Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 00:15
Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque

Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque, Éditions Galilée, 2015

Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque

Jean Starobinski

Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque

Miquel Barceló

Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque

Miquel Barceló, Frontispice

 

L'image figure au seuil de cet essai de Jean Starobinski, Interrogatoire du masque, qui pourrait apparaître comme le dénouement épuré, décanté, de la réflexion menée depuis plus d'un demi-siècle par l'écrivain et essayiste – il a fait du masque, symbole et métaphore du travestissement, du paraître et de l'illusion, l'un des motifs essentiels et récurrents de son travail.

Nathalie Crom, Télérama n° 3414, 20 juin 2015

 

L’être humain est le vivant dont l’existence s’accompagne d’une aptitude à se faire être de façon accrue, à se manifester dans des rôles surajoutés.

Pour soutenir ces rôles, dans la vie comme sur la scène, il fallut des grimages ou des masques, pourvoyeurs de simulation et de dissimulation, producteurs d’une mimique efficace. Les masques furent tantôt des porteurs de souveraineté, et tantôt aussi bien d’infamie ou de ridicule. Pour des sujets dans l’obligation de faire face, ils furent des figures de secours. Ils permirent de faire jouer de concert l’occultation et la manifestation.

Ce recueil de quelques études comporte les pages toutes récentes sur « Les pouvoirs du masque » qui figurèrent en tête du catalogue de l’exposition Masques, Mascarades, Mascarons que le musée du Louvre a offerte au public en 2014.

D’autres textes du présent recueil appartiennent à une époque où mon intérêt se portait sur les ennemis des masques dans la tradition littéraire française. Le texte intitulé « Interrogatoire du masque » est une fantaisie juvénile qui n'a jamais paru à nouveau depuis sa publication en revue datant de 1946.

Jean Starobinski

 

Incipit

 

Le masque, d’immémoriale origine, a été pour les humains un suppléant, un vecteur de puissance, ou, pour qui n’en possédait pas la maîtrise, un redoutable antagoniste. Façonné de main humaine, il est composé de matériaux très divers et de toutes provenances : glaise, bois, herbes ou feuillages, cuir, métaux, coquillages, parfois verre ou miroirs… La présence du masque, si fréquente, et dans de si nombreuses cultures (mais pour nous, Européens, surtout dans le passé gréco-latin), atteste qu’il

est, comme le langage articulé, l’une des manifestations révélatrices de la condition humaine. Puisqu’il couvre, protège et parfois supplante la face, il n’est pas un outil semblable à d’autres. II est une face nouvelle, produite par un agencement de matériaux et parfois d’objets, soutenue par l’espoir d’agir sur ses alentours ou peut-être encore au-delà, par le moyen de signes efficaces, d’une portée supérieure à ceux que le seul visage nu est estimé capable de manifester. Il mène à son terme ce que le tatouage ne fait qu’ébaucher. Son pouvoir est double, car en lui coexistent des possibilités de simulation et de dissimulation, vie et mort, passé ancestral et présence dans le surgissement. Il satisfait un désir d’auxiliaires et de maîtrise, un besoin d’étendre sa domination, que l’être humain est seul à éprouver au même degré parmi les vivants.

 

Il persiste en chacun de nous une région d'enfance où les masques sont puissants. Ils apparaissent entre la nuit et le jour, mais la nuit tombe vite, et tout un champ de foire s'allume pour les recevoir. La grande folie du Carnaval agite ses oripeaux...

 

Un souvenir d'enfance de Jean Starobinski, à Genève, où chaque année en décembre se tient l'Escalade, une fête populaire donnant lieu à des diableries carnavalesques. C'était, dans la nuit hivernale, un moment d'étrangeté, qui a perduré dans ma mémoire, écrit-il.

 

C'est Carnaval, la fête s'allume, les ombres dansent. Le masque assure l'impunité. Un jeu autorisant la figure (le simulacre) du mystère en pleine lumière avant le retour à la nuit.

 

Les temps ont changé. Le Mensonge, ayant pris figure et puissance, ayant armé les peuples de pied en cap, s'est logé au cœur de notre réalité sans réalité.

 

Violence, destruction, angoisse.

 

Les masques tombent, disent les politiciens. Tous les marchés de coquins et de dupes commencent par un : « Parlons franc ! » Carnaval est mort.

 

La parole mensongère peut susciter des images qui s'imposeront sans difficulté par leur vérité d'images, tant qu'elles n'auront pas été supplantées victorieusement par l'image de la vérité.

La vérité elle-même n'est qu'une image tant qu'elle n'est pas avérée.

Jean Starobinski, Miquel Barceló, Interrogatoire du masque

James Ensor, La mort et les masques, huile sur toile, 1897, Musée des Beaux-Arts, Liège – © ville de Liège

 

« Un monde si monstrueusement perdu dans le mensonge est un monde sur qui la mort a prise. »

James Ensor

 

Le réel semble s'être retiré dans les profondeurs de l'absurde, forme sournoise de la mort. La dissimulation tragique masque la vérité insoutenable. Comme un malentendu.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de chinoiseries
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 20/07/2015 19:09

J'ôte le masque de mon inactivité...

Lou de Libellus 20/07/2015 19:51

Oui, j'ai vu cela chez toi. Ils t'ont relâché. Garde ton loup.

Le Gentil 17/07/2015 14:13

Excellente nouvelle. Le Louvre offre ses billets ! Toutefois pour la gratuité, voyez ses conditions de vente...

Lou de Libellus 17/07/2015 14:34

L'entrée au musée du Louvre (collection permanente ou exposition des artistes en intérim qui se font virer au bout d'un mois) est gratuite le premier dimanche de chaque mois, d'octobre à mars. Gratuité pour tous le 14 juillet. Tu l'as manqué.

Le Gentil 17/07/2015 09:35

Notre service enquêteur nous informe que l'exposition "Masques, Mascarades, Mascarons" était certes accessible mais avec le billet d'entrée au musée, soit 12 €. Elle ne peut donc être dite avoir été "offerte au public",ainsi que l'écrit le vieux maître. Le catalogue de La Redoute lui-même aurait précisé : attention, ceci n'est pas un cadeau gratuit. Vérité qui n'est pas insoutenable : juste "comme un malentendu".

Lou de Libellus 17/07/2015 09:56

Tu n'as pas lu le dictionnaire.
"Proposer à telle ou telle condition. Il offre tant de ma ferme. Il m'a offert de me vendre son étude."
Littré, 1863-1877
Il ne m'a pas offert son étude. Tu ne m'as pas offert ta lecture de cet essai, que tu n'as pas lu.

 


 
Handicap International

un clic sur les images