Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 00:15

La collection Rouge Passion, Harlequin, est de saison. En juillet-août, les blogs sont désertés, comme Paris, pour les bords de mer. Partons pour la plage avec de belles et courtes chroniques annoncées.

L'été à la plage – Ariel Berk, Les hauts de Glenville

Ariel Berk, Les hauts de Glenville (Teacher's Pet, 1985), traduction française de Catherine Berthet, Harlequin, 1993

 

Courtes chroniques ? Ces ouvrages majeurs de la littérature mériteraient des commentaires mot à mot.

 

Relisons Ariel Berk, Les hauts de Glenville.

 

Ça commence ainsi :

« Mon chéri ! Quelle surprise !

Êtes-vous libre pour déjeuner, ma chérie ? »

Et ça finit par :

Et au moment où ils franchissaient, ensemble, le seuil de la maison, main dans la main, yeux dans les yeux, personne n'aurait pu se douter etc.

 

Vous lisez : Oh, c'est une happy end comme on en trouve à la fin de tous ces petits romans à l'eau de rose. Erreur ! vous n'avez pas lu : c'est le commencement d'un drame.

 

Reprenons.

 

Ils vont main dans la main, ensemble : c'est plus pratique d'être ensemble quand on marche main dans la main – à moins d'avoir le bras long.

 

Ils franchissent le seuil de la maison : il y a un seuil, un écueil. Main dans la main : vous voyez ? Il n'est pas écrit : ils entrent main dans la main par le vaste portail du château. Vous avez une maison ? La porte de votre appartement fera l'affaire. Si vous cherchez à entrer avec votre chérie (ou chéri – on ne reprendra pas la variante féminin-masculin), ensemble, main dans la main, l'un des deux va se fracasser contre le mur – en général, une porte est entourée d'un mur : fracture du crâne, six mois d'hôpital, un an de rééducation pour les séquelles – votre chérie est rétablie, complètement, elle est tombée amoureuse du kinésithérapeute, ils vont se marier, elle est venue vous l'annoncer... mais n'anticipons pas.

 

Les yeux dans les yeux ? Même sans le seuil, si vous vous promenez avec votre chérie en la regardant dans les yeux, vous allez trébucher. Avec l'écueil, vous vous affalez sur le carrelage de l'entrée : trois ans dans le coma.

« Mon chéri ! Quelle surprise ! Tu es réveillé ! En forme ? Es-tu libre pour le banquet ?

– Jeee suiiis à la noooce. »

Ces derniers mots, pleins de joie et d'espoir, ont été mâchouillés sur un ton qui tient autant à l'amertume du cœur qu'à la crampe faciale. Il n'y a pas d'amour heureux.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

yueyin 02/09/2015 20:19

enfin de l'action :-)

Lou de Libellus 03/09/2015 06:42

Celui-là m'a beaucoup plu.

des pas perdus 12/08/2015 19:37

Il se fait discret l'ami Codex...

Lou de Libellus 13/08/2015 08:30

Il continue à repeindre les murs de la capitale, mais Don Quichotte, l'hidalgo, veille.
J'ai reçu mon éventail, et plusieurs autres cadeaux - seuls les privilégiés de Facebook l'ont vu.

des pas perdus 08/08/2015 18:43

Cela sent le vécu...

En écrivant "en général", tu avais à l'esprit les convoyeurs attendent : https://www.youtube.com/watch?v=P8LCjlUWIhE

Lou de Libellus 09/08/2015 09:56

Je ne publie que des histoires vraies, comme sur le petit frère de Libellus dont l'audience monte parfois à un lecteur par jour.
L'extrait du film, excellent. Je retiens le "crachat du noyau", c'est du vécu pour notre ami Codex Urbanus - c'est lui qui a reçu les noyaux.

 


 
Handicap International

un clic sur les images