Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 08:26

 

Les organes de Benoît XVI sont déjà des reliques. Etonnant, non ?


Certains organes ne seront pas mis sur le marché. Déçue, Mélanie ?


L'Autriche débloque.

Pour une noble cause.

L'Autriche débloque 6 millions d'euros pour restaurer Auschwitz.


Auschwitz-entrée

Arbeit macht frei

 

Un souvenir d'enfance pour Joseph.


Au regard du passé historique, on ne sait jusqu'où ira la restauration. Du moulin au four, il n'y a qu'un pas.


Moulin autrichien

Moulin Autrichien, corps en bois à filets de marqueterie, prise de tiroir en forme de main, trémie en tôle de laiton, large manivelle en fer à bouton en bois tourné, XIXe siècle, 27 x 13,5



 

Précédemment

 

Bienheureux Benoît XVI

 


 

DOCUMENTS

 

Les organes de Benoît XVI sont déjà des reliques

 

De Rome - Au terme de son parcours terrestre, le corps de Benoît XVI sera enseveli dans son intégralité à Saint-Pierre de Rome, sauf disposition testamentaire particulière. Ardent partisan du don d'organes, et inscrit sur une liste de donateurs lorsqu'il n'était que cardinal, le souverain pontife a dû renoncer à ce qu'il avait défini lui-même, en novembre 2008, comme "une forme particulière du témoignage de la charité".

 

Mais si charité bien ordonnée commence par soi-même, il n'en va pas ainsi pour le chef de l'Eglise catholique. Radio Vatican a annoncé, jeudi 3 février, que Benoît XVI ne pouvait plus être considéré comme un éventuel donneur d'organes. En raison de son âge, 84 ans le 17 avril ? Non, mais à cause de sa fonction.

 

"Le corps d'un pape appartient à toute l'Eglise universelle, a expliqué, vendredi 4 février, au quotidien La Repubblica l'archevêque polonais Zygmunt Zimowski, ministre de la santé du Vatican. Il est compréhensible que la dépouille papale soit intégralement conservée, y compris en vue de possibles vénérations." Bref, la future dépouille du souverain pontife est déjà considérée comme une source de reliques (du latin, reliquiae : restes).

 

Le cadavre pestilentiel de Pie XII

 

Il existe trois "classes" de reliques. La première classe est constituée d'objets directement associés à la vie terrestre du Christ (Mangeoire, Croix) ou bien de restes physiques d'un saint. Dans la deuxième, on trouve les objets utilisés par un saint. La troisième, enfin, est composée d'objets qui ont été en contact avec des reliques des deux premières classes.

 

Mais concernant Benoît XVI, nous n'en sommes pas encore là. Pour prélever une relique de sa dépouille, il faudra qu'il soit auparavant béatifié, ce qui arrivera à son prédécesseur Jean-Paul II, le 1er mai. Auparavant son cercueil sera ouvert, afin d'inspecter le cadavre et d'en prélever un ou quelques morceaux à des fins de vénération.

 

"Traditionnellement, explique le vaticaniste Bruno Bartoloni, les corps des papes étaient embaumés. Toutefois, les organes internes - en italien precori, "avant le coeur" - étaient retirés, mis dans des fioles et conservés dans la petite église Saint-Athanase, à Rome. A la mort de Pie XII, en 1958, son médecin prétendit avoir trouvé une solution permettant d'embaumer la totalité du corps, viscères compris. Malheureusement, le cadavre exposé au public devint rapidement vert. Les gardes chargés de le surveiller tombaient comme des mouches sous l'effet de la puanteur."

 

Jean XXIII, successeur de Pie XII, décida de mettre un terme à cette pratique. Désormais, les corps des papes sont ensevelis sans manipulation, hormis quelques piqûres de conservation. En 1978, le Vatican refusa même de faire autopsier le cadavre de Jean-Paul Ier dont le règne météorique (trente-trois jours et six heures) reste un mystère.

Philippe Ridet, Le Monde, 8 février 2011

 

---

 

L'Autriche débloque 6 millions d'euros pour restaurer Auschwitz

 

Le gouvernement autrichien a débloqué, mardi 1er février, en conseil des ministres une enveloppe de 6 millions d'euros pour restaurer le camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau (Pologne), où périrent 1,1 million de personnes pendant la seconde guerre mondiale, a indiqué un porte-parole du gouvernement, Leo Szemeliker.

[...]

Quelque 1 100 000 personnes, dont environ un million de juifs, ont été tuées entre 1940 et 1945 à Auschwitz-Birkenau, camp installé par l'Allemagne nazie dans le sud de la Pologne. En plus des victimes juives, 70 000 à 75 000 Polonais non juifs y sont morts, ainsi que 21 000 Roms, 15 000 prisonniers de guerre soviétiques et 10 000 à 15 000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du Musée d'Auschwitz.

Le Monde, 1er février 2011

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

 


 
Handicap International

un clic sur les images