Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 23:01
Manon Ferrer, Le sang des abeilles – la mélodie du bonheur

Manon Ferrer, Le sang des abeilles, Mondadori/France/Nous Deux, 2014

Manon Ferrer, Le sang des abeilles – la mélodie du bonheur

Le chant des abeilles – les reines vierges

 

Au milieu des flammèches qui virevoltent, de la fumée épaisse comme un brouillard, le bâtiment gémit du sol au plafond.

Dans la fournaise, les vitres éclatent. Les meubles craquent et noircissent. Des débris incandescents s'écrasent sur un tapis de flammes dans un nuage obscur. Ce n'est pas seulement la maison qui brûle, mais les granges, l'herbe jaunie et, là-bas, les ruches, dans une odeur insoutenable. Le pigeonnier résiste encore. Pour combien de temps ?

 

Quelques mois plus tôt...

 

Inès, vendeuse dans une luxueuse parfumerie des Champs-Élysées, a connu un chagrin d'amour. Elle voudrait tout quitter. Quand un notaire de province lui apprend qu'elle est l'héritière d'une bastide dans le Lubéron, elle boucle ses valises et part pour une nouvelle vie.

Elle ignore tout de ce vieil apiculteur qui lui a légué son domaine. Et pourtant, elle est plus proche de lui que ses cousins.

Au Café de la Place, certains n'aiment pas les étrangers. Patrick, le jeune patron, qui a fait l'école hôtelière d'Aix-en-Provence, accueille gentiment la Parisienne. Éric, le gérant du camping, voudrait agrandir son terrain en rachetant le domaine laissé par Alphonse. Il semble méchamment prêt à tout pour l'emporter.

 

Oui, quand on a lu la 4e de couverture, on comprend dès la page 9 que le gentil n'est pas gentil et que le méchant n'est pas méchant. C'est si joliment conté.

 

Je t'aime, Inès.

Elle frémit. [Il] pose délicatement ses lèvres sur les siennes. Son cœur s'affole.

[…]

La meilleure place est dans le champ derrière le verger ! Pour la bastide, j'ai déjà trouvé un bon entrepreneur, un ami. Les travaux peuvent commencer dès la semaine prochaine.

Inès secoue la tête.

Non. J'ai besoin d'une maison entièrement à moi, dans laquelle je construirais mes propres souvenirs.

Il rectifie avec tendresse.

Notre maison !

La jeune femme se cale contre son bras. Il se penche et l'embrasse sur l'oreille. La musique de ce baiser est celle du bonheur.

Mariette se détourne. Des larmes ruissellent sur ses joues. Elle contemple le pigeonnier que le feu a miraculeusement épargné. Pour toujours, il se dressera face aux montagnes rouges pour lui rappeler combien elle aussi avait aimé un homme. Alphonse, l'homme aux millions d'abeilles.

 

Henri Salvador (Paroles : Maurice Pon), L'abeille et le papillon, 1953

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 13/05/2014 18:38

Mince ce n'est donc pas un roman à l'eau de rose, je déprime !

Lou de Libellus 15/05/2014 19:21

Non, je n'ai plus de lavande. C'est un peu dommage, les lavandes bourdonnaient d'abeilles. J'avais même pensé mettre deux ou trois ruches au fond du jardin, mais je n'ai pas étudié pour. Il y a encore plein d'abeilles, dans les rosiers. Je vais peut-être refaire une prairie fleurie dans une de mes clairières, ça avait bien marché.

des pasperdus 15/05/2014 11:45

Merci.
N'aurais-tu pas modifié la jaquette du livre pour nous faire admirer tes terres, au demeurant bien entretenues ?

Lou de Libellus 14/05/2014 06:50

Certes, ce n'est pas le Roman de la Rose.
http://classes.bnf.fr/livre/livres/rose/index.htm
Il faut cliquer sur l'icône placée au-dessous du livre.

A venir, un ouvrage de littérature pour la jeunesse, la jeunesse d'antan.
Ensuite, pour les grands, Orwell, tu seras cité.

 


 
Handicap International

un clic sur les images