Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 00:01

 

Henri Dutilleux, Mystère et mémoire des sons

Henri Dutilleux, Mystère et mémoire des sons, Entretiens avec Claude Glayman, Actes Sud, 1997

 

Henri Dutilleux, in Constellations

Henri Dutilleux (photographie : Louis Monier)

 

Henri Dutilleux, Orchestral, Piano & Chamber Master works

Henri Dutilleux, Orchestral, Piano & Chamber masterworks, Plasson, Casadessus, Bonneau, Chung, Mørk, Capuçon, Queffélec, Pahud, Godart, EMI Records / Virgin Classics, 2012

 

 

 

Henri Dutilleux, The Shadows of Time, I à III, 1997 – Orchestre du Capitole de Toulouse, dir. Michel Plasson, Timothée Collardot, Aude Guiral, Sarah Lecolle, children voices from Choir "La Lauzeta"

 

The Shadows of Time est composé de six épisodes : I. Les Heures ; II. Ariel Maléfique ; III. Mémoire des ombres ; IV. Interlude ; V. Vagues de Lumière ; VI. Dominante Bleue ?

 

On y entend des réminiscences du chant grégorien, le mystère, le sacré.

Dominante bleue ? Un musicien de la couleur.

On reconnaît le « son Dutilleux » dès les premières mesures, comme une sorte de sensualité dans l'ordre harmonique.

 

Vassily Kandinsky, Impression V (Parc), 1911

Vassily Kandinsky, Impression V, 1911 – le cavalier bleu

 

_ Je suis né le 22 janvier 1916, à Angers. J'avais trois ans quand ma famille a quitté cette ville en 1919 pour rejoindre le Nord de la France, alors si éprouvé. Un enfant de trois ans peut être marqué par certaines images qui se fixeront comme des souvenirs.

[...]

_ Vous songez à votre maison actuelle ?

_ Elle est à une soixantaine de kilomètres d'Angers, à Candes-Saint-Martin, en Touraine, à la pointe extrême du confluent de la Loire et de la Vienne. C'est très beau, ce spectacle des deux fleuves qui se rejoignent, face à chez nous.

 

Confluent de la Vienne et de la Loire, Candes-Saint-Martin

Confluent de la Vienne et de la Loire, Candes-Saint-Martin

 

Constant Dutilleux, l'arrière-grand-père du compositeur, était peintre. Henri Dutilleux se souvient de ses toiles, dessins, fusains, sanguines.

 

Constant Dutilleux, Paysage à Lambres, pastel, 1865, Musé

Constant Dutilleux, Paysage à Lambres, pastel, 1865, Musée des Beaux-Arts, Arras

 

_ Vous aviez reçu une éducation religieuse ? Vous y revenez dans une interview où vous parlez de cette dimension sacrée, à propos de votre vision de la musique.

_ C'était sans doute avec dom Angelico Surchamp, pour la revue Zodiaque. J'évoquais une aspiration vers quelque chose d'indicible *, inclination qui s'est peut-être affirmée au cours des années.

[…]

Voyez-vous, j'ai une foi un peu particulière, pas du tout comme Messiaen qui se proclamait avec force et une grande sincérité musicien catholique.

* NDL : on ne peut dire la musique.

 

Le Conservatoire, la villa Médicis, et les années noires – de l'Occupation à la Libération.

 

_ C'est à cette période que vous avez connu votre femme, Geneviève Joy ?

 

Henri Dutilleux et Geneviève Joy

Henri Dutilleux et sa femme, la pianiste Geneviève Joy (photographie : Louis Monier)

 

_ Nous nous sommes mariés en 1946, nous nous connaissions depuis quatre ans.

 

_ Aviez-vous des amis musiciens à l'époque ?

_ C'est vers la fin de l'Occupation que j'ai rencontré Manuel Rosenthal, à l'occasion d'une réunion très clandestine qui se tenait au fond d'une impasse, près du métro Falguière. Moi, j'étais l'un des petits maillons d'une longue chaîne de musiciens groupés sous le nom de Front national – le vrai, celui-là, comme c'est étrange ! – où se retrouvaient Désormière, Henry Barraud, Georges Auric, Claude Delvincourt, Elsa Barraine, Roland-Manuel, Irène Joachim, Marcel Mihalovici, Rosenthal et d'autres encore.

[…]

Désormière […] avait été l'un des maîtres d’œuvre de la reprise de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique en septembre 1940 – devant un parterre vert-de-gris.

 

Des musiques de films ? Oui, pour Grémillon, Pialat...

 

_ On vous dit un peu lent ?

_ On a tout à fait raison de le dire. […] Si je suis lent ce n'est pas, à vrai dire, que je ne travaille pas, c'est parce que je parviens mal à préserver mon temps de travail, bien que je sois maintenant un homme libre. […] Mais il est extrêmement difficile d'organiser son travail tout en restant ouvert aux autres et disponible.

 

Comment Henri Dutilleux a-t-il vécu mai 68 ?

_ […] dans le sens d'une plus grande liberté, […] une prise de conscience de la situation du musicien et du compositeur dans la société.

 

Un musicien hédoniste ?

 

_ J'ai souvent parlé de la joie du son, mais il y a autre chose... En toute humilité, je dirai, moi, que l'un des buts principaux, c'est la recherche d'une certaine cohérence, d'un équilibre sans préjudice de la fantaisie, d'une sorte de plaisir qui serait aussi celui du jeu, du goût du risque, ce qui est très important aussi.

 

_ Comment vivent les compositeurs, en France ou ailleurs ? Quels sont leurs moyens d'existence ?

_ […] l'enseignement... la radio... des arrangements pour des boîtes de nuit... au moins jusqu'à cinquante ans.

 

* * *

 

Henri Dutilleux, Constellations

_Henri Dutilleux, Martine Cadieu(x ?), Constellations– Entretiens, Michel de Maule, 2007

 

Avant-propos

Chasseresse des songes, Martine Cadieu a plusieurs cordes à son arc : la poésie, le roman, la musique.

Jean Roy

 

Dans l'île Saint-Louis. Correspondances

Samedi 28 février 2004, l'après-midi.

L'air est léger, le froid coupant, la lumière douce et dorée sur les quais et le marché aux fleurs.

[…]

Henri Dutilleux aime bien raconter, faire sourire. Moi j'aime bien écouter.

 

 

Henri Dutilleux, Correspondances, Esa-Pekka Salonen (Trailer) – Alexandre Soljenitsyne, Prithwindra Mukherjee, Vincent van Gogh, Rainer Maria Rilke –, 22 janvier 2013

 

Correspondances est une œuvre de Henri Dutilleux créée par Simon Rattle à Berlin, les 5 et 7 septembre 2003.

 

_ Titre au pluriel et l'on comprend pourquoi. Je pensais déjà à la lettre de Soljenitsyne à Rostropovitch et Galina Vichneskaïa.

[…]

C'est la première à laquelle j'ai pensé. Je voulais me limiter à des lettres, mais au même moment, j'ai retrouvé un recueil de poèmes d'un auteur indien vivant à Paris : Prithwindra Murkherjee. Il m'avait donné ce livre, il y a longtemps. J'ai commencé l’œuvre par son texte.

 

« Des flammes, des flammes qui envahissent le ciel,

Qui es-tu, ô danseur, dans l'oubli du monde ?

Tes pas et tes gestes font dénouer tes tresses,

Tremblent les planètes et la terre sous tes pieds.

Des flammes, des flammes qui envahissent la terre... »

 

J'ai ensuite pensé à la correspondance de Vincent van Gogh avec son frère Théo.

 

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889 – en noir et blanc dans le texte

 

_ La Nuit étoilée m'a inspiré une partition : Timbres, Espace, Mouvement.

 

Des rencontres.

 

Kandinsky : Impression V, 1911 – le cavalier bleu (cf. supra).

Paul Jenkins : Phenomena Sun Over The Hourglass, 1966 – sur un fond noir, un bleu très vibrant, un rouge de flamme, un jaune acide, une grande montée de blanc lumineux.

 

Paul Jenkins, Phenomena Sun Over The Hourglass, 1966

Paul Jenkins, Phenomena Sun Over The Hourglass, 1966

 

Et Robert Doisneau.

 

Robert Doisneau, Les Lilas de Ménilmontant, 1956 ht700

Robert Doisneau, Les Lilas de Ménilmontant, 1956 – Lou avait neuf ans, en plein élan sur ses patins.

 

Henri Dutilleux s'est passionné pour l'astrologie.

 

Henri Dutilleux, thème astrologique de naissance

Henri Dutilleux, thème astrologique de naissance – 22 janvier 1916 à 6 h 30 du matin, à Angers

 

Le lecteur trouvera par le lien une lecture du thème.

 

Planètes, astrologie

 

On observera Neptune, les eaux profondes, Saturne, une certaine lenteur mélancolique et une disponibilité exigeante aux autres, Pluton, non pas la mort mais l'autre rive, et la Lune, en 22° Lion, entre Neptune et Mars. Uranus, si près de Mercure – tout pour s'entendre. Jupiter en Poissons, et en bonne relation avec Neptune et le Soleil (sextile et trigone).

 

Et puis Henri Dutilleux est un chat de bois, dans l'Empire Céleste. Un chat...

 

Restons encore un peu.

 

 

Henri Dutilleux, Ainsi la Nuit, Quatuor Rosamonde, 2011

 

L’œuvre intégrale est interprétée ici par le Belcea Quartet.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 15/03/2014 09:33


tu n'as mis aucune image de sa muse Renee Fleming... 

Lou de Libellus 15/03/2014 11:36



 


Je ne tiens pas la chandelle : - )


Il a composé pour elle.


http://www.youtube.com/watch?v=_lwfXEe5VDA


 



des pas perdus 13/03/2014 18:49


Un an déjà ?

Lou de Libellus 14/03/2014 08:16



 


Oui. C'est bien pourquoi il est écrit en haut de page : Libellus Info, l'actualité brûlante en continu.


Je préfère les hommages anthumes aux posthumes, et pas le jour d'après, pour faire du chiffre.


 



Le gentil 13/03/2014 07:54


On ne saura jamais assez gré à la musique (et aux musiciens) d'être, de tous les arts, celui qui occupe le moins d'espace possible.

Lou de Libellus 13/03/2014 10:03



 


Entre Timbres et Mouvement, il y a Espace.


La musique n'est perceptible que par l'espace, le silence, entre les notes, fût-il imperceptible.


John Cage a proposé 4' 33" de silence - est-ce bien du silence, quand
il y a un catarrheux dans la salle ? Où la musique n'est-elle pas !?


 


Certes, Christophe Maé, un génie...


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images