Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 01:39
Tony Hillerman, Skinwalkers – a nightmare of ritual witchcraft

Tony Hillerman, Skinwalkers, Anthony G. Hillerman, 1986 ; Harper, 2011 – Cover art by Peter Thorpe

Tony Hillerman, Skinwalkers – a nightmare of ritual witchcraft

Tony Hillerman, Anthony Grove Hillerman, né le 27 mai 1925 à Sacred Heart, Oklahoma, et mort le 26 octobre 2008 à Albuquerque, Nouveau-Mexique, est l'auteur de romans policiers ethnologiques et d'essais. Ses récits se tiennent dans la région des Four Corners, à la frontière du Nouveau-Mexique et de l'Arizona. Les premiers personnages sont Joe Leaphorn et Jim Chee de la police tribale Navajo.

 

Three shotgun blasts rip through the side of Officer Jim Chee's trailer as the Navajo Tribal Policeman sleeps. He survives, but the inexplicable attack has raised disturbing questions about a lawman once beyond reproach.

Lieutenant Joe Leaphorn wonders why Chee was a target and what connection the assault has to a series of gruesome murders that has been plaguing the reservation. But the investigation is leading them both into a nightmare of ritual witchcraft, and blood... and into the dark and mystical domain of evil beings of Navajo legend, the « skinwalkers ».

4e de couverture

 

On tire sur l'officier Jim Chee dormant dans son mobile home, trois autres personnes sont découvertes assassinées, dans différents lieux autour de la réserve navajo. Chee et le lieutenant Joe Leaphorn de la police tribale navajo ne trouvent que peu d'indices, de petits morceaux d'os trouvés dans les corps et dans les douilles utilisées lors du tir contre Chee. L'enquête les conduit vers la sorcellerie navajo, les Porteurs de peau (Skinwalkers). Leaphorn ne voit dans la légende qu'une superstition, mais Chee ne peut écarter la tradition.

 

Le roman a été adapté pour la télévision américaine, sur la chaîne PBS, en 2002, sous la direction de Chris Eyre, avec Wes Studi dans le rôle de Joe Leaphorn, Adam Beach dans celui de Jim Chee, dans une production de Robert Redford.

 

When the cat came through the little trapdoor at the bottom of the screen it made a clack-clack sound. […] an uneasy dream.

 

But in a moment he was fully awake, and the uneasiness was replaced by happiness. Mary Landon would be coming. Blue-eyed, slender, fascinating Mary Landon would be coming back from Wisconsin. Just a couple of weeks more to wait.

 

Officer Jim Chee. Navajo. Today he and Jay Kennedy would go out and arrest Roosevelt Bistie so that Bistie could be charged with some degree of homicide – probably with murder. Not a complicated job, but unpleasant enough to cause Chee to change the subject of his thinking again. He thought about the cat. What had driven it in ? The coyote, maybe. Or what ? Obviously something the cat considered a threat.

 

Lieutenant Joe Leaphorn, Navajo, had gone to his office early.

Emma, sa femme, souffrait de la maladie d'Alzheimer. It was incurable. Sa sœur, Agnes, est venue vivre à la maison pour l'assister dans ses derniers moments. And thus Leaphorn found himself uneasy when he was alone with Agnes.

 

Given quiet, and a little time, Leaphorn's mind was very very good at this process of finding logical causes behind apparently illogical effects.

 

Leaphorn's map [was] decorated in a hundred places with colored pins […]. Leaphorn was interested only in three brown pins with withe centers. They marked his homicides.

Homicides were unusual on the reservation.

[…]

Now there were three. […] Irma Onesalt […] Dugai Endocheeney […] Wilson Sam.

The autopsy [of Wilson's corpse] suggested a time of death about the same as Endocheeney's. […] It would have been very difficult for the same man to have killed them both.

[…]

Unless he was a skinwalker.

 

Roosevelt Bistie wasn't at home, his daughter informed them [Jay Kennedy and Jim Chee, coming to pick him up and talk to him].

Bristie's Daughter probably understood English as well as Kennedy, and spoke it as well as Chee, but the way she had chosen to play the game today, she knew only Navajo.

 

L'enquête peut apporter une réponse rassurante, mais l'énigme demeure.

 

« Doesn't matter, anyway », Chee said.

« It's finished. »

 

Une écriture tranchante comme les crocs d'un coyote et douce comme les plumes d'une chouette. Les skinwalkers se métamorphosent à leur gré.

 

On retrouve souvent uneasy, mal à l'aise, uneasiness, malaise, dream, mode cauchemar.

 

Un grand roman.

 

Tony Redhouse, Traditional Navajo Chant

 

Lu en anglais ? C'est la faute à Yueyin.

Chez Yueyin, sa lecture.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 09/12/2014 21:14

J'en ai lu un dans ma jeunesse mais pas celui-là... Si si tu que c'est un grand roman, je le mets en tête sur liste...
J'ai été déçu par notre ami nippon..

Lou de Libellus 10/12/2014 06:44

Dans ta jeunesse... au printemps dernier.
Notre ami nippon, Seichō ? Il est bien écrit que c'est très léger

yueyin 09/12/2014 10:40

J'adore Hillerman, même si ses derniers romans sont un peu moins bons, il a écrit quelques merveilles qui resteront pour toujours dans mon top de relecture... te dirais-je l'émotion que je suis entrée en territoire navajo le mois dernier... même si nous n'y sommes resté que trop peu, ça valait le détour :-) Hillerman a aussi livré un livre de souvenir où il parle entre autre de son temps de soldat en Europe alors qu'il s'enfonçait dans l'est - pour libérer les populations en théorie - et que grandissait son sentiment d'errance, mais aussi ensuite l'Amérique d'après guerre, la publication plus tard de son premier roman malgré les réticences des éditeurs qui trouvaient que ça aurait été mieux s'il avait enlevé tous ces trucs indiens :-D

Lou de Libellus 09/12/2014 10:50

"ça aurait été mieux s'il avait enlevé tous ces trucs indiens"
L'Indien mis à nu par Yueyin, même.

 


 
Handicap International

un clic sur les images