Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 00:01

 

Amat Serra, Bogres d'Ases 1

Amat Serra, Bogres d'Ases ! – Cronica deis annadas 1927-1936 dins un village provençau, Institut d'Estudis Occitans, Colleccion « A Tots », 1974

Cuberta de Pèire François

 

Aimé Serre

 

Aimé Serre est né le 22 février 1922 à La Capelle-Masmolène dans le Gard.

Son père était ouvrier, dans une mine d'argile, et paysan, sa mère, chevrière et couturière.

Ancien élève de l’École Normale de Nîmes, il est devenu instituteur, puis, après des études à la Faculté de Lettres de Montpellier, professeur d'Histoire-Géographie et d'Occitan.

Il s'est consacré à la défense de l'occitan et de son enseignement, notamment à la calandreta (petite alouette – école bilingue franco-occitane) de Nîmes, qui porte aujourd'hui son nom et où il a développé la méthode Freinet.

Aimé Serre a participé aux mouvements de la revendication occitane, lors des manifestations dans le Larzac, au début des années 1970, et dans la création du Cercle Occitan de Nîmes, de la MARPOC (Maison pour l'Animation et la Recherche Populaire Occitane) et de l'Université d’Été occitane.

Sous le nom de plume d'Amat ou Aimat Serra (sèrra : montagne, colline, plateau, coteau), il s'est fait connaître, par ses articles, dans des journaux occitans (Jorn, Oc) et français (Éducateur, La Voix Domitienne) et, par ses chroniques, sur Radio-France Nîmes.

 

Bogres d'Ases !, Bougres d'ânes !, son premier ouvrage, est un recueil de souvenirs d'enfance et une relation de la vie quotidienne dans les campagnes de sa région au cours des années 1920-1930.

Il s'attache en particulier au portrait de son instituteur, un de ces « hussards noirs » évoqués par Charles Péguy – Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs (L’argent, 6e Cahier de la Quinzaine de la 14e série, 16 février 1913).

Mòts de Jòcs, paru en 1984, ouvrage anonyme (de Nîmes !), propose une trentaine de jeux de mots en occitan.

Les Rues de Nîmes, 1986, est un travail de recherche historique sur sa ville.

Aux côtés de son ami Robert Lafont, il a écrit Omenatge a Bigot, 1969.

Il a également participé à des ouvrages scientifiques, éducatifs (Poëtpoëta lo jardinièr, 1990), à la traduction en occitan de Ieu, Bancel, oficièr d'empèri de Jòrdi Gros, 1989.

Il est mort en 1993. Ses amis, Jorgì Peladan, Robert Lafont, Jordi Gros, ainsi que d'anciens élèves, lui ont rendu hommage.

 

A propos.

 

La creacion occitana : Lemosin e Perigòrd, Lengadòc, Miègjorn-Pirenèus e Val d'Aran : catalògue. Toulouse, 1990

Occitans ! n° 57, septembre-octobre 1993

L'Occitan, n°107, novembre-décembre 1993

Aquò d'Aquí, n°78, 1993

Lo Gai Saber, n°452, 1993

La Voix Domitienne, n°20, 1993

 

* * *

 

Per entamenar

 

Siái jamai estat bèn integrat dins lo viure francimand e pènse ara, coma que ne vire, qu’o serai pas. Pasmens, passèt un tèmps, quichave per m’ « auçar », coma cresiái, fins a la vida bèla, onorabla, la dau bèu monde que l’escòla me fasiá entrevèire. Ai fach, d’annadas e d’annadas, l’esforç que fan, crese bèn, leis Occitans per devenir Francés vertadièrs, un pauc mai monsurs e pas tant cacibralhas.

 

Avant-propos

 

Je n'ai jamais été bien intégré à la façon de vivre à la française et je pense maintenant, quoi qu'il arrive, que je ne le serai pas. Pourtant, il fut un temps, je m'efforçais de m'« élever », comme je croyais, vers la belle vie, honorable, celle du beau monde que l'école me faisait entrevoir. J'ai fait, pendant des années et des années, l'effort que font, je crois bien, les Occitans pour devenir de vrais Français, un peu plus « monsieur » et moins gueux.

 

La Capelle-Masmolène 357

La Capelle-Masmolène

 

Pasmens faudriá pas picar totjorn sus lo meteis bregand. L'escòla es pas soleta de m'aver agarrit. Davant que de i anar, a cinc ans, vesiái una umanitat estrecha, un vilatjon, La Barjèla, de quatre o cinc cènts estatjants. Lei pacans, una bòna mitat de la populacion, parlavan pas jamai francés e, levat quàuqueis uns, pauc o pron, lo comprenián. Era parièr per lei menaires que fasián l'autrat mitat. Era un univèrs pichon e totalament occitan. Des còps s'entendiá dire que lo « patoes » èra pas pèr leis enfants, alara s'ensajava bèn d'i parlar francés, mas, anatz charrar un barjadis qu'es pas lo de vòstrei gèntz, qu'avètz ausit pas qu'un pauc a l'escòla l'ivèrn, quora se podiá pas gardar lei cabras ni adjudar pèr lo terraire ! La lenga s'entrabachava e l'occitan èra lèu mai aqui.

Levat l'escòla e la glèisa – quora se i parlava pas latin – dins tres ostaus s'entendiá lei femnas parlar francès. Portavan pas la sopa a seis òmes, a la mana, aquélei d'aqui.

 

On pourrait s'étonner qu'en 1927, près de quatre siècles après l'ordonnance de Villers-Cotterêts, 45 ans après la seconde « loi Jules Ferry », le français soit resté ignoré dans les régions, si l'on ne retient pas que le village constitue un univers clos et que l'école n'est fréquentée qu'à la saison où les enfants ne sont pas requis pour garder les chèvres ou aider aux champs.

 

Nous ne traduirons pas le récit en francés, la langue de la honte. La lecture peut s'embrouiller, du fait que le parler des campagnes ne s'écrit pas naturellement. La question de la transcription se pose toujours, les variantes, d'une région à une autre, voire auprès de la même source, sont nombreuses : La Barjèla devient ensuite La Bargèla, Margarida Landrin, premier personnage de la galerie, se nomme également Gandrin, Aimé Serre lui-même est Amat ou Aimat Serre ou Serra ou Sèrra...

 

Les nantis parlent français, un signe extérieur de richesse parmi d'autres...

 

Una vèusa, la Margarida Landrin, vivia de sei rendas […]. Dòna Landrin avia dos pianos […], doas renguièras de platanas […], una cigònha empalhada […]. Margarida parlava francés […] a tot lo monde.

 

Dins l'ostau dei Modre i avia tanbèn un piano.

 

Una tresena femna, Raimonda Mortièr, parlava pas que lo francés ; avia ges de piano à l'ostau ela, que lo paire Mortièr sabiá, e mas n'aguesse coma un chin de nièiras, qu'un sòu es un sòu.

Raimonda desempuei sei quinze ans passava d'oras e d'oras dins la capèla de la Vèrge santa pèr aprene lo jogar de l'armonium. […] l'armonium, son piano.

 

Dans les familles de paysans, on ne parlait pas français, sauf, quelquefois, aux enfants, lorsqu'ils allaient à l'école.

 

Aimat se souvient de son maître, affermi dans son pouvoir par ses fonctions de secrétaire de la commune : son parladís totjorn francés me lo fasián botar dins la mena dei Gandrin, Modre e Mortièr, d'aitant que sa femna aviá, ela tanben, un piano.

 

A côté de La Barjèla, à cinq cents mètres, se trouvait un autre village, Lamoleda. Entre leis Arabis – vièlh escaisnom dei Lamolenencs et leis Escodats – escaisnom dei Barjelencs, les enfants des deux clans se flanquaient régulièrement la peignée.

 

Vint alors le temps d'aller à l'école, un événement ! On s'était habillé, non pas en dimanche ou comme pour jouer, mais en blouse. Le maître, Joan Baranhò, maniait prestement la règle, sur les doigts ou sur la tête. On avait peur.

L'école, un bâtiment de fière allure, dans le village, donnait l'image de l'aisance, la vision d'une société où l'on parlait et pensait autrement.

 

Autrement, à la chasse, la caça e lo braconatge – on n'a jamais fait la différence, l'Urban de l'Angièra e lo Fermin èran nòstres campions caçaires. La coutume demeure à La Capelle-Masmolène.

 

Nòstre mitan èra occitan.

[…] la lenga d'oc […]. Se disiá qu'èra pas una lenga. La pròva ? S'apreniá pas dins leis escòlas. Ansin rasonava – repapiava un rèi Ubu [...].

 

Enseignait-on Alfred Jarry et Monsieur Ubu dans les écoles ? On ne sait.

 

On l'aura compris : Bogres d'Ases ! est la complainte d'une souffrance, la souffrance d'un enfant privé de sa langue.

 

La lenga occitana, tan viva pasmens, èra mai que mai deconsiderada pèr l'escòla qu'aviá per tòca, desempuèi sa creacion, de la tuar amb l'ensenhament exclusiu dau francés.

 

Adonc la morala oficiala èra aqui per condemnar la lenga de nòstri gènts.

 

Lo mèstre èra una mena de bòn dieu ; l'idèa de contestar son vejaire nos veniá pas ; son dire aviá valor d'escrich ; parlava coma un libre : lei libres parlavan que lo francés.

 

I avia en morala, lo matin, de leiçons de cortesiá. […] Lo Barjelenc aviá pas esperat l'escòla ni lo capelan pèr aver sa pratica de la cortesiá. Cadun son saber viure.

 

S'il te plaît 357

S'il te plaît

 

La politesse se serait-elle perdue en chemin qu'il faille l'enseigner aujourd'hui ?

 

L'heure d'été – ajoutée un jour, un autre, retirée, au gré de notre histoire – fut un motif de querelles de clocher.

 

Le temps passait.

 

Les jeux de la rue l'emportaient, en saveur, sur ceux de l'école. La partie ruinée du donjon en etait souvent le terrain préféré.

 

Autres jeux : l'armée, le service, le devoir – lo dever, nos disiá lo libre de morala... la guerre, la de catorze […]. Pèr quatre cent cinquanta estajants, dètz-e-nòu tuats qu'avián son nom sus la pèira dau monument.

 

Les fêtes, leurs rites, ponctuaient les saisons : l'armistice, le 14 juillet, le 15 août, les vendanges...

L'onze de novèmbre èra lo jorn de la solemnitat granda.

 

On ne voyait guère lo progrès tecnic, on ne prenait pas lo tren et de vapor, on ne connaissait que celle de l'alambic.


 

Charles Gounod, Mireille, Anges du paradis, int. Georges Thill, 1933

 

Plus tard, un jour, à la bibliothèque, Aimat emprunte la Mirelha de Mistral.

Que se poguèsse legir la vida dau vilatge dins la lenga mienna, cresiái farfantelar. Lo « patoés » montava au gras de lenga vertadièira.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 17/11/2013 18:22


c'est disponible en librairie?

Lou de Libellus 18/11/2013 06:33



 


Apparemment, c'est disponible à l'I.E.O.


http://www.ieo30.org/legir/edicions-ieo/bogres-d-ases/


dans l'édition bilingue de l'an 2000.


 



br'1 16/11/2013 10:26


Les calandreta ont un vif succès par ici, non pas pour l'occitan dont les parents se foutent bien, mais pour leur pédagogie ouverte et souple, à la fois dans le moule et hors du moule, du nouveau
ancien qui ne fait pas peur.  

Lou de Libellus 16/11/2013 12:04



 


Cela ne m'étonne pas. Dans une école en déchéance depuis les années soixante-dix, on (les parents et leurs enfants) cherche la qualité (la sécurité, également) en choisissant des options
auxquelles, souvent, on est indifférent : le latin, le grec - s'il y a, l'enseignement libre (catholique).


 



yueyin 15/11/2013 09:16


Cela me fait penser - dans un genre beaucoup moins militant - à la gloire de mon père - ou Marcel fait plusieurs fois allusions au fait que Lili ne parle pas "le" français (les dernières lignes
sur le destin de lili mort en 14 (ou 18) le nez dans des plantes dont il ne savait pas le nom m'a toujours bizarrement touché)... Dire que je vis en plein coeur de l'occitanie et que je ne
connais que les stations de métro toulousaines et adieu pffff une honte :-) bizarrement mon grand père parlait occitan mais il ne le savait pas, pour lui c'était du patois... bon c'était un peu
plus haut en Dordogne mais ça reste de l'occitan :-)

Lou de Libellus 16/11/2013 11:57



 


L'occitan n'est pas une langue naturellement unifiée. Il y a des parlers régionaux, locaux, dont on fait une langue normalisée. Il en est de même pour le français.


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images