Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 23:03

  

Dom Robert le disait :

 

_ Ce qui ne peut pas tromper, c'est la nature.

 

Semblables

 

Je ne suis pas comme eux.

Ils le savent.

Ils me cherchent.

Ils se rapprochent.

J'ai encore quelques centaines de mètres d'avance, quelques minutes avant le train, là, ils perdront ma trace, ils ne sont jamais allés aussi loin, même les chiens auront peur, derrière la voie ferrée, le marécage, seul je connais la piste, sur notre îlot, trois arbustes, et pour l'atteindre un labyrinthe de vase et de pierres à fleur d'eau, là, elle m'attend avec les petits, demain nous serons plus nombreux, ils peuvent courir, nous gagnons du terrain chaque nuit, nous apprenons, nous sommes déjà tellement plus forts qu'eux, tellement différents.

Ils sont enragés.

Nous ne ferons pas de battue.

Nous ne sommes pas comme eux.

 

- - -

 

Point de vue

 

L'ombre s'est déchirée dans un éclair assourdissant.

 

Premier tableau

 

_ Révérend ! Les voies 11 à 123 sont ensevelies !

_ Il faut sauver la 66 ! Prenez une équipe, je veux savoir si le palais a tenu. Vous, vous contournez par la 129. Au niveau de la 133, vous suivez le nord magnétique jusqu'à la 66 et vous faites la jonction.

_ Les victimes…

_ … Mettez les novices à l'abri, je rejoins la cellule de crise.

 

Deuxième Tableau

 

_ Révérend, je suis votre serviteur !

_ Révérend, notre sauveur !

_ Révérend, disposez de moi !

_ Passons le protocole. Le rapport !

_ Nous étions en oraison…

_ … Quand le ciel vous tombe sur la tête ! Vous deviez être auprès de Formica ! Que s'est-il passé ?

_ La terre a tremblé, tout s'est effondré, les systèmes de communication sont en miettes…

_ … Et le palais ?

_ Il faudrait construire de nouvelles voies et…

_ … Vous attendez un miracle ?

_ Révérend, nous ne sommes pas des travailleurs.

_ Les travailleurs ont été les premiers touchés, des milliers, on ne peut pas encore évaluer.

_ La terre a tremblé.

_ Ce n'est pas la première fois, cette année. Ce n'est pas la première fois dans notre histoire. Il y a eu des continents engloutis, effacés, asphyxiés. Nous avons toujours refait surface, nous sommes les plus forts, nous sommes les maîtres.

Sauvez les novices et les postulants, protégez le palais, veillez sur notre souveraine.

 

Troisième tableau

 

_ Ugène ! T'as vu ? T'en a 'core aplati une, dedju !

_ Dame, y n'en reste 'core ben assez. Avec leur chauffement de la zone, normal, c'est eune année à formis.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

Lise d'Aujourd'hui 16/07/2011 18:14



je t'adore quand tu me corriges (Lise perverse) 


Le clavier qwerti ( ou ty ?) m'oblige à des exercices périlleux et un doigté acrobatique pour "faire" les accents. J'ai l'habitude, c'est devenu une seconde nature.


Je vais donc voir Cantat, moi qui en suis restée aux cantates.


 



lou 16/07/2011 19:15



 


Comme mes lecteurs ne réalisent pas forcément la force de ton acrobatie, nous leur montrons ton trapèze volant.





Oui, c'est bien sur cette chose que Lise se balance.


Etonnant, non ?


[On aura remarqué que j'écris "réaliser" et non pas "se rendre compte de" : cet anglicisme me plaît]


 



Lise d'Aujourd'hui 16/07/2011 12:30



merci, Nina, ô combien : ça finira certes par rentrer dans sa tête de Lou,  si on le lui répète : bien sûr qu'il a reçu le don d'écrire, on se TUE à le lui expliquer, mais ... C'est un
lou-yétu-têtu.


LOU, qui a parlé de vieillir ? ça n'existe pas. Un jour, on disparait. Jusque là, on vit, il n'y a que cela à faire. Avec plus ou moins de rides, mais pour l'écriture, ce n'est pas un problème,
que je saches : bien au contraire.


Bon samedi à toi et tes lecteurs. 


 


 



lou 16/07/2011 14:24



 


m[majuscule en début de phrase]erci, Nina, ô combien : ça finira[virgule] certes[virgule] par rentrer [ou "entrer"] dans sa tête de Lou,  si on le lui
répète : bien sûr qu'il a reçu le don d'écrire, on se TUE à le lui expliquer, mais ... C'est un lou-yétu-têtu.


LOU, qui a parlé de vieillir ? ça n'existe pas. Un jour, on disparait [disparaît]. Jusque là, on vit, il n'y a que cela à faire. Avec plus ou moins de rides, mais pour l'écriture, ce
n'est pas un problème, que je saches [reprends ton "s", il peut servir un jour] : bien au contraire.


Bon samedi à toi et tes lecteurs. 


---


Au moins, Lise, tu aura pris connaissance avec une de mes correspondantes sur le forum "Bertrand Cantat" (dans mes liens). On y trouve une rubrique tout en anglais. Tu ne seras pas dépaysée et tu
seras en bonne compagnie avec Nina et Mao et d'autres.


---


@ Nina


Je connais bien Lise, mon éditeur dans ces Etats passablement désunis en ce moment. Autrement, je ne me permettrais pas de revoir son commentaire en public.


Lise écrit sur un clavier QWERTY. Elle met des accents par la grâce du ASCII. Je lui ai déjà dit d'écrire en QWERTY, ou en anglais, mais elle a une tête encore plus dure que celle de Lou.


Merci, Lise.


Fais un tour chez Bertrand Cantat. Il te faudra une minute pour t'inscrire.


 


Sur Lib, il est prévu une période de vacances (pas de "vacancies" que nous dirions "absence"), et j'ai encore ce projet bizarre de créer un forum, peut-être le forum "eud'lou", ce qui fera un
référencement nul sur Google.


 



Nina 15/07/2011 00:12



Héhé, la chute est vraiment marrante, on ne s'en doute pas du tout au début. Tu racontes bien Lou, faudrait te lancer dans les fictions!(Si c'est déjà fait je m'excuse, et veux bien un lien!)
Bisous!



lou 15/07/2011 07:50



 


Le lien vers Bertrand Cantat est déjà dans les liens.


As-tu un site personnel ?


Avant que les uniformisés, d'une autre espèce, n'en déplaise à Darwin, ne descendent vers notre Concorde, et son phallus doré pour la circonstance, c'était ton anniversaire.


Carpe diem, jeune Nina.


On vieillit trop vite et on meurt trop lentement.


 


 


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images