Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 01:15
Jean Echenoz, Envoyée spéciale – Je veux une femme

Jean Echenoz, Envoyée spéciale, Les Editions de Minuit, 2016

 

Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s’occuper. Des bords de Seine aux rives de la mer Jaune, en passant par les fins fonds de la Creuse, rien ne devrait l’empêcher d’accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n’est pas toujours très bien organisé.

4e de couverture

Jean Echenoz, Envoyée spéciale – Je veux une femme

Jean Echenoz, © Hélène Bamberger

Jean Echenoz est né à Orange (Vaucluse) en 1947. Prix Médicis 1983 pour Cherokee. Prix Goncourt 1999 pour Je m'en vais.

Selon l'éditeur

 

Je veux une femme, a proféré le général. C’est une femme qu’il me faut, n’est-ce pas.

 

Une mécanique bricolée selon le mot de Jean Echenoz définissant ainsi ses romans (Télérama, 30 mars 2013).

Dans le cadre d'une mission secret Défense, on veut une femme, une innocente, qui ne comprend rien à rien, qui fait ce qu’on lui dit de faire et qui ne pose pas de questions, plutôt jolie, si c’est possible.

Constance est enlevée. On voyage... de Paris à un désert de la Creuse où les grands espaces inhabités ne manquent pas, puis à Pyongyang.

Jean Echenoz, Envoyée spéciale – Je veux une femme

Charlie Chaplin, Les Temps Modernes, 1936

 

Au centre du mouvement, comme le dirait un horloger, est peut-être un grain de sable dans le mécanisme.

 

Je veux une femme, a proféré le général. C’est une femme qu’il me faut, n’est-ce pas. Vous n’êtes pas le seul dans ce cas, lui a souri Paul Objat. Epargnez-moi ces réflexions, Objat, s’est raidi le général, je ne plaisante pas là-dessus. Un peu de tenue, bon Dieu. Le sourire d’Objat s’est dissous : Je vous prie de m’excuser, mon général. N’en parlons plus, a dit le gradé, réfléchissons.

Nous ne sommes pas loin de midi. Les deux hommes réfléchissent, assis de part et d’autre d’un secrétaire métallique vert, vieux modèle réglementaire à caissons derrière lequel se tient le général. Le plateau de ce meuble n’est occupé que par une lampe éteinte, une boîte de cigarillos Panter Tango, un cendrier vide et un sous-main en buvard très ancien, fort effiloché, qui semble avoir épongé puis conclu nombre d’affaires depuis, disons, le dossier Ben Barka. Le secrétaire vert occupe le fond d’une pièce austère dont la fenêtre commande une cour de caserne pavée, à part lui se trouvent deux chaises en tubulures et Skaï, trois armoires de classement à dossiers suspendus, une tablette supportant un vieil et gros ordinateur malpropre.

Tout cela ne date pas d’hier et le fauteuil du général n’a pas l’air bien douillet, ses accotoirs sont oxydés, ses coins fendillés laissent distinguer, voire fuir par lambeaux, son infrastructure en polyuréthane de la première génération.

Les coups de midi ont fini par sonner au clocher, tout proche, de Notre-Dame-des-Otages.

 

L'antre secret est poussiéreux, comme le général, fatigué, comme ses adjoints, défaillant, comme la France.

Déjeunons en réfléchissant : salade d’oreilles de porc suivie d’une joue de bœuf en daube.

 

Entre plusieurs déménagements.

 

On ne peut guère en dire plus sans trahir le secret.

 

Le narrateur (un agent des services ou bien le coryphée ou bien l'écrivain lui-même ?) nous accompagne : « Tout est en place et chacun joue sa partie. Ils n'ont aucune idée de ce qu'ils font, mais ils font tout comme je l'avais prévu. »

 

Une construction mathématique, une écriture froide, quelque chose de Georges Perec. Un chef-d'œuvre, pour aujourd'hui et dans notre histoire.

 

* * *

 

A venir bientôt, le lundi 29 février 2016 : Antigone / Sophocle / Anouilh.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

yueyin 15/02/2016 20:36

Mais... c'est un roman d'espionnage ? :-D

Lou de Libellus 15/02/2016 20:39

En manière de tragédie classique.

des pas perdus 14/02/2016 20:33

Comme sous-titre ? Les migrants.

Lou de Libellus 15/02/2016 09:33

J'ai une autre idée.

des pas perdus 13/02/2016 11:55

Je l'ai vu ce matin dans la vitrine de mon libraire. Je me demandais si je n'allais pas l'offrir...

Lou de Libellus 13/02/2016 15:56

Bonne idée, c'est excellent, je l'ai.
'Le Volcan' est presque prêt, j'hésite pour un sous-titre.
C'est pour le 25 février.

 


 
Handicap International

un clic sur les images