Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 00:01

  

Gonçalo M. Tavares, Un voyage en Inde

Gonçalo M. Tavares, Un voyage en Inde (Uma viagem à India, Caminho, 2011), traduit du portugais par Dominique Nédellec, Viviane Hamy, 2012

 

Gonçalo M. Tavares

 

L’œuvre de Gonçalo M. Tavares a reçu les éloges de José Saramago, Enrique Vila-Matas, Alberto Manguel.

Un voyage en Inde, pèlerinage en dix chants, reprend les chemins tracés par Luís de Camões, au XVIe siècle, dans Les Lusiades, Homère dans l'Odyssée, Virgile dans l'Enéide, James Joyce dans Ulysse : le héros de l'aventure se nomme Bloom.

Le récit parcourt le paysage du capitalisme délirant : machinisme des temps modernes, industrie dominante, pollution de l'esprit.

Bloom parle ainsi : ma bien-aimée a été assassinée par mon père, que j'ai tué.

Bloom a fui Lisbonne, par Londres et Paris, jusqu'en Inde à la recherche d'un asile, d'un pardon, d'une paix intérieure.

Le silence du vieux sage en méditation près du Gange n'est-il pas un masque du mensonge ?

Revenu à Lisbonne, Bloom pourrait-il retrouver la tranquillité au terme d'une quête tissée de mensonges, de l'aveu même du narrateur ?

 

I.1

Nous ne parlerons pas du rocher sacré

sur lequel la cité de Jérusalem fut construite,

ni de la pierre la plus respectée de la Grèce antique

qui se trouve à Delphes, sur le mont Parnasse,

cet omphalos – le nombril du monde –

vers quoi tu dois orienter ton regard,

parfois tes pas,

toujours ta pensée.

 

I.2

Nous parlerons de Bloom

et de son voyage en Inde.

Un homme qui partit de Lisbonne.

 

I.75

Bloom regarde par la fenêtre.

[…]

La vie est désormais habitée par des machines (inodores)

et, chaque jour, des marques de puissantes firmes industrielles accèdent

à la renommée que les plus grands conquérants ont perdue.

 

I.76

Certaines marques de voitures sont aujourd'hui

bien plus connues que le nom

d'Alexandre le Grand. (Qui ? demanderont les plus jeunes.)

Le fait est qu'en un an le climat change moins

que la réputation d'un homme.

Dans les mythologies, l'usine et les machines

ont pris la place des empereurs

et de la Licorne. Voilà le progrès de l'imagination, se dit Bloom.

 

II.71

Paris est voluptueuse.

Les éditeurs vivent dans le dénuement afin de permettre aux poètes de posséder une cave

et une bibliothèque.

 

II.107

Le capitalisme sait qu'une marchandise

avec une patte en moins perd de sa valeur :

c'est pour cela qu'il n'arrache ni pattes, ni oreilles,

ni têtes entières à coups de dents. Mais si sa valeur s'en trouvait augmentée,

il serait prêt à arracher une patte à la tour Eiffel.

 

III.124

J'aimais une femme qui s'appelait Mary […] et mon propre père l'a fait assassiner.

 

III.134

Bloom fit tuer les assassins de Mary.

 

IV.51

Les chiens, les chats, les poules imbéciles, en cercles

inutiles, synchronisées avec le pas des soldats les jours de fête.

Les différentes parties du corps qui semblent ne pas être justifiées

dans l'organisme,

la gorge d'un muet, le stylo dans la main d'un analphabète

qui n'a même pas appris à dessiner.

Le monde est difforme et mesquin.

C'est Bloom qui le dit.

 

IV.74

Son père avait tué la femme que Bloom aimait et

Bloom avait tué son propre père.

 

V.37

Une forêt ne contamine pas une usine, pense Bloom.

[…]

Ce qui est fondamental au XXIe siècle, on le sait depuis longtemps,

c'est que l'usine ne soit pas contaminée par la forêt.

 

VI.79

Les arbres ne sont pas des œuvres d'art bourgeoises,

ils existaient bien avant le XXIe siècle, ils viennent

d'une indication ludique de la terre.

 

VII.21

En Inde, des hommes âgés qu'on a écoutés

pendant des heures et qu'on croyait éternels

se lèvent subitement et se mettent à

uriner en pleine rue, sur les ordures

que des chiens, quelques secondes auparavant, tentaient de mâcher.

Respect et dégoût coïncident étrangement

dans ce qu'inspire le même homme : le monde n'est

pas clair puis obscur ; le monde, chaque morceau du monde,

est clair et obscur.

Et lorsqu'un mystique urine négligemment à côté de nous,

il nous enseigne cela, et d'autres choses encore.

 

VIII.16

La démocratie, par exemple.

De fait, il y avait quelque chose de surnaturel

dans un système qui prévoyait que les hommes

aient des droits égaux.

 

IX.37

Des cravates se lient d'amitié

tandis que descendent des pantalons excités

sur la femme qui n'a pas de compte bancaire

pour se défendre.

Tout est désir et néant. Et le néant a toujours fatigué.

 

X.156

mais rien de ce qui se passe ne pourra empêcher l'ennui définitif de

Bloom, notre héros.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

Lou 28/11/2012 09:05


 


Lou est là ! : - )


 

des pas perdus 27/11/2012 19:29


Je ne connais pas, je note les références. 

 


 
Handicap International

un clic sur les images