Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 00:15
Typex, Rembrandt

Typex, Rembrandt – traduit du néerlandais par Daniel Cunin, Casterman, 2015

Typex, Rembrandt
Typex, Rembrandt

Typex (Raymond Koot)

Typex, Rembrandt

Rembrandt van Rijn, Zelfportret, 1659, National Gallery of Art, Washington, D.C.

 

Rembrandt Harmenszoon van Rijn est né le 15 juillet 1606, rue Weddesteeg, à Leyde, dans les Provinces-Unies. Son père est meunier, sa mère est fille de boulanger – une bourgeoisie aisée. Il suit l'école latine, institution calviniste donnant un enseignement religieux approfondi, où il prend ses premiers cours de dessin ; après un séjour en philosophie et en dilettante à l'Université de Leyde, il se met à la peinture.

Typex, Rembrandt

Rembrandt van Rijn, De Nachtwacht, 1642, Rijksmuseum, Amsterdam

Typex, Rembrandt

Rembrandt van Rijn, De Staalmeesters, 1662, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Typex (Raymond Koot) s’intéresse au personnage Rembrandt plutôt qu’à son œuvre : fantasque, capricieux, vaniteux, arrogant et animé d'empathie pour les autres. Il en fait ainsi le portrait d'un homme, avec ses joies et ses déceptions, avec ses femmes, Saskia, Geertje, Hendrickje, épouses, mères, modèles, concubines.

Typex, Rembrandt

Typex, Rembrandt, page 16

 

L'Atelier, au fil des ans.

Typex, Rembrandt

Typex, Rembrandt, page 101

Typex, Rembrandt

Typex, Rembrandt, page 232

Typex, Rembrandt

Typex, Rembrandt, page 238

 

L'objet est curieux. Comme relié à l'ancienne, avec nerfs au dos et incrustations d'or, tranches dorées. Des marques d'usure tracées sur la couverture.

 

On trinque, on festoie, on courtise.

 

L'ouvrage se termine par un carton à dessins contenant les brouillons de l'œuvre.

 

Jouissif, émouvant, en grâce.

 

Francesca Caccini, Io Mi Distruggo, et Ardo, in Il Primo Libro delle Musiche, Firenze, 1618 – Henriette Feith, soprano ; Jasper Schweppe, baritone ; David van Ooijen, theorbo

(Henriette est... oui, charmante.)

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

Le Gentil 22/06/2015 11:14

Un esprit fort avisé (insuffisamment souligné). En effet, s'il fait en dilettante un séjour en philosophie à l'Université, il risque de n'être pas licencié en philosophie. Mais si -quod scriptum est, scriptum- il fait "un séjour en philosophie et en dilettante à l'Université", il court chance d'être reçu à la licence en dilettante, à défaut de l'être aussi à la licence en philosophie. Comme quoi, il vaut mieux avoir deux fers au feu : Giacometti l'eût dit.

Lou de Libellus 22/06/2015 12:19

Et le ζεῦγμα dans tout ça ?

des pas perdus 21/06/2015 19:30

Un peintre pour la fête de la musique... Tu n'es pas à une contradiction près ! Plus sérieusement, l'ouvrage alterne écrits et dessins ?

Lou de Libellus 21/06/2015 20:01

C'est une bande dessinée, 260 et quelques pages, avec des dessins muets et des dessins à bulles.
Tu oublies Francesca Caccini et Henriette, fête de la musique et de la femme : une compositrice au XVIIe siècle, ce n'est pas fréquent.

 


 
Handicap International

un clic sur les images