Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 00:01

 

 Henry Edward Helseth, Un aller simple

Henry Edward Helseth, The Chair for Martin Rome, 1947, Un aller simple, Gallimard, Série noire n° 65, 1950, traduit de l'américain par Jean Rosenthal et Minnie Danzas

 

 Henry Edward Helseth

Henry Edward Helseth

 

Henry Edward Helseth est né en 1912 dans le Minnesota. Il est l'auteur de romans policiers dont un seul a été traduit en français, Un Aller Simple, considéré par Jean-Pierre Melville comme, appartenant à « la très, très grande littérature », un « grand chef-d’œuvre » (Le policier de poche, 1967).

José Giovanni a porté le roman à l'écran en 1971.

 

 

Otto Preminger, River of No Return, 1954, chansons : Ken Darby / Lionel Newman, int. Marilyn Monroe

 

 

José Giovanni / François de Roubaix, Un aller simple, 1971, int. Gilles Dreu

 

Une tragédie antique : le héros inspire crainte et pitié (φόβος και έλεος), il est mené par une fatalité implacable qu'il ne peut que suivre, volontairement, jusqu'à la mort.

 

L'infirmière s'était rendu compte qu'il ne dormait pas.

[…]

Dans la matinée du 8 septembre, Martin Rome et Thomas Mills avaient tenté de cambrioler la Citizens First National Bank & Trust Company. Ils avaient été pris en flagrant délit par l'officier de police Harold Mac Ready. Suivit un échange de coups de feu. Mac Ready fut abattu, après avoir tué Thomas Mills et blessé Martin Rome.

 

Marty sait qu'il va être condamné à mort. Harvey Niles, un avocat, un faisan, lui propose d'endosser le meurtre prétendument commis par un certain Whitey Legget, en échange d'une protection donnée à Teena, l'amie de Marty : il refuse et s'évade pour retrouver le vrai coupable. Il y parvient. Son destin est accompli.

 

Au cours de sa cavale en quête du tueur inconnu, Martin se rend chez Harvey Niles. Une bagarre éclate. Niles reçoit une balle de l'arme avec laquelle il menaçait son visiteur. Avant de mourir, il a eu le temps de dire :

Tout seul, vous êtes foutu.

[…]

Le quartier des condamnés à mort comprenait seize cellules. Onze d'entre elles étaient occupées. Celle de Martin Rome portait le numéro six.

[…]

La voix de l'aumônier Berglund s'éleva, d'abord chétive, puis plus ferme lorsque le jeune prêtre se joignit à l'oraison :

_ … Notre Père qui êtes aux cieux...

FIN

 

* * *

 

José Giovanni / François de Roubaix, Un aller simple, 1971

 

Sur le chemin des sans avenir

Tous les hasards mènent à bon port

Mon port à moi c'est la jeune mort

On y jette l'argent par les fenêtres

 

Que l'on soit beau, que l'on soit moche

On est tout seul dans son cercueil

En oripeaux ou en galoches

Dans un linceul, y'a pas de poche

 

Sur le chemin des sans avenir

L'amour surgit à l'aube

Et jamais plus je ne l'oublierai

Cette douceur du temps d'aimer

 

Que l'on soit beau, que l'on soit moche

On est tout seul dans son cercueil

En oripeaux ou en galoches

Dans un linceul, y'a pas de poche

 

Sur le chemin des sans avenir

Tous les hasards mènent à bon port

Mon port à moi c'est la jeune mort

On y jette sa vie par les fenêtres

 

Que l'on soit beau, que l'on soit moche

On est tout seul dans son cercueil

En oripeaux ou en galoches

Dans un linceul, y'a pas de poche

 

Sur les cargos, mes rêves d'enfant

N'ont jamais fait naufrage

Mes rêves d'enfant sont de retour

Mais il est un voyage dont on ne revient pas

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

Lou 01/02/2013 07:24


 


Mardi prochain, les dames du Thérondelle reviennent. C'est réaliste, mais ce n'est pas triste.


 

yueyin 31/01/2013 17:32


C'est triste comme une chanson réaliste... brrrrr

Lou 14/01/2013 11:37


 


Helseth, ce n'est pas le même registre, bien sûr, et puis on connaît la fin dès le commencement, le récit n'est pas vicieux comme dans Ackroyd : - )


 

Anne d'Amico 13/01/2013 13:26


A part les Agatha Christie, les romans policiers ne sont pas ma tasse de thé!


Gros bisous Lou!

Lou 13/01/2013 07:50


 


Elias Canetti, dans Le Territoire de l'homme, dit que parfois on garde longtemps un livre avant de le lire, il accompagne des déménagements, on ne sait pas pourquoi on y tient, puis, un
jour, on commence la lecture, on comprend alors que le temps n'était pas encore venu, que le livre est maintenant essentiel.


 

des pas perdus 13/01/2013 07:36


Je note, pas lu !


J'ai acquis le dernier Roth mais comme ma priorité va aux livres que j'emprunte à la bibliothèque, je le laisse tranquillement vieillir en étagère... ;-)

 


 
Handicap International

un clic sur les images