Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 23:01

 

des pas perdus a une passion, chacun porte sa croix, lui, c'est le lèche-vitrine.

Vous l'avez déjà vu dans le chat à la gidouille, dans fourrures et cosmétiques.

Aujourd'hui, il a droit à un hommage pré-posthume, avant fermeture.

des pas perdus flingue au f11 les petits commerces fermés pour cause d'ouverture de grandes surfaces.

Il vous dira que le vieux Gouda, homo socialistus des temps modernes... enfin, suivez des pas perdus, allez, lisez des pas, à l'Elysée, des pas !

 

 

 

Entrées.

 

Preuve number one.

 

Des pas, Route, 2008

des pas, Route, juin 2008

 

A gauche, le talus, à droite, les poteaux, au milieu, la ligne jaune.

des pas ne prend que les routes secondaires.

 

 

 

Commençons par sa série catalane, lento, on avance doucement, on ménage le suspense, on vous ménage.

 

 

 

Preuve number two.

 

Des pas, bestiaire 1

des pas, Bestiaire 1

 

Oui, c'est un Picasso revu par Keith Haring, les balcons se regardent, dans une perspective biseautée, un peu comme dans un tableau de Piero della Francesca.

A l'extrême gauche, un magasin fermé, un mur qui s’effrite, signes des temps modernes.

Au centre, une fenêtre sur un balcon d'où l'on ne se penchera plus pour voir le spectacle de la rue.

A droite et en haut, un arbre chétif, un coin de verdure.

 

Preuve number three.

 

Des pas, bestiaire 2

des pas, Bestiaire 2

 

Là, on est chez les Mayas, ou à Metropolis, le Morloch.

Ceux qui sont derrière les barreaux ne peuvent pas voir, en bas et à droite, le point vert.

 

Preuve number four.

 

Des pas, bestiaire 3

des pas, Bestiaire 3

 

Le Nierdoi Sseaurou, façon Chagall & Miró.

 

Preuve number five.

 

Des pas, bestiaire 4

des pas, Bestiaire 4

 

Les petits cochons pervers, la moisissure qui gagne.

 

Preuve number six.

 

Des pas, couleurs 1

des pas, Couleurs 1

 

C'est bien un presque Keith Haring, en bleu et jaune orangé, manière Bauhaus, avec l'arbre de la tentation, le mont sacré et, très loin, la terre promise.

 

Preuve number seven.

 

Des pas, couleurs 2

des pas, Couleurs 2

 

Dali... C'est mou, on ne peut pas l'encadrer... En haut, une petite note de couleur.

 

Preuve number eight.

 

Des pas, couleurs 3

des pas, Couleurs 3

 

Une guitare qui ressemble étrangement à un moule mâlic de Duchamp.

 

Preuve number nine.

 

Des pas, femme catalane

des pas, Femme

 

On croirait Edward Hopper.

 

Preuve number ten.

 

Des pas, vanité catalane

des pas, Vanité

 

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas.

Écclésiaste, 1, 2

 

 

Plats de résistance.

 

Preuve number eleven.

 

Des pas, fermeture dominicale, mai 2012

des pas, Fermeture dominicale, mai 2012

 

Maintenant, ça devient plus difficile.

Il s'agit d'une œuvre minimaliste.

Vous avez deux portes noires à gauche et à droite, c'est rien. Vous avez deux bouches d'aération, à gauche et à droite, passons. Vous avez trois rouleaux de néon, deux à gauche, un à droite. Il y a un manque. Celui-là avait écrit 7/7, peine perdue, il ne lui reste que la couleur orange dans ce deuil en noir et blanc.

 

Preuve number twelve.

 

Des pas, kebab relax

des pas, Kebab Relax

 

Le Restaurant Le Relax est venu poser son ardoise devant le Kebab' Land, qui ne serait pas un restaurant. A droite, il y a une balise de priorité, pour le « Restaurant ». Il semble que le Kebab se soit fait casser une vitrine. Les rues ne sont plus sures.

 

Preuve number thirteen.

 

Des pas, clouet garibaldi

des pas, Clouet Garibaldi

 

Boulevard Garibaldi, rue Clouet, tout près du métro Cambronne, Merdre ! dirait le Père Ubu. Le magasin d'à côté dit bien qu'on peut faire une croix sur la chose, elle est très abîmée, Ilya Kabakov en ferait peut-être une de ses créations.

 

Ilya, Kabakov 255

Ilya Kabakov, The Man Who Flew into Space from His Apartment, 1981-1988

[image cliquable]

 

Comme dans toutes ses constructions, des pas renvoie, en contrepoint, de la porte de la boutique à celle de l'immeuble, à gauche, avec, au bas de celle-ci, deux petits pans de lumière jaune qui nous ramènent à l’échoppe. Au-dessus, le point vert au balcon.

 

Preuve number fourteen.

 

Des pas, fermeture dominicale, juillet 2012

des pas, Fermeture dominicale, juillet 2012

 

Piero della Francesca, encore.

 

Preuve number fifteen.

 

Des pas, manif 29-09-2012

des pas, Manif, 29-09-2012

 

Oui, il est plutôt de gauche, à bâbord toute, il ne prend pas le cap de l'homo socialistus.

Comme vous le voyez, il se rend chez le coiffeur avant le défilé, rebelle mais prudent.

Il y a trois bornes qui saluent, tête basse, des voitures transparentes.

 

 

Douceurs.

 

des pas a trois qualités, au moins.

Il est un merveilleux photographe, vous l'avez vu.

Il est un merveilleux écrivain, vous l'avez lu.

Il a reçu cette grâce de faire confiance à Lou. Il lui a donné carte blanche. Et pourtant il sait que Lou est carte noire.

En vérité, on a tous quelque chose de Tennessee.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

Lou 28/10/2012 07:42


 


Corinne,
Je ne vois pas.


Quant à GdC,
Je n'ai plus de ses nouvelles depuis un bon moment. C'est un vrai croyant, pas comme des pas ou toi ou Lou. Croyant trop croyant, humain trop humain.


avec Fernand Buron,
Oui ! La vidéo est quelque part sur Lib. Nicolas a des circonstances atténuantes, il venait, burp, pardon, de déjeuner, et entre la poire et le fromage...


De c't'heure, on est dans le vieux Gouda ; -)
 
La blogosphère, c'est chouette, parce que ce n'est pas de tout repos.
Pour lire Lou, un Aspégic préventif, un chapelet, parce que prier, ce ne sera peut-être pas inutile (film Les Barbouzes), un bain de tilleul pour apaiser la souffrance (Le nom de la
rose).


 

babelouest 27/10/2012 23:27


Ouf ouf ouf... moi aussi je découvre. Je ne m'abonne pas aux newsletters, je fais la tournée des popotes deux ou trois fois par jour au moins. Bravo Lou.


Corinne, je l'ai rencontrée à Notre Dame des Landes, presque chez moi en quelque sorte. Quant à GdC, j'ai un souvenir ému de mes quelques jours chez lui. La blogosphère est un milieu assez petit,
en fait. Il y a aussi Jean-Jacques Reboux (éditions Après la Lune), qui avait animé l'apéro des pôv'cons où je m'étais déplacé. L'occasion de discuter avec Hervé Éon, oui, celui qui avait oublié
de mettre des gillemets sur sa pancarte "Casse-toi, etc...", et puis avec Fernand Buron, çui du salon de l'agriculture, qui avit reçu cette injonction élégante dans la poire.


 


La blogosphère, c'est chouette, parce que ce n'est pas de tout repos.

Lou de Libellus 22/10/2012 11:35


 


C'est vrai que nous nous sommes croisés. Non, pas pour délivrer Jérusalem. Au coin d'une boutique détruite de des pas.


 

Un partageux 21/10/2012 18:28


C'est l'ami Steph (des pas perdus) qui m'a conduit chez toi que je ne connaissais pas. Et c'est une belle découverte. Comme ma rencontre avec Steph : nous étions quelques uns à l'Usine puis dans
un restaurant à partager rires et sérieux, espoirs et colères, refus et utopies. Sydné (à gauche pour de vrai), Corinne (les petits pois sont rouges), Nicolas (PPPG et rénovitude) et Mathieu
(dont on attend encore l'ouverture de blogue). 


Je m'en vais maintenant lire ici et là dans ton blogue. Ma première lecture m'a tant donné envie de t'écrire que j'ai dérogé à mon habitude qui est de butiner longuement avant de laisser une
trace... 


Bonne soirée. 

Lou de Libellus 18/10/2012 13:43


 


Oui, mais, non.
Quand Lou commence ainsi... mais non, ce sera bref.
Pour Lou, tu as reçu une grâce, ce n'est pas un don inné (je ne crois pas aux dons innés).


 

des pas perdus 17/10/2012 18:55


Merci mais tu me prêtes trop de qualités.

 


 
Handicap International

un clic sur les images