Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:01


Salon de la mort

 

  

Franz Liszt, Danse macabre, paraphrase sur Dies irae pour piano et orchestre, France Clidat, Orchestre symphonique de Radio-Télé Luxembourg, dir. Jean-Claude Casadesus

 

Salon de la Mort-logo

Le Salon de la Mort s'est tenu les 8, 9 et 10 avril 2011, au Carrousel du Louvre.


On y trouvait pompes funèbres, associations consacrées au deuil ou au don d'organes, assureurs et même des artistes.


Le commerce est chose noble en temps de crise et le marché de l'art est vivant.

 

Salon de la mort 01

 

Salon de la mort 02

 

Salon de la mort 03

 

Encore faut-il garder la distance de l'image. Les photographes ont leur place entre les cercueils, comme l'explique Jessie Westenholz, fondatrice du Salon : ils tournent autour de la mort.

 

Penser la Photographie revient seulement à reconnaître "ça a été".

Roland Barthes, La chambre claire, Note sur la photographie, Cahiers du Cinéma / Gallimard / Seuil, 1980, p. 34


Et ce n'est pas.

 

André Chabot-Stèle-La Havane

André Chabot, Stèle, La Havane

 

André Chabot, qui se dit "promeneur nécropolitain" photographie les cimetières du monde.

"La mort me terrifie, dit-il. J'ai trouvé deux solutions : essayer d'en rire, avec l'humour noir. Et construire des choses qui resteront après moi."

L'humour noir était présent au buffet : on servait du Veuve-Clicquot.

 

Baudoin Lebon exposait des photographies de crânes de Patrick Bailly-Maître-Grand, des squelettes constellés de clous signés Henri Foucault et encore des photographies de Joel-Peter Witkin, qui compose ses vanités à partir de morceaux de cadavres.

Nombreuses illustrations sur le site de la galerie Baudoin Lebon.


Philippe Cognée était présent avec une peinture reprenant les nymphéas de Monet en remplaçant les nénuphars par des crânes flottants.


Depuis les années 1950, Seth Kane Kwei était un artisan établi au Ghana. Il concevait et fabriquait des cercueils au goût de ses clients. Sans salon.


Seth Kane Kwei-Oiron-Chapelle haute

Seth Kane Kwei, Château d'Oiron, Chapelle haute

 

On se souvient peut-être du frémissement qui avait englouti l'exposition Our body.

Dans notre page Cadavres exclus, nous avions écrit que la censure imposée n'était pas d'ordre moral mais esthétique.


Ce qui est en question, ce n'est pas le heurt moral, mais le statut de l'art. On n'entre pas au musée comme on sort d'un bazar. Poser un porte-bouteilles comme œuvre d'art revient à disqualifier l'esthétique, c'est le sens clairement affirmé par Marcel Duchamp dans sa conception des ready-made.

Insoutenable est la légèreté de la mariée éclatée, mise à nu : l'art est mort, l'art, c'est la mort ?

 

Au Salon, on était tranquille, à distance, comme dans  Musée haut, musée bas.

Pourrait-on imaginer 350 braquemarts vivants, ou même découpés et conservés par imprégnation polymérique, exposés dans un musée ?

 

 

De plus près

 

Francis Bacon-Figure with meat 1954

Francis Bacon, Figure with Meat, 1954

 

L’œuvre s'inscrit dans une série détournée du Portrait du pape Innocent X, circa 1650, de Diego Rodríguez de Silva y Velázquez.

 

 

D'encore plus près

 

Andy Warhol-Electric chair 1964 nb

Andy Warhol, Electric Chair, 1964

 

 

De maintenant encore

 

Nymphirmière, Oradour-sur-Glane – et La Lettre à Elise



 

Seth Kane Kwei-cercueil

Seth Kane Kwei, cercueil

 

Pour la collection de Jean-Marie Dutey.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jimidi 09/05/2011 14:13



Hé ! Je ne l'avions point vu ! Magnifique !



Mr Kiki 17/04/2011 01:00



Tiens, il n'y a pas la maison Borniol dans la liste des exposants...


On pourra toujours utiliser la chanson de Thiéfaine en illustration
sonore...


A bientôt Monsieur Lou



lou 17/04/2011 08:37



 


Henri de Borniol est installé rue de la Pompe, à Paris.


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images