Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 01:15

Mensonge et vérité, un motif qui suit son cours depuis...

 

Un mensonge, naturellement, comme tout le reste.

...

Nous découvrirons bien la vérité.

...

Nous voulons toute la vérité !

...

La vérité finit toujours par triompher.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve, (To Your Scattered Bodies Go, 1971 – Prix Hugo, 1972), traduit de l'américain par Guy Abadia, Le Livre de poche, 1992 – illustration de couverture : Dessin Manchu

 

At the round earth's imagined corners, blow

Your trumpets, Angels, and arise, arise

From death, you numberless infinities

Of souls, and to your scattered bodies go,

All whom the flood did, and fire shall o'erthrow,

All whom war, dearth, age, agues, tyrannies,

Despair, law, chance, hath slain, and you whose eyes,

Shall behold God, and never taste death's woe.

But let them sleep, Lord, and me mourn a space,

For, if above all these, my sins abound,

'Tis late to ask abundance of thy grace,

When we are there; here on this lowly ground,

Teach me how to repent; for that's as good

As if thou hadst seal'd my pardon, with thy blood.

John Donne, Holy Sonnets, VII

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Le jour du grand cri, tous les humains qui avaient jamais vécu se réveillèrent, nus, sur les rives d'un fleuve immense, le Fleuve de l'éternité. Trente ou quarante milliards, issus de toutes les époques et de toutes les cultures, chacun parlant sa langue, chacun ayant sa conception de l'au-delà, et immensément surpris de se retrouver vivants.

Parmi eux, des ressuscités célèbres en leur temps, l'explorateur Richard Burton, Sam Clemens, alias Mark Twain, Jean Sans Terre, Hélène de Troie, Cyrano de Bergerac, Mozart, Ulysse. Et tous les autres.

Tous se demandent qui a construit ce monde impossible, qui les a ramenés à la vie. Et pourquoi ?

Il a fallu le talent immense de Philip José Farmer pour évoquer cet univers picaresque, démesuré, à la dimension du passé et de l'avenir de l'humanité, où se mêlent avec allégresse science-fiction, aventures et histoire authentique.

Le Monde du Fleuve a obtenu le Prix Hugo.

Le cycle du Fleuve de l'éternité, qui compte parmi les chefs-d’œuvre incontestés de la science-fiction, comprend cinq volumes : Le Monde du fleuve (Prix Hugo), Le Bateau fabuleux, Le Noir Dessein, Le Labyrinthe magique, Les Dieux du fleuve.

4e de couverture

 

His wife had held him in her arms as if she could keep death away from him. He had cried out, « My God, I am a dead man ! »

 

Sa femme l’avait tenu dans ses bras comme si cela pouvait empêcher la mort d’approcher. Il s’était écrié : « Mon Dieu, c’est la fin ! »

 

Death, the Destroyer of Delights and the Sunderer of Society, had arrived at last.

Blackness. Nothingness. He did not even know that his heart had given out forever. Nothingness.

 

La Mort, qui détruit les plaisirs et extermine les sociétés, était enfin venue le prendre.

Vide et obscurité. Il ne savait même pas que son cœur avait cessé de battre pour l’éternité. Ténèbres et néant.

 

Richard Francis Burton est mort. Et pourtant il se voit, seul éveillé, flottant dans un espace indéterminé, ni paradis ni enfer, sans terre ni ciel, parmi d'autres corps endormis, tous jeunes, glabres et nus – des millions, des milliards d’êtres humains en suspension.

 

Richard Francis Burton a vu ce qu'il ne devait pas voir.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Vient alors la chute : tous se retrouvent sur une plage d'herbe, dans une vallée, encadrée par de hautes montagnes, où coule le Fleuve.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Lewis Carroll, Alice Liddell as a beggar girl, 1858

 

En compagnie d'Alice Pleasance Liddell Hargreaves, de Hermann Goering, de Monat Grrautut, le Tau Cetien, venu d'un satellite de l’étoile Tau Ceti, de Peter Jairus Frigate (PJF, comme Philip José Farmer), de Kazz, un Néandertalien, de John Collop et de bien d'autres, Richard Francis Burton, le voyageur, l'explorateur, l'aventurier, entreprend de remonter aux sources du Fleuve à la quête de la vérité.

 

Son premier voyage était passé par ce qu’il appelait « la voie suicide express »

La noyade permettait de ressusciter en un autre lieu de la vallée. Il était sans cesse en mouvement, sans cesse en train de sauter d’un point du Fleuve à un autre.

 

Un beau jour, il s’avisa qu’il devait détenir une espèce de record. La mort était devenue sa seconde nature. Si ses calculs étaient exacts, il venait d’utiliser la « voie suicide express » pour la sept cent soixante-seizième fois !

 

Sept ans après son premier suicide, enfin, il atteignit pour la seconde fois la région du pôle Nord.

C’était son sept cent soixante-dix-septième « saut ».

 

Avec ses compagnons, il construit un bateau de fortune, Le Hadji, en vue d'un pélerinage – non pas à La Mecque, mais à la source.

 

L'aventure commence entre guerres et amours – le monde du Fleuve, dans sa diversité, ressemble à l'ancien monde.

 

Et Dieu dans tout ça ? Peut-être se nomme-t-il Ethique ? Richard Francis Burton s'est peut-être réveillé trop tôt avant la chute grâce au secours d'un Mystérieux Inconnu, l'un des Ethiques, bon ange ou traître démon.

 

Quel est le plan des Ethiques ?

 

Que comptes-tu faire, Richard ? demanda Frigate.

J’ai l’intention de construire un bateau pour remonter le Fleuve. Jusqu’au bout ! Veux-tu m’accompagner ?

 

Un chef-d'œuvre, doit-on le dire ?

 

* * *

 

Le Fleuve de l'éternité.

 

Le Bateau fabuleux, The Fabulous Riverboat, 1971.

Où l'on suit la construction d'un navire de fer et d'acier provenant d'une météorite dirigée volontairement sur la planète par un Ethique « renégat », le Grand Inconnu, qui ne veut pas voir se réaliser le noir dessein des autres Ethiques.

La construction du bateau est contrariée par les guerres et autres stratégies de conquête du pouvoir dans un petit monde à échelle humaine, trop humaine.

 

- - -

 

Le Noir Dessein, The Dark Design, 1977.

Pour remonter à la source, à la vérité, les compagnons en quête du Graal construisent deux dirigeables. Le récit explore des questions politiques et métaphysiques.

 

- - -

 

Le Labyrinthe magique, The Magic Labyrinth, 1980.

L'aventure se poursuit dans la remontée du fleuve par Le Bateau libre de Sam Clemens à la poursuite de Jean sans Terre à bord du Rex. Scènes d'action et réflexion sur le sens de la vie et de la résurrection.

 

- - -

 

Les Dieux du fleuve, Gods of Riverworld, 1983.

L'homme peut-il devenir un Dieu ?

Quelques Lazares parviennent au sommet de la Tour qui domine le Fleuve et se retrouvent investis de pouvoirs divins.

Parmi ces Lazares, on retrouve Richard Francis Burton, l'explorateur, Alice Liddell, la petite Alice de Lewis Caroll, Peter Jairus Frigate, alias Philip José Farmer.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Défi Science-Fiction, Fantasy, Fantastique & Diversité, avec Lhisbei et Yueyin.

Une lecture commune est prévue en ce jour avec Yueyin.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 13/03/2016 10:41

Je n'ai jamais réussi à lire entièrement un livre de SF. Est-ce grave professeur ?

Lou de Libellus 13/03/2016 12:16

Même pas les œuvres de Marx en manga ?
http://www.libellus-libellus.fr/2015/12/karl-marx-le-capital-reveillez-vous.html

yueyin 13/03/2016 09:48

Je suis très très en retard dirait-on, mais après tout il y a l'Alice dans l'histoire... mais ce sera fait avant ce soir, un chef d'oeuvre ? et bien pour une fois ce sera moi la moins enthousiaste, l'idée est excellente, et à certain moment j'ai été prise dans l'histoire mais le début et la fin m'ont semblé plutôt poussifs, quant aux conceptions anthropologiques du monsieur (y compris sur le rapport hommes femmes)... c'est pas toujours facile de lire en levant les yeux au ciel...

Lou de Libellus 13/03/2016 12:11

Plonge ! Tu renaîtras ailleurs sur le rivage...

xl 13/03/2016 08:44

tu me donnes bien envie de le lire mais tu as mis combien d'heures ??

Lou de Libellus 13/03/2016 12:22

C'est une chose qui ne se dit pas, je suis très lent : - )

 


 
Handicap International

un clic sur les images