Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 00:15
Robert Schumann, Isabelle Faust – l'incandescence

Robert Schumann, Concerto pour violon, Trio avec piano n° 3, Isabelle Faust, violon, Freiburger Barockorchester, dir. Pablo Heras-Casado, Harmonia Mundi, 2015 – 1 CD + 1 DVD

Robert Schumann, Isabelle Faust – l'incandescence

Isabelle Faust est née en 1972 à Stuttgart. A l’âge de 11 ans, elle fonde un quatuor à cordes ; quatre ans plus tard, elle obtient un prix au concours Leopold Mozart ; en 1993, elle remporte le concours Paganini à Gênes.

Elle interprète Fauré, Debussy, Janacek, Bartok, Szymanowski, et Dvorak, Beethoven, Olivier Messiaen, Jörg Widmann, Gyorgy Ligeti, André Jolivet, Thomas Larcher, Michel Jarrell, et Johann Sebastian Bach – Sonates et Partitas pour violon seul.

Elle est cousue de prix. Elle joue un Stradivarius de 1704, La Belle au Bois Dormant.

 

Robert Schumann, Concerto pour violon, Isabelle Faust, violon, Freiburger Barockorchester, dir. Pablo Heras-Casado, 2015

 

Le Concerto pour violon de Schumann revient de loin. Mis sous séquestre pendant cent ans, il reparaît en 1937, l'année où le Concerto pour violon de Mendelssohn est interdit par les nazis en raison des origines juives de son auteur.

 

Une partition sulfureuse, semée d'embûches.

Yehudi Menuhin, Gidon Kremer, Nikolaus Harnoncourt n'ont pas craint de s'y brûler.

L'incandescente Isabelle Faust allume le feu.

 

Le Freiburger Barockorchester est clair, délié et coloré dans sa lecture d'une écriture prophétique.

 

Robert Schumann, Concerto pour violon,Yehudi Menuhin, violon, New York philharmonic orchestra, dir. Sir John Barbirolli, 1938 – le son Menuhin.

 

* * *

 

Pour les djeunes instruits en musique et en art gothique.

 

Isa, c'est pas une frimante, è joue pas hyperclitoridien, j'la kiffe dans les julots en laminoir. Nan, è joue pas d'la machine à coudre, Isa, c'est un plumier, soye à c'qu'on t'dit, et è joue méchant, faut voir comme è fait la pompe et l'rail en compagnie et comme elle envoye la purée dans la danska. Et pis è crache pas sur le sauciflard.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

Le Gentil 31/05/2015 21:02

Partie carrée à 11 ans : putain, ces artistes ! [N.B. : virgule, et substantif exclamatif adverbial : asexué]

Lou de Libellus 01/06/2015 08:21

C'est pas une frimante !

Lou de Libellus 25/05/2015 12:22

Le staff du Nouvel OverBlog ayant supprimé (parmi bien d'autres choses) le module "Commentaires récents", je vous transmets une information très intéressante donnée par Hervé MICHEL, ce jour-même, à propos de 'James Joyce – la petite musique de Finnegan - 02' - http://www.libellus-libellus.fr/article-19250288.html (le staff a également supprimé les liens actifs, il faut copier et coller dans la barre d'adresse du navigateur)

De Hervé Michel :
"Bonjour

permettez moi de vous signaler la traduction complète que j'ai faite de Finnegans Wake sur le site https://sites.google.com/site/finicoincequoique/

vous pouvez trouver aussi un résumé de Finnegans Wake sur l'article Wikipédia : Finnegans Wake

https://fr.wikipedia.org/wiki/Finnegans_Wake"

des pas perdus 25/05/2015 11:49

Je note la belle pochette. Fut un temps où les albums de musique classique étaient à chier par rapport à celles du rock.

Lou de Libellus 25/05/2015 12:21

Je ne connais pas l'oeuvre rock d'Isabelle Faust. Je ne connais pas non plus l'oeuvre classique de Catherine Lara ; - )

des pas perdus 25/05/2015 09:00

Cool la meuf, j'ai pigé que le dernier paragraphe de ton billet !

Lou de Libellus 27/05/2015 12:02

: - )))

des pas perdus 26/05/2015 19:18

Œuvre classique de C. Lara : enfin, voyons, en voilà un drôle de pléonasme !

Lou de Libellus 25/05/2015 09:27

Si d'autres demandent une traduction, tu le feras - mais ils n'oseront pas.

 


 
Handicap International

un clic sur les images