Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:01

 

Eric Miles Williamson, Bienvenue à Oakland

Eric Miles Williamson, Bienvenue à Oakland, Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Alexandre Thiltges, Librairie Arthème Fayard, 2011

 

Eric Miles Williamson

Eric Miles Williamson est né à Oakland le 20 juin 1961. L'ancien jeune des chantiers et de la rue a repris le chemin des études et obtenu un doctorat de littérature en 1998. Il est aujourd'hui professeur de littérature à l'université d'Oakland et critique littéraire.

Il a témoigné de la vie quotidienne de ceux qui l'entourent, et de ce qu'il a vécu, dans Gris-Oakland, Gallimard, 2003, et Noir Béton, Fayard Noir, 2008 : ghettos délabrés, pauvreté, violence. Bienvenue à Oakland est une nouvelle variation sur le rêve, le cauchemar, américain.

 

Eric Miles Williamson, Bienvenue à Oakland, 4e

 

« L’écriture de Williamson, lit-on dans The New York Times, est transcendante. Sa prose flotte sur des rythmes torrides qui évoquent la hardiesse et l’exubérance du jazz. »

 

Art Blakey & The Jazz Messengers, avec Freddie Hubbard, Curtis Fuller, Wayne Shorter, Cedar Walton, Reggie Workman, Free for All, 1964

 

La galerie de portraits de T-Bird Murphy est une collection de déglingués, à commencer par son père, Pop, puis les désespérés, Duke, P.J., Mike, Antonio, et cette liste n'en finit pas, franchement, c'est tellement triste que c'en est presque insupportable, et les habitués de chez Dick, Shapiro, Louie, le barman, Glenn, Joey Polizzi, Owen Jorgensen, et Blaise et tant d'autres.

 

C'est l'histoire d'un roman en train de se raconter.

 

Rien ne me rend plus heureux que de vivre dans un trou, et je dois dire que j'ai vécu dans des sacrés trous de merde.

[…]

Ce livre parle des gens qui travaillent pour gagner leur vie, les gens qui se salissent et ne seront jamais propres, les gens qui se lavent les mains à la térébenthine, au solvant ou à l'eau de Javel et se récurent tellement souvent la peau avec des produits chimiques qu'elle se dessèche et brille comme un cuir tanné – quand ils pèlent comme un serpent qui mue, en dessous il reste encore de la graisse, de l'huile et de la crasse, imprégnées jusqu'à l'os.

[…]

Le « je » de cette histoire, cette chose, c'est le personnage le plus important. C'est moi, T-Bird Murphy.

[…]

J'ai regardé par ma fenêtre, de nuit, et j'ai vu le smog, j'ai respiré les mêmes saloperies que toi, je suis sorti de chez moi à trois heures du mat' et j'ai reniflé à pleins poumons l'aisselle puante de l'Amérique. Je sais qu'elle est là et je vais certainement pas faire comme si je trouvais ça sympa. C'est tout ce que je méprise. Et toi aussi, je te méprise.

[…]

Donc, quand je ne travaillais pas – je n'ai jamais lâché l'info à personne –, eh bien, je lisais. La bibliothécaire de la Bibliothèque publique d'Oakland s'appelait Mrs Weismann, je la connaissais depuis l'école primaire. Déjà, à l'époque, elle me collait les bons bouquins entre les mains : Jack London, Theodore Dreiser, John Dos Passos, Lipton Sinclair, Mark Twain. Elle m'a refourgué Marx, Nietzsche, Herbert Spencer, Walter Lippman, Sartre, Camus, Trotsky, et tout un tas de types dont t'as sans doute jamais entendu parler, parce que, ce qui est sûr, c'est que Mrs Weismann connaissait des bouquins carrément géniaux.

 

Oakland, California

Oakland, California

 

Oakland, Downtown, Lake Merritt, and Lakeside Park, Califor

Oakland, Downtown, Lake Merritt, and Lakeside Park, California

 

L'essence et la vraie beauté d'Oakland, on les perçoit lorsqu'on y voit plus à six mètres. Oakland, c'est le plus bel endroit de la planète, et je sais de quoi je parle, parce que je suis un diapason posé sur le trou du cul de la beauté.

[…]

Y a rien de plus beau que la volonté de vivre lorsqu'on baigne dans le désespoir absolu. L'espoir, c'est pour les connards.

[…]

trente-deux caractéristiques d'un enculé : qualités et repères.

[…]

32. J'encule les enculés.

[…]

J'ai montré ce que j'avais écrit à mon barman […] « Trop d'insultes » […] 160 enculés ou autres déclinaisons de ce terme, 17 chattes, 51 bites (en comptant le nom du bar*), 9 queues, 26 culs, 90 merdes, 58 putains, 4 pétasses, 7 pédales, 52 nègres, 53 foutres, 21 salopes, 16 putes et 3 coches.

* Le bar-restau que fréquente T-Bird s'appelle le « Dick's », ce qui, en argot, veut aussi dire « bite ».

[…]

« Si tu veux vraiment dire quelque chose, mets-le dans la bouche d'un de tes personnages. Sinon, le lecteur va penser que c'est toi qui parles et qui penses toutes ces choses horribles, ignobles et injurieuses, et si le lecteur n'est pas d'accord avec toi, il se peut que le lecteur ne t'aime pas, ne t'aime pas toi, l'Auteur, et cela pourrait avoir un impact négatif sur la vente de tes livres. »

[…]

Ce dont on a besoin, c'est d'une littérature imparfaite, d'une littérature qui ne tente pas de donner de l'ordre au chaos de l'existence, mais qui, au lieu de cela, essaie de représenter ce chaos en se servant du chaos, une littérature qui hurle à l'anarchie.

[...]

« Epouse-moi. »

Elle a souri et m'a pris la main.

[…]

« Epouse-moi », j'ai dit, et je ne sais pas ce que j'ai dit après ça, mais ce que j'aurais dû dire, et ce que je raconte, quand j'explique ce que j'ai dit, c'est ça : Je ne suis pas comme eux. Vraiment pas.

 

* * *

 

Remerciements à despasperdus, dont la chronique nous a permis de connaître cet écrivain majeur de notre temps.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

Lou 29/03/2013 11:46


 


Annie, tu verras mon Babel, courant avril.






 

Lou 29/03/2013 11:35


 


Je te l'ai dit, je n'abîme pas ceux que j'aime, tu en sauras quelque chose dans une huitaine.


 


 

des pas perdus 29/03/2013 10:49


A lire sans modération tous ses bouquins, sympa de lire ton billet en musique.

Annie 29/03/2013 08:53


va donc lire ça, ça pourra peut-être t'aider à comprendre ce qu'est un A-thée (Sans dieu)


http://bab007-babelouest.blogspot.fr/2013/03/de-la-divinite.html

Lou 27/03/2013 12:45


 


Nous sommes tous pécheurs : - )


 

Annie 27/03/2013 11:56


tu sais quand tu causes religion… c'est pas mon truc, tu ne m'y verras donc pas.


Là c'est plus interessant : un conseil (découverte) de lecture je m'y penche.

 


 
Handicap International

un clic sur les images