Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 00:15
Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette, in Anthologie, Maisons Hantées, Éditions Luciférines, 2015 – avec Chris Vilhelm, Raphaël Boudin, Quentin Foureau, Jérémy Bouquin, V.F.F. Pouget, Yann Isoardi, Antoine Téchenet, Emmanuel Delporte, Mahaut Davenel, Vincent Tassy, Hélène Duc, Mickaël Feugray, Nicolas Saintier, Floriane Soulas, David Mons, Bruno Pochesci, Jean-Charles Flamion

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Antoine Téchenet (photo : Lomig Perrotin)

Naviguant entre différents mondes, Antoine Téchenet s’intéresse aux mécanismes cosmiques qui dirigent notre univers, et plus précisément aux créatures qui vivent tapies dans les interstices des dimensions. Né en 1974, il s’est fait connaître en 2012 pour avoir retranscrit le Culte des Goules de François-Honoré de Balfour, Comte d’Erlette, un ouvrage maudit de 1703 dont le contenu avait été perdu. Passionné d’ambiances post-apocalyptiques, d’exploration urbaine et de cataphilie, il chasse sans répit le fantastique dans l’apparente routine de nos vies. Et parfois, il en fait un compte-rendu écrit…

 

Qu’elles soient perdues au milieu des bois, héritées d’un grand oncle ou cachées dans la brume, les maisons hantées sont des motifs familiers de l’horreur. Depuis Le Château d’Otrante de Walpole et l’apparition du roman noir anglais au XVIIIe siècle jusqu’au slasher moderne, il est devenu impossible de passer à côté de ces lieux maudits où la réalité se distord.

En hommage à l’intarissable production littéraire et cinématographique qui se plaît à abandonner ses personnages entre des murs de plus en plus étroits, dix-sept auteurs ont proposé leurs huis-clos les plus angoissants. De hautes tours gothiques, un appartement d’étudiant, un motel d’où on ne revient pas… chaque nouvelle présente un édifice dans lequel il serait imprudent de s’aventurer très longtemps. Spectres, démons, souvenirs d’un autre temps et monstres cannibales ont un sens de l’accueil particulier… Alors, comme le disait si bien Dante : Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance…

Des textes inquiétants, violents, insolents, qui n’hésitent pas à s’amuser de nos peurs les plus profondes.

(source : éditeur)

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Codex se connecta immédiatement sur son profil CKZone lorsqu'il reçut la notification d'un nouveau message privé. Un message de Bok, qui lui disait avoir mis la main sur un terrain de jeu incroyable, et qui se terminait par un lien internet compliqué, mais où apparaissait dans une gangue improbable de chiffres et de lettres le mot URBEX.

 

Un jeu de piste posté par un certain Drosera13 – la coqueluche de Marseille pour les homéophiles.

 

L'Hôtel de Resusci – son nom en urbex, car on n'appelle jamais les lieux par leur vrai nom avant qu'ils ne soient complètement défoncés et devenus sans intérêt – se trouvait au 145 de la rue Lafayette.

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Le 145 est un immeuble typiquement haussmannien qui n'éveille aucune curiosité particulière, il en est presque décevant.

 

A la lecture, on n'est pas déçu. Ça tourne en bouillie, en gargouillis, tout ruisselle de sang et de traînées blanchâtres, tout dégage une odeur effroyable.

Hmm...

 

Autres œuvres d'Antoine.

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Antoine Téchenet, François-Honoré De Balfour, Comte d'Erlette, Le Culte Des Goules – Traité Sur La Servitude Des Ames, Ses Rites Et Caules Et Comment En User, Éditions Mnémos, Ourobores, 2012

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Antoine Téchenet, Codex Urbanus, A Vandal Bestiary, Critères, Opus Délits, à paraître le 16 mai 2015

Antoine Téchenet, 145 rue Lafayette – cataphilie oblige

Codex Urbanus aux champs.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

despasperdus 09/05/2015 16:57

Codex tombe l'anonymat. J'en ai photographié un cette semaine près de ma bibliothèque.
Tu n'as pas osé photographier la voiture qu'il t'a offert?Ne nie pas, vous avez une relation particulière.

Lou de Libellus 09/05/2015 18:42

La voiture n'était plus déplaçable, il ne m'a même pas offert une miniature. Je dis sa louange gratuitement, pour le salut de son âme noire.

 


 
Handicap International

un clic sur les images