Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 00:15
Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba – la vie de Cocagne

Níkos Kazantzákis, Νίκος Καζαντζάκης, Aléxis Zorbás, Βίος και Πολιτεία του Αλέξη Ζορμπά, 1946 / Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba, traduit du grec par René Bouchet, Editions Cambourakis, 2015

 

Dans ce roman écrit entre 1941 et 1943, aux heures les plus sombres de l’histoire de la Grèce moderne, Nikos Kazantzaki, presque sexagénaire, dresse le bilan d’une existence placée sous le signe du conflit intérieur et de la quête philosophique. Loin de sa version folklorique popularisée par le film de Cacoyannis et l’interprétation qu’en a donnée Anthony Quinn, l’Alexis Zorba du romancier grec apparaît surtout comme le prétexte à une interrogation sur les formes et le sens de la liberté. Il préfigure la célèbre épitaphe choisie par son auteur : « Je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ».

« Crois-moi, être un homme, c’est ça : être libre ! »

Zorba

Premier rabat de couverture

Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba – la vie de Cocagne

Auteur d’une œuvre considérable qui embrasse tous les genres – romans, essai philosophique, théâtre et poésie –, Níkos Kazantzákis, né en Crète en 1883, est incontestablement l’une des figures les plus marquantes de la littérature grecque moderne.

Premier rabat de couverture

 

- - -

 

Disciple de Bergson dont il a suivi les cours au Collège de France à Paris, admirateur de l'oeuvre de Nietzsche à qui il a consacré sa thèse, tenté successivement par les expériences contradictoires du léninisme et du bouddhisme, il donne une première synthèse de sa réflexion dans cette somme de plus de trente-trois mille vers commencée en 1924, plusieurs fois réécrite et publiée en 1938, qu'est son épopée L'Odyssée.

Préface de René Bouchet

 

Incipit

 

J’ai fait sa connaissance au Pirée où j’étais descendu prendre le bateau pour la Crète. Le jour était sur le point de se lever. Il pleuvait. Un fort sirocco poussait les embruns jusque sur le petit café. Les portes vitrées étaient fermées, il y avait dans l’air des relents de sueur et d’infusion. Il faisait froid dehors, l’haleine des clients avait embué les carreaux. Cinq ou six marins vêtus de gilets bruns en poil de chèvre, qui avaient passé la nuit sur place, buvaient du café et de la sauge et regardaient la mer à travers les vitres opaques.

Etourdis par les lames de la tempête, les poissons avaient trouvé refuge dans la tranquillité des eaux profondes et attendaient que, plus haut, la mer se calme. Les pêcheurs, entassés dans les cafés, attendaient eux aussi que la colère divine s’apaise et qu’une fois rassurés les poissons remontent à la surface mordre à l’hameçon. Les soles, les rascasses, les raies rentraient dormir après leurs expéditions nocturnes. Le jour se levait.

 

Une écriture lumineuse, dans la magnifique traduction de René Bouchet (les traducteurs sont des écrivains, parfois de grands écrivains, nous l'avons déjà dit).

 

Alexis Zorba, l'ami du narrateur, vient du monde des klephtes (κλέφτες, « voleurs ») – à l'origine, des bandits des montagnes de Grèce durant la période de la Grèce ottomane. Il a étudié l'art du santouri auprès du maître Retsep Effendi.

Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba – la vie de Cocagne

Musicien de rue, Athènes, 2005

 

Son santouri est pratiquement son seul bagage.

 

Ecoutez le santouri.

 

Mer, douceur automnale, îles baignées de soleil, voile diaphane de pluie fine vêtant l'immortelle nudité de la Grèce. Quelle joie, me disais-je, pour l'homme à qui il a été donné de voguer avant sa mort sur les eaux de la mer Egée.

 

Zorba se souvient du soulèvement de la Crète contre le joug ottoman : des oreilles arrachées, des têtes coupées... C'est un mystère ! Murmure-t-il. Un granbd mystère ! Pour que la liberté règne dans le monde, est-ce qu'on a vraiment besoin de tous ces meurtres, de toutes ces atrocités ?

 

Son patron et lui débarquent en Crète où un chef de village, un homme fier et généreux, leur a loué une mine de lignite. Ils se logent chez Madame Hortense, fine cuisinière aux appâts charmeurs encore pour Zorba.

Belle sirène des rivages, nous sommes des naufragés que la mer a jetés dans ton royaume. Daigne, ô ma sirène, partager notre repas !

 

La femme est un mystère.

 

Sur le rivage, un gamin chante des chansons d'amour, des mantinades crétoises.

 

Νίκος Ζωιδάκης, Μαντινάδες, 2008

 

Faire chaque chose en son temps (déjeuner d'une poule au pilaf, extraire le lignite...), vivre dans l'instant présent, danser : c'est la leçon de Zorba – la vie de Cocagne.

 

Michael Cacoyannis, Zorba le Grec, 1964

 

Et Dieu dans tout ça ?

Ne le rabroue pas comme ça : lui aussi, il a besoin de nous, le pauvre !

 

Un moine dit au narrateur : l'éternité existe jusque dans notre vie éphémère, mais il nous est très difficile de la trouver tout seuls, égarés que nous sommes par les soucis quotidiens.

 

Entre farce et tragédie, l'histoire réunit deux univers, dans le fragile équilibre de l'incertitude.

Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba – la vie de Cocagne

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

_ _ _

 

ANNEXE

 

Αγάπη είναι ν αγαπάς

πιο πάνω απ τη ζωή σου

και την καρδιά σου να ρωτάς

κι όχι τη λογική σου

 

Αν είχε η καρδιά μυαλό

ποτέ δε θα πονούσε

εκείνο που μας αγαπά

εκείνο θ αγαπούσε!

 

Εσύ μου λες πως μ αγαπάς

κι εγώ πως σε πιστεύω

ακόμα και το ψέμα σου

έμαθα να λατρεύω!

 

Πες μου τη λέξη σ αγαπώ

πως θέλεις να στη λέω

με τι να συνοδεύεται

με γέλιο ή θες να κλαίω;

 

Κι άμα σ αρέσει να πονώ

χάρη θα στο ζητήσω

να με πληγώνεις πιο συχνά

για να σ ευχαριστήσω!

 

Έφυγες μα δεν έφυγα

πρόδωσες μα θα μείνω

κι όταν αγάπη χρειαστείς

ζήτα μου να σου δίνω!

 

Στην αλυσίδα που φορείς

και στο σταυρό που έχεις,

κρέμομαι εγώ κι όχι ο Χριστός

φως μου να το κατέχεις!

 

Γιατί τη θέση του Χριστού

επήρα στο σταυρό σου

να με φορείς απάνω σου

να μ έχεις φυλαχτό σου!

 

Δώσε μου κάτι άχρηστο

κι ασήμαντο για σένα

να κάνω αγάπης φυλαχτό

να το κρατώ για μένα!

 

Πόσο μωρό μου σ αγαπώ

κι ένας στραβός το βλέπει

κι εσύ μου λες δεν γίνεται

δεν κάνει και δεν πρέπει

 

Ήθελα να μουνα τυφλός

αρκεί να ξέρω μόνο

πως θα κρατάς το χέρι μου

να περπατώ στο δρόμο

 

Ήθελα να μουνα μουγγός

και να σε συναντήσω

και να ναι η λέξη σ αγαπώ

αιτία να μιλήσω

 

Με μια φωτογραφία σου

κοιμάμαι κάθε βράδυ

μα είναι χαρτί και δεν μπορεί

για να μου δώσει χάδι

 

Αν αισθανθείς στον ύπνο σου

κάτι να σε παιδεύει

μη φοβηθείς η σκέψη μου

είναι και σε χαϊδεύει

 

Μη φοβηθείς αν αισθανθείς

κάτι στα σωθικά σου

εγώ σκαλίζω για να βρω

μια θέση στην καρδιά σου

 

Εις το δημοτικό σχολειό

πήγα ως την πρώτη τάξη

κι όμως η ψεύτρα η ζωή

μου χει πολλά διδάξει

 

Γυμνάσιο και λύκειο

δεν έχω τελειωμένο

τα βάσανα καθηγητή

μ έχουνε καμωμένο

 

Από τα πολλά τα βάσανα

ξέχασα πως με λένε

και δίνω ξένη σύσταση

και λάθος με γυρεύουν

 

Κι άμα δεν ήμουνα εγώ

ήθελα να κατέω

τίνος θα τση δινε ο Θεός

τις πίκρες απού έχω

 

Kι όταν θα μπω στην εκκλησιά

ως κι οι εικόνες κλαίνε

και σα με δούνε καλώς τονε

τον δυστυχή μου λένε

 

Επήγα ν ανάψω ένα κερί

στην εκκλησιά για μένα

κι ύστερα το μετάνιωσα

και τ άναψα για σένα

 

Πήγα ν ανάψω δυο κεριά

μα βρήκα μόνο ένα

και σκυψα και προσκύνησα

και τ άναψα για σένα!

 

Όμως εσύ τρία κεριά

στην εκκλησιά πάντα ν ανάβεις φως μου

τα δυο για μας, το μοναχό

για τς άτυχους του κόσμου

 

Ένα κερί κι ένα κορμί

μια διαφορά έχουν μόνο

το ένα λιώνει από τη φωτιά

και τ άλλο από τον πόνο

 

Νίκος Ζωιδάκης, Μαντινάδες, 2008

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

 


 
Handicap International

un clic sur les images