérité, une seconde sur l'opinion.

 

Εἰ δ΄ ἄγ΄ ἐγὼν ἐρέω, κόµισαι δὲ σὺ µῦθον ἀκούσας : ἡ µὲν ὅπως ἔστιν τε καὶ ὡς οὐκ ἔστι µὴ εἶναι.

Allons, je vais parler et toi recueille mes paroles : être est et non-être n'est pas.

 

Τὸ γὰρ αὐτὸ νοεῖν ἐστίν τε καὶ εἶναι.

Même chose se donne à penser et à être [et c'est l'être].

 

Si l'être est et si le non-être n'est pas, alors que la pensée et l'être ne font qu'un, comment puis-je penser le non-être ? Parménide refuse le concours des sens et en même temps il écrit : Allons, je vais parler et toi recueille mes paroles.

 

La perception est au cœur de la question.

Qu'y a-t-il (à penser) ? Que perçoit-on ? Voyons René Magritte, La Condition humaine I, ouvrons le dialogue.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

René Magritte, La Condition humaine I, 1933, The National Gallery of Art, Washington

 

_ Qu'y a-t-il derrière la toile peinte posée sur un chevalet devant la fenêtre ? Ce qu'on voit sur la toile ? Une imagination de l'artiste ? Rien ?

_ Que voit-on derrière la toile peinte posée sur un chevalet devant la fenêtre ? Evidemment, on ne voit rien.

 

On peut apprendre à regarder.

Le réel n'est ni de l'ordre d'un univers idéel dont ne nous serait donnée que l'ombre portée ni de l'ordre d'une pure représentation détachée. Nous sommes impliqués dans notre perception du monde et en même temps nous partageons notre expérience avec d'autres témoins (le dialogue, τὸ διάλογος). Ce que nous révèle une œuvre d'art – notre histoire toujours recommencée.

 

Empédocle.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Michael Wolgemut and Wilhelm Pleydenwurff, Empedocles, gravure, Liber chronicarum, 1493

 

Empédocle d'Agrigente eut un rôle politique majeur dans sa cité. En démocrate, il lutta contre les ennemis de la liberté qui aspiraient à la tyrannie. Il ne reconnaissait qu'un seul dieu, la Matière éternellement vivante, sans cesse mouvante, conscience pensante et réalité sensible. Il s'opposait à ceux qui faisaient du sacré une profession et voulait briser les cages de la servitude, lever les interdits : pour cela, on le bannit.

Dans son poème philosophique Sur la nature de l'univers, il réalise une synthèse de la pensée de ses prédécesseurs. Quatre éléments composent l'univers : le feu, l'air, la terre et l'eau, en même temps matériels et doués de conscience. Deux forces conduisent l'univers selon des cycles nécessaires : la Haine et l'Amour.

Selon Nietzsche, il est « la figure la plus bariolée de la philosophie ancienne ».

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de chinoiseries
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 00:15
Damien Guillon, Le Banquet Céleste, J. S. Bach Psalm 51, A. Vivaldi Nisi Dominus

J. S. Bach Psalm 51 BWV 1083 (after Pergolesi's Stabat Mater), A. Vivaldi Nisi Dominus RV 608, Le Banquet Céleste, Damien Guillon, contre-ténor & direction, Céline Scheen, soprano, Glossa, 2016

Damien Guillon, Le Banquet Céleste, J. S. Bach Psalm 51, A. Vivaldi Nisi Dominus

Damien Guillon, né en 1981, a suivi sa première formation musicale en 1989 à la Maîtrise de Bretagne dirigée par Jean-Michel Noël. Il étudie ensuite au sein de la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles, dirigée par Olivier Schneebeli. En 2004, il est admis au sein de la Schola Cantorum Basiliensis pour y suivre l’enseignement du contre-ténor Andreas Scholl – on l'entend. Il étudie également l’orgue et le clavecin. Dès son enfance, il se produit sur de nombreuses scènes, en France et à l'étranger. En 2009, il crée son ensemble Le Banquet Céleste avec lequel il travaille sur le répertoire baroque – sa discographie est déjà riche de récompenses et d'éloges.

 

Le Banquet Céleste, Damien Guillon / Céline Scheen, Bach et l'Italie

 

Damien Guillon, Le Banquet Céleste, A. Vivaldi Nisi Dominus RV 608, Glossa, 2016

 

Son interprétation lumineuse de deux psaumes, l'un de Bach inspiré du Stabat Mater de Pergolesi, l'autre de Vivaldi, dans sa dimension éminemment concertante, est merveilleuse.

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 00:15
Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin (Γιάννης Ξανθούλης, Ο Τούρκος στον κήπο, Εκδόσεις Καστανιώτη, 2001), traduit du grec par Florence Lozet, Actes Sud, 2005 – Illustration de couverture : Bo Bartlett, Noreaster (détail)

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

Né en 1947 à Alexandroupolis, près de la frontière turque, Yannis Xanthoulis vit aujourd'hui à Athènes. Certains de ses nombreux romans, extrêmement populaires en Grèce, sont traduits en plusieurs langues.

Selon l'éditeur

 

Athènes, été 1958. Le jeune Ilias, qui vient de perdre sa mère, s'installe chez son père et sa belle-mère, domestiques à demeure d'une octogénaire d'origine turque. Quand celle-ci rencontre le fils de son jardinier, la vieille dame est étonnée par la prescience qu'il semble avoir de certains détails la concernant, et elle se persuade bientôt qu'il pourra lui permettre d'entrer en contact avec son frère adoré, mort trop tôt. Dans une maison bruissante de mémoire et embaumée de parfums insolites, Ilias devient malgré lui le passeur d'une histoire de sang dont l'épilogue se jouera, quarante ans plus tard, dans une Istanbul transfigurée par la neige.

Si les fantômes s'abritent dans l'ombre de ce roman, c'est pour contraindre les vivants à affronter les renoncements et les impostures sur lesquels se sont construites leurs vies. Car cette métaphore onirique des relations gréco-turques est nourrie d'une réflexion sur la peur de l'autre l'Etat voisin, l'inconnu, l'adulte qu'on devient en grandissant, et sur le destin, sur les héritages inéluctables qu'il faut assumer sous peine de se perdre.

Selon l'éditeur

 

Ce n'était quand même pas un monstre, ce gamin !

 

Héraclès et Vasso vont ensemble.

 

Héraclès est le père d'Ilias. Vasso est la mère de Bella. Ilias a perdu sa mère et Bella a perdu son père : ils sont orphelins.

 

Vasso sent circuler dans la chambre rose de sa patronne comme des traces de l'abîme bienveillant de la religion. Comme une « nausée sacrée ».

 

La vieille dame, Méropé-Justine-Rana, est capricieuse.

 

Mehmet, jeune orphelin recueilli par sa vieille tante Zeynep, serait-il en miroir d'Ilias en un autre temps ?

 

Un jour, Ilias connaît un vomissement hors du naturel, un déluge de mots inconnus à la manière des parolles gelées.

 

Nourritures terrestres, un fil bien connu des lecteurs de Libellus.

 

Ilias commence à avoir faim. Se présente alors une poule au pot, une grosse poularde ramenée du champ voisin, avec salade et fromage.

 

Plus tard... A Constantinople, un festin lui est servi par Kaplanzi, un Turc.

 

La table est mise de roses blanches et jaunes fraîchement cueillies. En entrée, un potage de simples poireaux, une soupe délicieuse accompagnée d'un vin noir dans une carafe en cristal. Suit un mets nomade d'Anatolie : Viande d'agneau, graisse, riz, gros sel, poivre noir et noix muscade, le tout cuit à la braise dans une sorte de puits en terre. La cervelle de l'animal trône, entière, au centre du plat. Les couilles sont broyées dans le riz avec le sel et le poivre.

 

Bon appétit !

 

Le vin est enivrant. On se rafraîchit la bouche, avant le dessert, en mordant un radis ferme et piquant.

On apporte alors le baklava, décoré de feuilles d'or broyées au-dessus de la surface croustillante. Il y eut encore du halva blond avec de la poudre de cannelle et des noisettes grillées. Et de la confiture de roses.

Un café ? Lourd, odorant et bien évidemment turc – servi dans la bibliothèque.

 

Ilias entend la voix d'Ella Fitzgerald, Holy night.

 

Ella Fitzgerald ft Ralph Carmichale & Orchestra, Silent Night, Capitol Records, 1967

 

La neige tombait toujours.

 

Un Kaplanzi peut en cacher un autre.

 

Ilias... Il eut faim subitement quand d'alléchantes odeurs de friands à la viande hachée et aux épinards lui chatouillèrent le nez. Il entra dans un café-restaurant et goûta aux feuilletés que des femmes d'Anatolie, expertes, pétrissaient devant lui en petite tenue, accroupies devant des tables basses recouvertes de farine.

 

Ce roman goûtu taquinant nos papilles décrit un monde chiffré et corrompu, injuste et glacé.

 

Yueyin, une frugale, moins objective que Lou dans sa relation, a aimé l'œuvre « pour sa réinterprétation onirique des Grandes espérances ».

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 00:15
Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music

Deux amis liés dans la mouvance de la samba et de la bossa nova depuis cinquante ans – un siècle à eux deux.

 

Gilberto Passos Gil Moreira, Gilberto Gil, né le 26 juin 1942 à Salvador de Bahia, est un musicien, compositeur, interprète brésilien – ancien ministre de la Culture au gouvernement Lula da Silva, entre 2003 et 2008.

 

Caetano Emanuel Viana Teles Veloso, Caetano Veloso, né le 7 août 1942 à Santo Amaro da Purificação dans l'Etat de Bahia, est un musicien brésilien parmi les plus populaires – João Gilberto a dit à propos de la contribution de Caetano à la musique brésilienne : « il a ajouté une dimension intellectuelle à la musique populaire brésilienne »,

 

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

 

Une merveille ! Chantons et dansons sur un rythme lent, loin des rythmes barbares, malgré les rythmes fous. La fête est dissociée du bruit.

 

Caetano Veloso & Gilberto Gil, Coração vagabundo, in album Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 01:15
Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons (Δημοσθένης Κούρτοβικ, Η νοσταλγία τῶν δράκων, Εστία, 2000), traduit du grec par Caroline Nicolas, Actes Sud, 2004

 

Une momie préhistorique disparaît du sous-sol poussiéreux d’un musée athénien. Le professeur Ion Dragonas, conservateur du musée, est pris à partie publiquement, accusé d’incompétence par les uns, soupçonné de complicité avec les ravisseurs par les autres. Pour prouver son innocence, mais surtout pour récupérer un trésor qu’il ne se pardonne pas d’avoir mésestimé, il parcourt l’Europe en compagnie d’Andromaque Koutroubas, jeune commissaire de police chargée de sa surveillance, mais bientôt aussi de sa protection. Car la momie ne reste pas longtemps la seule victime de mort violente.

D’Athènes à Gênes, Copenhague, Berlin, et jusqu’au cœur des Balkans, au fil d’une enquête qui mêle coups de théâtre, rencontres étonnantes et découvertes anthropologiques, le professeur et son acolyte croisent les témoins et acteurs d’un monde en déroute qui a vu s’écrouler ses utopies en même temps que le mur de Berlin. Dans la science ou dans le pouvoir, dans le sexe ou dans la foi, chacun cherche désespérément un sens à donner à sa vie – ou à sa mort.

4e de couverture

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Scientifique, critique littéraire, écrivain et traducteur, Démosthène Kourtovik est né en 1948 à Athènes. Il a étudié la biologie à Athènes et à Stuttgart et a terminé en Pologne un doctorat consacré à l’évolution de la sexualité humaine au cours des âges – une matière qu’il a ensuite enseignée à l’université de Crète, en même temps que la sexualité dans l’art. Il est aujourd’hui critique littéraire pour le journal Ta Néa. Il a déjà publié une quinzaine d’ouvrages (romans, recueils de nouvelles, essais, aphorismes, etc.) et traduit un grand nombre de livres de huit langues différentes. Il maîtrise au total une quinzaine de langues. Certains de ses romans ont été traduits en allemand, italien, suédois et danois.

Selon l'éditeur

 

Incipit

 

LE 3 AOÛT, DANS LE TRAIN ZURICH-STUTTGART

 

Au troisième jour de leur voyage, la commissaire Andromaque Koutroubas demanda à son compagnon de route, ou plus exactement son détenu, le professeur Ion Dragonas :

Dites-moi, monsieur le professeur... Pourquoi au juste cette momie est-elle si importante ?

Plaît-il ?

[...]

Plaît-il ?

[...]

Cela dit, savez-vous où a été trouvée la plus ancienne momie humaine ?

En Grèce, n'est-ce pas ?

 

Eh bien, la momie la plus ancienne, tout au moins dans l'Ancien Monde, serait Ötzi, l'homme de la vallée de l'Ötztal, mort congelé dans un glacier.

La momie d'Ibykos, notre chère disparue, est peut-être bien plus ancienne – sept ou huit mille ans.

Ibykos a été assassiné : s'agirait-il du premier meurtre attesté dans l'histoire de l'humanité ?

 

Ion Dragonas reçoit régulièrement une lettre du Centre mondial de la biographie : l'emblème de la Fondation est un serpent rouge qui s'enroule autour d'un cormoran blanc. Première piste, première secte.

 

A Stuttgart, en attendant le train pour Münster, Ion et Andromaque se rendent au restaurant : il choisit des saucisses aux lentilles – il y a des compensations dans le long périple du récit, même si Andromaque n'apprécie pas le goût de son compagnon.

 

Les fidèles de la Lune mère pratiquent le suicide collectif, selon un plan qui représenterait un Z de travers.

Nouvelle piste, autre secte.

 

Peut-être les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être.

 

En effet, une troisième secte serait sur la piste de la momie, un chemin jonché de cadavres – on ne s'ennuie pas en voyage.

 

On se rappelle la parole de Tobie.

 

De même, j’enterrais tous ceux que tua Sennakérib. Il faut savoir que, lorsqu’il revint en fuite de Judée, aux jours du jugement que lui infligea le Roi du ciel pour les blasphèmes qu’il avait proférés, Sennakérib tua, dans sa fureur, de nombreux fils d’Israël ; je dérobais leurs corps et je les enterrais ; Sennakérib les chercha et ne les trouva pas.

Tobie, 1, 18

 

Les péripéties se répètent et ça part dans tous les sens : « Plus on en sait, moins on comprend. »

 

D'où vient Ibykos ? Là est l'énigme.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Partons pour les îles.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Ibykos viendrait de Kimolos, un îlot près de Milos dans l'archipel des Cyclades.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

La roue tourne !

 

Où se trouve Ibykos ? A Wrocław, c'est bien sûr ! Est-ce bien Ibykos ? C'est peut-être un montage. S'agirait-il d'un complot ?

 

Le mot de la fin. Irina, jeune et néanmoins ancienne amie de Ion Dragonas agonisait dans les métastases. Bonne nouvelle – quoique peu rassurante même si l'anecdote est fréquente –, les médecins se sont mélangé les pinceaux dans les analyses : ses douleurs viennent d'une maladie bénigne, elle est guérie !

 

Rocambolesque ! selon Yueyin qui ne craint pas le fantôme de Pierre Ponson du Terrail : - )

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 01:15
Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines – Locke, Marais, Rameau, Rebel, Vivaldi, Telemann – 1674-1764, Le Concert des Nations, dir. Jordi Savall, Alia Vox, 2016

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

 

Ecoutez !

 

Partager cet article

Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

 


 
Handicap International

un clic sur les images