Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 23:11

  

Les Gentils sont-ils damnés ?

Critiquer l'écrit doctrinal signé par un pape de l'Eglise universelle (catholique) est un exercice de haute voltige qui nous donne le vertige.


Ouvrons le dialogue aux papes.

Le 6 août 2000, en la fête de la Transfiguration du Seigneur, Joseph Ratzinger, alors cardinal, aujourd'hui Benoît XVI, pape élu, donne à Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi [note 1] dont il est Préfet, une Déclaration sur l'unicité et l'universalité salvifique [note 2] de Jésus-Christ et de l'Eglise, Dominus Iesus, approuvée par le pape Jean-Paul II.

Une référence détournée à Paul, 1 Co, 9,16 [note 3] soutient l'attention particulière du Magistère à encourager et à soutenir la mission évangélisatrice de l'Église, vis-à-vis surtout des traditions religieuses du monde.

[...]

La pérennité de l'annonce missionnaire de l'Église est aujourd'hui mise en péril par des théories relativistes, qui entendent justifier le pluralisme religieux, non seulement de facto mais aussi de iure (ou en tant que principe). Elles retiennent alors comme dépassées des vérités comme par exemple le caractère définitif et complet de la révélation de Jésus-Christ, la nature de la foi chrétienne vis-à-vis des autres religions, l'inspiration des livres de la Sainte Écriture, l'unité personnelle entre le Verbe éternel et Jésus de Nazareth, l'unité de l'économie du Verbe incarné et du Saint-Esprit, l'unicité et l'universalité salvifique du mystère de Jésus-Christ, la médiation salvifique universelle de l'Église, la non-séparation, quoique dans la distinction, entre le Royaume de Dieu, le Royaume du Christ et l'Église, la subsistance de l'unique Église du Christ dans l'Église catholique.

Au chapitre 5, un détournement très fin d'intention. Fidèle à la parole de Dieu, le Concile Vatican II enseigne : La profonde vérité que cette révélation manifeste, sur Dieu et sur le salut de l'homme, resplendit pour nous dans le Christ, qui est à la fois le médiateur et la plénitude de toute la révélation.

[on relève : le Christ médiateur de toute la révélation ; le Verbe n'aurait pas le monopole de la vérité révélée - on garde]

Aussi l'encyclique
Redemptoris missio rappelle à l'Église la tâche de proclamer l'Évangile comme plénitude de la vérité : Dans cette Parole définitive de sa révélation, Dieu s'est fait connaître en plénitude : il a dit à l'humanité qui il est. Et cette révélation définitive que Dieu fait de lui-même est la raison fondamentale pour laquelle l'Église est missionnaire par sa nature. Elle ne peut pas ne pas proclamer l'Évangile, c'est-à-dire la plénitude de la vérité que Dieu nous a fait connaître sur lui-même. Seule la révélation de Jésus-Christ fait donc entrer dans notre histoire une vérité universelle et ultime, qui incite l'esprit de l'homme à ne jamais s'arrêter.

[citations des écrits de Jean-Paul II]

Chapitre 6.

Est donc contraire à la foi de l'Église la thèse qui soutient le caractère limité, incomplet et imparfait de la révélation de Jésus-Christ, qui compléterait la révélation présente dans les autres religions. La cause fondamentale de cette assertion est la persuasion que la vérité sur Dieu ne pourrait être ni saisie ni manifestée dans sa totalité et dans sa complétude par aucune religion historique, par le christianisme non plus par conséquent, et ni même par Jésus-Christ.

[on note le glissement par conséquent, et ni même par Jésus-Christ]

Chapitre 10.

Il est donc contraire à la foi catholique de séparer l'action salvifique du Logos en tant que tel de celle du Verbe fait chair.

[persiste et signe - on remarque le lexique inaccessible au menu fretin, c'est étudié pour, et le texte s'adresse aux clercs ; distinguons le Logos et le Verbe sans les séparer : non, ce n'est pas une minute nécessaire de Monsieur Cyclopède]

--- FIN de la question aux brodequins ---

Le 28 octobre 1965, les Pères du Concile Vatican II ont adopté la Déclaration sur les relations de l'Eglise avec les religions non chrétiennes,
Nostra Aetate, rédigée à l'initiative de Jean XXIII [† le 3 juin 1963].

A notre époque où le genre humain devient de jour en jour plus étroitement uni et où les relations entre les divers peuples augmentent, l'Eglise examine plus attentivement quelles sont ses relations avec les religions non chrétiennes.

[...]

Les diverses religions non chrétiennes

Depuis les temps les plus reculés jusqu'à aujourd'hui, on trouve dans les différents peuples une certaine sensibilité à cette force cachée qui est présente au cours des choses et aux événements de la vie humaine, parfois même une reconnaissance de la Divinité suprême, ou encore du Père. Cette sensibilité et cette connaissance pénètrent leur vie d'un profond sens religieux.

L'hindouisme [...] le bouddhisme [...] les autres religions [note 4] qu'on trouve de par le monde s'efforcent d'aller au-devant, de façons diverses, de l'inquiétude du cœur humain en proposant des voies, c'est-à-dire des doctrines, des règles de vie et des rites sacrés.

L'Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d'agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu'elles diffèrent en beaucoup de points de ce qu'elle-même tient et propose, cependant apportent souvent un rayon de la Vérité qui illumine tous les hommes.

Un rayon de la Vérité qui illumine tous les hommes.

Les juifs, les chrétiens, les musulmans vénèrent le même Dieu, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob (Blaise Pascal, Pensées, mémorial du 23 Novembre 1654).

La fraternité universelle excluant toute discrimination

Nous ne pouvons invoquer Dieu, Père de tous les hommes, si nous refusons de nous conduire fraternellement envers certains des hommes créés à l'image de Dieu. La relation de l'homme à Dieu le Père et la relation de l'homme à ses frères humains sont tellement liées que l'Ecriture dit : Qui n'aime pas ne connaît pas Dieu (I Jean, 4, 8).

Par là est sapé le fondement de toute théorie ou de toute pratique qui introduit entre homme et homme, entre peuple et peuple, une discrimination en ce qui concerne la dignité humaine et les droits qui en découlent.

L'Eglise réprouve donc, en tant que contraire à l'esprit du Christ, toute discrimination ou vexation opérée envers des hommes en raison de leur race, de leur couleur, de leur classe ou de leur religion. En conséquence, le Concile, suivant les traces des saints apôtres Pierre et Paul, adjure ardemment les fidèles du Christ d'avoir au milieu des nations une belle conduite (1 Pierre, 2. 12), si c'est possible, et de vivre en paix, pour autant qu'il dépend d'eux, avec tous les hommes [Romains, 12, 18], de manière à être vraiment les fils du Père qui est dans les cieux [Mt, 5, 45].

Une mention de Jean XXIII dans la rédaction de Joseph Ratzinger ? non. Pie XII, le vicaire, celui de
Rolf Hochhuth, oui.

Bienheureux Joseph !

Les vrais acrobates, de chair et d'amour sont là, dans le cirque de demain, en musique.


 

 

http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/cirque11.jpg
http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/cirque12.jpg
http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/cirque13.jpg


http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/cirque10.jpg 

Antoine et Aurore



[note 1] La Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle, fondée par le pape Paul III en 1542, afin de lutter contre l'hérésie, est devenue Sacrée congrégation du Saint-Office en 1908, sous le pontificat de Pie X, avec pour mission de veiller à la pureté de la doctrine et des mœurs. En 1965, Paul VI lui donne le nom de Congrégation pour la doctrine de la Foi. Jean-Paul II a précisé sa fonction actuelle en 1988 par la constitution apostolique Pastor Bonus : La tâche propre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence. De 1981 à 2005, elle a été présidée par le cardinal Ratzinger, aujourd'hui Benoît XVI.


[note 2] pour le salut (39 occurrences dans le texte)

[note 3] Annoncer l'Evangile en effet n'est pas pour moi un titre de gloire ; c'est une nécessité qui m'incombe. Oui, malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile !

[note 4]
Sembene Ousmane : je suis athée, je n'ai rien contre les églises mais je ne vois pas pourquoi les religions [animistes] de mon pays seraient moins bonnes que les religions importées, nous disais-tu.
Et c'est vrai, penser qu'un baobab ait une âme, c'est grand et ça donne du paradis une image plus souriante que celle des nuages et des séraphins – en plus, un baobab, c'est le rêve de toute une vie de chat ;)
Saravá ! Sembene...
Oui, et comme tu le dis, il y a mille manières d'avoir des idées, c'est comment les développer ?


Textes ici même


Dominus Iesus, Première partie, Seconde partie

Nostra Aetate

Signes des temps et dialogue interreligieux

Nostra Aetate, par le père Jean Dujardin


Illustrations

http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/benoit10.jpg


http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/benoit11.jpg
Benoît XVI en burka


http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/benoit12.jpg
Benoît XVI en
collerette


http://i12.servimg.com/u/f12/11/02/60/83/lazard10.jpg
Un lézard

 

Doit-on le dire ? Il y a un lézard, oui.

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou 12/02/2013 08:41


 


Qui, "ils" ?


L'article et les annexes en lien sont assez longs à lire, mais il me semble que le propos est clair : Jean XXIII était ouvert au dialogue, feu Benoît XVI est remonté dans l'arbre.


Les relations entre moines bouddhistes et bénédictins sont excellentes (séjours réguliers et partagés).


 

Annie 11/02/2013 19:46


j'ai rien compris. ça veut dire qu'ils acceptent les autres religions ? dans ce cas, si ce n'était déjà fait c'est pas trop tôt.


Ayant vu la pratique du bouddhisme en Asie… je l'ai vu comme une religion et non une philosophie, comme le voit les Occidentaux. Et d'ailleurs ils peuvent trouver tout ce qu'ils trouvent dans le
bouddhisme ou ailleurs dans leur culture d'origine, le christianisme. les illuménés, pardon, les grands spirituels sont de toute époque, religion, lieu.


Benoit est un homme lucide. Jean-Paul ne l'a pas été.


Mais quand on voit dans les rues les manifs anti-homo… c'est scandaleux. Et les crimes dans les familles héréros ? ils n'existent pas ? ou alors ils sont, ceux-là d'un "autre ordre" ?


les plus grands crimes et insécurités sont dans les familles, hétéros en majorité.

Mr Kiki 26/12/2009 07:24


Je ne sais qu'en penser...
Il est vrai que, contrairement à celle du missionnaire, la position de Benoit Seize est plutôt acrobatique. Mais on a vu où la pérestroïka de Monsieur Gorbatchev a conduit l'URSS. Monsieur Seize
n'a peut-être pas envie de tenter l'expérience au Vatican.
A bientôt Monsieur Lou.


lou 26/12/2009 20:51


 
contrairement à celle du missionnaire, la position de Benoit Seize
Monsieur Kiki ! pensez qu'il y a des enfants (de choeur) qui nous lisent !

Exemple.
Vous l'aurez voulu.

Ecoutez Sarah Lelouch.

___

Aparsa, ça bug ça bug chez over-bug, ils n'ont pas fini le réveillon :/
 


lou 24/12/2009 20:07


 
Sûr ! ce n'est pas sens é.
;)
 


yueyin 24/12/2009 15:15


écrire un commentaire pour dire que ça se passe de commentaire... Est-ce sensé ?


 


 
Handicap International

un clic sur les images