Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 23:01

 
José Saramago, le cahier
José Saramago, le cahier, le cherche midi, 2010

Outros Cadernos de Saramago


Droits de l'homme

Le 26 septembre 2008

D'après la Déclaration universelle des droits de l'homme, dans son article 12 : « Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, , sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. » Et encore : « Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. »


Israël

Le 19 novembre 2008

Je viens de la maison de l'Alentejo où j'ai participé à une session de solidarité avec la lutte du peuple palestinien pour sa pleine souveraineté contre les procédés arbitraires [NDL : les mots en relief sont le fait de Lou] et les crimes dont Israël est responsable.
[…]
Si Barack Obama veut libérer son pays de l’infamie du racisme, qu'il le fasse aussi en Israël. Cela fait soixante ans que le peuple palestinien est froidement martyrisé avec la complicité tacite ou active de la communauté internationale. Il est temps d'en finir.

Le 22 décembre 2008

Le sigle ONU, tout le monde le sait, signifie « Organisation des Nations unies », c'est-à-dire, à la lumière de la réalité, rien ou très peu. C'est ce que doivent dire les Palestiniens de Gaza, dont les denrées alimentaires s'épuisent, ou sont déjà épuisées, parce que l'a ainsi imposé le blocus israélien, destine, semble-t-il, à condamner à la famine les 750 000 personnes enregistrées là-bas comme réfugiés.

Le 31 décembre 2008

Il n'est pas du meilleur augure que le futur président des États-Unis répète de temps en temps, sans tremblements de voix, qu'il maintiendra avec Israël la « relation spéciale » qui lie les deux pays, en particulier le soutien inconditionnel que la Maison-Blanche a dispensé à la politique répressive – répressive est peu dire – par laquelle les gouvernants – et pourquoi pas aussi les gouvernés ? - israéliens n'ont rien fait d'autre que martyriser de toutes les manières et par tous les moyens le peuple palestinien.
[…]
[Les enfants de Barack Obama disent] « Ne te fatigue pas, papa, nous savons ce que c'est qu'une relation spéciale, ça s'appelle "complicité criminelle". »

Le 6 janvier 2009

Sarkozy, l'irresponsable
Dans un accès d'hypocrisie politique tout simplement remarquable, Sarkozy accuse le Hamas d'avoir commis des actions irresponsables et impardonnables en lançant des roquettes sur le territoire d'Israël.
[…]
Il faut dénoncer le Hamas. À une condition toutefois. Que ses mots justement réprobateurs soient également appliqués aux abominables crimes de guerre qui sont commis par l'armée et par l'aviation israélienne, dans des proportions sans commune mesure, contre la population civile de la bande de Gaza.

[NDL : le grand-père de Nicolas Sarkozy était juif, celui-ci est donc un « demi-juif »]

Le 11 janvier 2009

Avec Gaza
[…] le mouvement de masse prévu pour dimanche à Madrid, l'objet immédiat de cette manifestation est l'action militaire sans discernement, criminelle et attentatoire à tous les droits fondamentaux de l'homme, développée par le gouvernement d'Israël contre la population de Gaza […] Que chaque manifestant ait présent à l'esprit que cela fait déjà soixante ans sans interruption que les Palestiniens sont victimes de violences, d'humiliation et de mépris de la part des Israéliens. Et que leurs voix, des voix de la foule qui sera sans doute présente, jaillisse l'indignation contre le génocide, lent mais systématique, qu'Israël a exercé et exerce sur le peuple palestinien martyrisé.

Le 19 janvier 2009

L'autre crise
[…] la crise morale qui lamine le monde […]
Une crise morale, c'est ce dont souffre le gouvernement israélien, autrement il ne serait pas possible de comprendre la cruauté de ses agissements à Gaza, une crise morale, c'est ce qui infecte les esprits des gouvernements ukrainien et russe quand ils condamnent, sans remords, la moitié d'un continent à mourir de froid, une crise morale, c'est quand l'Union européenne se montre incapable d'élaborer et de mettre en œuvre une politique extérieure cohérente et fidèle à certains principes éthiques fondamentaux.

Le 22 janvier 2009

Avec la Torah en toile de fond, cette terrible et inoubliable image d'un militaire juif brisant à coups de marteau les os de la main d'un jeune Palestinien capturé lors de la première Intifada pour avoir jeté des pierres contre les tanks israéliens prend tout son sens.

Le 5 février 2009

Adolf Eichmann
[…] principal exécuteur de l'opération d'extermination de juifs – ils ont été 6 millions – menée à terme de façon systématique, presque scientifique, dans les camps de concentration nazis. Critique comme je l'ai toujours été des abus et des répressions exercées par Israël sur le peuple palestinien, mon principal argument contre ces pratiques a été, et est toujours, d'ordre moral : les inénarrables souffrances infligées aux juifs tout au long de l'histoire et, en particulier, dans le cadre de ce que l'on appelle la « solution finale » devraient être pour les Israéliens d'aujourd'hui – des soixante dernières années, pour être plus exact – la meilleure des raisons de ne pas imiter sur la terre palestinienne leurs bourreaux.


Vaticanices

Le 17 septembre 2008

L’Église anglicane […] a annoncé une décision importante : demander pardon à Charles Darwin au moment où l'on commémore le bicentenaire de sa naissance, pour le mal avec lequel elle l'a traité après la publication de L'Origine des espèces et surtout après De la descendance de l'homme.
[…]
Son repentir, même tardif, […] incite peut-être le pape Benoît XVI, embarqué maintenant dans une manœuvre diplomatique vis-à-vis du la¨cisme, à demander pardon à Galileo Galilei et à Giordano Bruno, en particulier à celui-ci, chrétiennement torturé, avec beaucoup de charité, jusque sur le bûcher où il a été brûlé.

Le 9 octobre 2008

Revenons-en à Ratzinger. Il est arrivé à cet homme, sans aucun doute intelligent et informé, qui mène une vie active à l'intérieur et à la périphérie du Vatican – il suffit de dire qu'il a présidé la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans la droite ligne, avec d'autres méthodes, du funeste tribunal du Saint-office, plus connu comme inquisition -, il est donc arrivé à cet homme une chose à laquelle on ne s'attendait pas de quelqu'un à ce niveau de responsabilités, dont nous devons respecter la foi mais non l'expression de sa pensée médiévale. Scandalisé par les laïcismes, frustré par l'abandon des fidèles, il a ouvert la bouche pendant la messe qui a débuté le synode pour sortir des énormités comme celle-ci : « Si nous regardons l'histoire, nous sommes bien obligés d'admettre que cette distanciation et cette rébellion des chrétiens incohérents ne sont pas uniques. En conséquence de quoi, Dieu, bien que ne manquant jamais à sa promesse de salut, a souvent dû recourir au châtiment. »

[NDL : incohérents, v'là aut'chose.]

[1 : la doctrine de la foi est un terme incohérent. La foi n'est pas une doctrine. La doctrine est un ensemble d'opinions fondé sur l'état, toujours provisoire, des lieux scientifiques à un moment donné. C'est ainsi qu'à l'époque de Galilée, bien que d'autres chercheurs aient abouti aux mêmes conclusions que lui et que les savants prélats en aient été informés, le mouvement de l'horloge universelle n'était pas encore communément admis. C'est ainsi qu'à l'époque de Darwin, bien que d'autres chercheurs se soient approchés de ses conclusions et que les savants prélats en aient été informés, la pensée de la vie en mouvement n'était pas encore communément admise. Les églises de Rome et de Canterbury ont pu revoir leur doctrine – il n'était pas même utile de demander pardon.

Le dogme est un ensemble de mystères dont la vérité, révélée, ne peut être mise en question, dans les siècles des siècles. Le pape n'est infaillible que sur ce point. Pour un chrétien ou un animiste, saler son infusion ou sucrer sa morue est seulement affaire de goût.]

[2 : Si nous regardons l'histoire... Dieu... Encore une phrase incohérente. Dieu n'est pas dans l'histoire, il n'est pas dans notre temps.]

Le 9 février 2009

Je ne supporte pas de voir messieurs les cardinaux et messieurs les évêques vêtus avec un luxe qui scandaliserait le pauvre Jésus de Nazareth, mal drapé dans sa tunique de toile grossière, aussi dépourvu de coutures qu'elle ait pu être, et ce n'était certainement pas le cas, et je me rappelle à chaque fois le délirant défilé de mode ecclésiastique que Fellini a génialement mis dans Huit et demi pour son régal et pour le nôtre.

[Jacques, 2, 2-4
Supposez qu'il entre dans votre assemblée un homme à bague d'or, en habit resplendissant, et qu'il entre aussi un pauvre en habit malpropre.
Vous tournez vos regards vers celui qui porte l'habit resplendissant et vous lui dites : « Toi, assieds-toi ici à la place d'honneur. » Quant au pauvre, vous lui dites : « Toi, tiens-toi là debout », ou bien : « Assieds-toi au bas de mon escabeau. »
Ne portez-vous pas en vous-mêmes un jugement, ne devenez-vous pas des juges aux pensées perverses ?]

Le 11 février 2009

Il y a des années de cela – de nombreuses années déjà -, le célèbre théologien allemand Hans Küng a écrit cette vérité : « Les religions n'ont jamais servi à rapprocher les êtres humains les uns des autres. »


Plumes

Le 13 février 2009

Plonger une langouste vivante dans de l'eau bouillante et l'y faire cuire, c'est une vieille pratique culinaire dans le monde occidental. Il paraît que si la langouste était mise au bain déjà morte, le goût final serait différent, en pire. Il y a des gens qui disent aussi que la rubiconde couleur vermeille du crustacé au sortir de la casserole est justement due à la très haute température de l'eau. Je n'en sais rien, je le sais par ouï-dire, je suis incapable de faire cuire convenablement un œuf sur le plat. Un jour, j'ai vu dans un documentaire comment on nourrit les poulets, comment on les tue et les dépèce, et il s'en est fallu de peu pour que je vomisse. Et un autre jour, qui ne s'est jamais effacé de ma mémoire, j'ai lu dans un magazine un articles sur l'utilité des lapins dans les usines de cosmétiques, et j'ai appris que les tests sur les risques d'irritation causée par les ingrédients des shampoings se font par application directe dans les yeux de ces animaux, selon le style du funeste « docteur de la Mort », qui injectait du pétrole dans le cœur de ses victimes. Maintenant, une brève parue dans les journaux m'informe qu'en Chine les plumes d'oiseaux destinées à garnir les oreillers sont arrachées comme ça, sur le vif, puis nettoyées, désinfectées et exportées pour le délice des sociétés civilisées, qui savent ce qui est bon et à la mode. Pas de commentaires, ça ne vaut pas la peine de tremper sa plume, ces plumes suffisent.


Question

Le 30 octobre 2008

« Et je demande aux économistes politiques, aux moralistes, s'ils ont déjà calculé le nombre d'individus qu'il faut forcément condamner à la misère, au travail disproportionné, à la démoralisation, à l'enfance, à l'ignorance crapuleuse, au malheur insurmontable, à la pénurie absolue, pour produire un riche. »
Almeida Garrett (1799-1854)

* * *

Remerciements à Yueyin qui nous a fait découvrir le cahier.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

commentaires

des pas perdus 28/05/2015 19:50

Je n'ai pas lu cet ouvrage, je note sur ma liste.

Lou de Libellus 29/05/2015 10:36

Tu as lu les citations, tu ne devrais pas être déçu.

Lou de Libellus 05/10/2012 10:15


1
Thordruna
Samedi 15 Septembre à 14:33  

Ce que ça m'inspire, en partie, et dans l'ordre chronologique de rédaction :
Bible, exode 21:23 : mais s'il y a accident, tu donneras vie pour vie, exode 21-24 : œil pour œil, dent pour dent, pied pour pied, exode 21-25 : brûlure pour brûlure, meurtrissure pour
meurtrissure, plaie pour plaie.
Bible, Mathieu 12-30 : Celui qui n'est pas avec moi (Jésus) est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse.
Coran 2 : 190 : Combattez au sentier de Dieu ceux qui vous combattent, mais ne soyez pas transgresseurs, Dieu n'aime pas les transgresseurs. 191 : Tuez-les où que vous les trouviez, chassez-les
d'où ils vous chassaient. La persécution est pire que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sainte avant qu'ils vous combattent. S'ils vous combattent, tuez-les, c'est le
salaire des incroyants.
Et on peut les passer en boucle, c'est sans fin. Je sais, ce ne sont que des citations, sorties du contexte. J'ai un infini respect pour l'écriture et les livres. Les Ecritures et le Livre,
cependant, de temps en temps, je me demande... On va s'en sortir ?
A noter que votre phrase d'intro dans le cadre variable est chaude comme la braise, en ce moment, et pas que par rapport à la plateforme.
Cordialement.

Lou de Libellus 05/10/2012 10:14


Les commentaires suivants ont été publiés sur EklaBlog, ils sont ici regroupés.


 


***


 


3
Lou de Libellus
Samedi 15 Septembre à 20:14  

 
Thordruna, vous chassez sur le territoire de Lou.
Vous remarquerez les phrases mises en relief, c'est la réponse.
Et puis ce trait d'humour à la fin : Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.
***
"dépourvu de", c'est l'orthographe de José Saramago, ou plus exactement de son traducteur, relu et revu. Je n'ai pas voulu la modifier. Elle se défend. En français, on pourrait y voir comme un
adverbe.
Jesus de Nazaré, mal tapado com a sua túnica de péssimo pano, por muito inconsútil que tivesse sido e certamente não era...
inconsútil = sans couture
***
Matthieu, 5 (le sermon sur la montagne, trad. Bible de Jérusalem)

    Voyant les foules, il gravit la montagne, et quand il fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui.
    Et prenant la parole, il les enseignait en disant :
    " Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux les affligés, car ils seront consolés.
    Heureux les doux, car ils posséderont la terre.
    Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.
    Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers.
    " Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel vient à s'affadir, avec quoi le salera-t-on ? Il n'est plus bon à rien qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens.
    " Vous êtes la lumière du monde. Une ville ne se peut cacher, qui est sise au sommet d'un mont.
    Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
    Ainsi votre lumière doit-elle briller devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux.
    " N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
    Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l'i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé.
    Celui donc qui violera l'un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux ; au contraire, celui qui
les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.
    " Car je vous le dis : si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux.
    " Vous avez entendu qu'il a été dit aux ancêtres : Tu ne tueras point ; et si quelqu'un tue, il en répondra au tribunal.
    Eh bien ! moi je vous dis : Quiconque se fâche contre son frère en répondra au tribunal ; mais s'il dit à son frère : "Crétin ! ", il en répondra au Sanhédrin ; et s'il lui dit
: "Renégat ! ", il en répondra dans la géhenne de feu.
    Quand donc tu présentes ton offrande à l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
    laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis reviens, et alors présente ton offrande.
    Hâte-toi de t'accorder avec ton adversaire, tant que tu es encore avec lui sur le chemin, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, et le juge au garde, et qu'on ne te
jette en prison.
    En vérité, je te le dis : tu ne sortiras pas de là, que tu n'aies rendu jusqu'au dernier sou.
    " Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu ne commettras pas l'adultère.
    Eh bien ! moi je vous dis : Quiconque regarde une femme pour la désirer a déjà commis, dans son cœur, l'adultère avec elle.
    Que si ton œil droit est pour toi une occasion de péché, arrache-le et jette-le loin de toi : car mieux vaut pour toi que périsse un seul de tes membres et que tout ton corps
ne soit pas jeté dans la géhenne.
    Et si ta main droite est pour toi une occasion de péché, coupe-la et jette-la loin de toi : car mieux vaut pour toi que périsse un seul de tes membres et que tout ton corps ne
s'en aille pas dans la géhenne.
    " Il a été dit d'autre part : Quiconque répudiera sa femme, qu'il lui remette un acte de divorce.
    Eh bien ! moi je vous dis : Tout homme qui répudie sa femme, hormis le cas de "prostitution", l'expose à l'adultère ; et quiconque épouse une répudiée, commet un adultère.
    " Vous avez encore entendu qu'il a été dit aux ancêtres : Tu ne te parjureras pas, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de tes serments.
    Eh bien ! moi je vous dis de ne pas jurer du tout : ni par le Ciel, car c'est le trône de Dieu ;
    ni par la Terre, car c'est l'escabeau de ses pieds ; ni par Jérusalem, car c'est la Ville du grand Roi.
    Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux en rendre un seul cheveu blanc ou noir.
    Que votre langage soit : "Oui ? oui", "Non ? non" : ce qu'on dit de plus vient du Mauvais.
    " Vous avez entendu qu'il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent.
    Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu'un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l'autre ;
    veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau ;
    te requiert-il pour une course d'un mille, fais-en deux avec lui.
    A qui te demande, donne ; à qui veut t'emprunter, ne tourne pas le dos.
    " Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
    Eh bien ! moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs,
    afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
    Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-il pas autant ?
    Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ?
    Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.
2
Thordruna
Samedi 15 Septembre à 14:38  

Et aussi, j'aurais mis un e à dépourvu dans le paragraphe du 9 février... Comm à part que vous pourrez omettre de publier si je commettais ainsi à l'égard de votre susceptibilité ce regrettable
impair si vilipendé sur les forums, et qui consiste à faire une remarque de nature orthographique. Mais je crois que non, alors je me suis permis...
Tout aussi cordialement.

Lou de Libellus 05/10/2012 10:08


Les commentaires suivants ont été publiés sur EklaBlog, ils sont ici regroupés.


 


***


 


5
Lou de Libellus
Dimanche 16 Septembre à 09:03  

Merci de votre fidélité, Thordruna.

Bien entendu, le territoire de Lou est ouvert à tous, j'aurais dû mettre un clin d'œil.
Tous ? Il n'y a pas grand monde dans les commentaires à part vous et moi. J'ai pourtant fait au plus simple, non ?

Je n'ai pas retouché l'orthographe de Marie Hautbergue, "sans couture" aurait peut-être été mieux.

Pour ce qui est de l'histoire, les choses se sont gâtées à partir du XIe siècle.
Les religions n'ont jamais servi à rapprocher les êtres humains les uns des autres (une citation faite par José Saramago).
Jésus n'est jamais venu fonder une nouvelle religion, il le dit assez.
Sur cette pierre je bâtirai mon Église pointe le skandalon, la pierre de lapidation dont on couvrait ensuite les tombes pour ne plus entendre les victimes. On est loin de la première pierre du
Vatican et bien loin du sens détourné aujourd'hui où tout (et n'importe quoi) est scandale. Il y a bien d'autres dérives... mais avec vous, on en parlerait des heures. Les grévistes prennent les
usagers en otages, quel scandale !
: - )

C'est bien, c'est bien, je vais colender... Si on se met à causer le latin dans les commentaires... Oui, c'est moi qui ai commencé sur le forum (tiens ! un mot latin !). Que celui qui est parfait
me jette la première pierre ! J'aurai pu écrire : Quousque tandem abutere, Ekla, patientia nostra ? Je ne l'ai... Ben, si, je viens de le faire.
Ce matin, Eklablog va bien.
4
Thordruna
Dimanche 16 Septembre à 00:13  

Vaste est le territoire de Lou, bien plus que celui de Thordruna. Je vous prie donc de bien vouloir m'excuser pour cette intrusion, j'essaierai de ne pas récidiver (SGDG).
J'ai du mal à trouver dans mes connaissances, pas franchement exhaustives certes, un usage adverbial de ce type pour un adjectif utilisé avec un verbe d'état. La chose a en soi peu d'importance,
d'ailleurs, l'important restant le texte et son sens, et si je n'avais ralenti sur ce passage en pensant à Umberto Eco, ce e ne m'aurait probablement pas fait défaut.
Je vous remercie pour ce rappel du sermon sur la montagne. Depuis combien de temps n'ai-je pas ouvert ma Bible, déjà ? Il me fait surtout penser aux premiers martyrs chrétiens, inscrits dans un
contexte historique de prosélytisme non-violent - et pour cause, les chrétiens ne disposaient pas encore du pouvoir à ce moment-là -, et aussi à Gandhi et au Dalaï Lama, plus récents... mais pas
tout à fait chrétiens. Entre ces deux époques sont à noter quelques hiatus et déviances dans l'application de la parole christique. D'où l'humour que vous trouvez dans la dernière phrase,
peut-être ? Sur ce sujet, je ne reste néanmoins que question en suspens, même si j'aimerais pouvoir dire : "pour moi, j'ai retiré mes pieds". Sur ce sujet, comme sur nombre de ceux qu'évoque
Saramago.
Cordialement.
PS : Je ne suis pas sûre que Carthago deleta est. Vobis colenda est patientia, si je peux me permettre. Là, je garde la foi.

Lou de Libellus 05/10/2012 10:05


Les commentaires suivants ont été publiés sur EklaBlog, ils sont ici regroupés.


 


***


 


7
Lou de Libellus
Lundi 17 Septembre à 17:15  

J'ai un mauvais fond, sûrement.
Va dans l'métro, sale nana !
Vous n'êtes pas toujours si facile à suivre
Et ça recommence... Yueyin (voir liens) m'avait déjà taxé ou taclé pour mon Léonard qui allait à Freud par la déviation Duchamp.
Question : le christianisme porte-t-il ça en lui ? (c'est une vraie question).
Non et oui. Le christianisme n'est pas une nouvelle religion fondée par Jésus, mais Olaf a anticipé les Vaticanices, avec bien de l'amour pour son prochain...
Je suis culturellement protestante luthérienne
On m'a déjà dit que j'étais protestant (voir note 1). Ratzinger me considère même (voir la relation de José Saramago) comme un incohérent. Le texte, rien que le texte. L'évangile nous est parvenu
en grec. Luc était helléniste de naissance. Jésus, qui était pauvre par l'esprit, n'était pas un pauvre d'esprit. Il connaissait l'hébreu, moi non plus, l'araméen, moi non plus, le latin et
sûrement le grec, moi zossi (voir note 2).
Les Témoins de Jehovah aussi, mais nous n'avons pas les mêmes traductions.
La traduction des Jehovah est fausse, volontairement. On pourrait penser qu'ils confondent hic, ille, iste, quand ils prédisent la fin du monde, qu'ils font semblant de confondre avec les
derniers temps.
Merci pour la référence à mon salon de thé. Il paraît que mes dames sont devenues infréquentables depuis qu'elles ont viré lof pour lof avec le changement. La dame en bleu qui était plutôt de...
s'est intégrée au courant dominant, la dame en rose qui était plutôt de... n'a pas supporté la déception. Elles restent très sympathiques.
Comment s'étonner des déviations et des dérives, tant du sens que des termes ? (Question purement rhétorique).
Lou ne s'étonne plus qu'au présent de perdreau offert par... ? Je ne vois que Chan capable de cet exploit. C'est un cascadeur.
Quel crédit lui accorder ? (question rhétorique, mais pas que).
Bof !
Ce soir, Eklablog est cyclothymique, haute fréquence.
Aujourd'hui aussi. Voyez la mayonnaise de Lou sur son facebook (Lou de Libellus, comme ici : Lou est déjà utilisé depuis longtemps, j'ai dû choisir un nom d'emprunt, comme l'accordéoniste de
1974).
* * *
[ note 1] Il n'y a aucun problème relatif au dogme entre les orthodoxes et les catholiques, juste une question de savoir qui est le pape. Avec les bouddhistes, no problem, ils ont une religion
sans dieu, ils cherchent le Nirvāna. Qu'est-ce que le paradis ? Avec les protestants, il y a une question en litige : l'eucharistie.
[ note 2] Voulez une petite tradalou du Notre père, tout droit sortie de son étable ?
6
Thordruna
Dimanche 16 Septembre à 23:29  

J'avais compris... Je commente rarement, jamais quand je n'ai rien à dire, ni lorsque j'aurais trop à dire, et jamais pour faire plaisir. Et si j'ai envie de commenter, je ne vois pas trop
ce qui pourrait m'en empêcher (un vade retro...). J'ai un mauvais fond, sûrement.
Vous n'êtes pas toujours si facile à suivre, mais un peu de sport est bon aussi pour les neurones. Et les sujets abordés manquent parfois un peu de... superficialité (?!) pour attirer les foules.
C'est pas du fast-food.
La Bible est en effet un sujet de discussion inépuisable. Peu importe ce que Jésus voulait faire, il ne reste que ce qui a été fait de sa parole par les hommes - qui ne me convient guère -, et il
est certainement dommage qu'il se soit agi aussi souvent de contresens, bien commodes néanmoins pour contrôler les populations. Un merveilleux outil de pouvoir, la religion, sinon un moyen de
rapprocher les hommes. En Norvège, les choses se sont gâtées en 996, soit 200 ans avant la création de l'Inquisition, à l'arrivée d'Olaf Trygvason. Il est curieux de constater qu'auparavant, les
norses s'entretuaient ou s'incendiaient en toute simplicité, pour des motifs immémoriaux comme le pouvoir ou la richesse. Olaf Ier, chrétien éduqué en Angleterre, a importé la menace, la torture,
la mutilation, la crémation des sorciers, à des fins de conversion. Question : le christianisme porte-t-il ça en lui ? (c'est une vraie question).
La Bible renferme entre autres un code qui doit régir le comportement des hommes, mais suivant la lecture qui en est faite, son enseignement peut être plutôt différent. Je suis culturellement
protestante luthérienne, et donc formatée pour un retour systématique au texte. Les Témoins de Jehovah aussi, mais nous n'avons pas les mêmes traductions. Chez les catholiques, la transmission
semble moins immédiate, passant par le prêtre, voix de sa hiérarchie. On peut aussi la lire au premier degré, au second degré (un peu comme therondelle, qui nécessite au départ un petit effort
pour entrer dedans)... Comment s'étonner des déviations et des dérives, tant du sens que des termes ? (Question purement rhétorique). En plus, c'est un texte qui a été soigneusement trié au
départ pour des raisons théologico-politiques. Quel crédit lui accorder ? (question rhétorique, mais pas que). Enfin, je n'en ai pas une connaissance aussi approfondie que la vôtre, juste
quelques restes de mes huit ans d'école du dimanche obligatoire. C'est en ce sens que je disais que votre territoire est plus vaste que le mien.
Ce soir, Eklablog est cyclothymique, haute fréquence. Bonne soirée.

Lou de Libellus 05/10/2012 10:03


Les commentaires suivants ont été publiés sur EklaBlog, ils sont ici regroupés.


 


***


 


9
Lou de Libellus
Mardi 18 Septembre à 09:33  

Pas de métro sur la zone. Quelque puits de mine désaffecté ferait-il l'affaire ?
Je prends mon casque spéléo.
Tout le monde n'a pas le talent d'Auguste Dupin
Observation et analyse, c'est tout simple.
si cet article en particulier est représentatif de votre fonctionnement
Hélas ! Et encore, j'ai fait des progrès !
les TJ... Pour avoir discuté à plusieurs reprises avec certains d'entre eux dans le cadre de l'épanouissement de ma culture générale
Moi zossi ! Le goût du lol : - )
On ne remontera pas aux calendes martyres (témoins). J'en ai rencontré trois paires. Il y a toujours le muet qui porte le sac au livre (bible) et le causeur qui vient porter la parole.
En 1975, un ancien communiste. Si la fin du monde n'arrivait pas cette année, il retournait au parti.
En 1979, j'ai pris mon Novum et j'ai lu le passage sur la fin du monde.
_ Oui, euh, bon, notre évêque qui connaît le grec pourrait venir vous voir.
_ Avec plaisir.
Jamais vu.
En 1990.
_ Nous venons vous apporter la bonne nouvelle.
_ Ah oui ? Nos familles étaient déjà au courant. Je vous présente ma fiancée. « Dominique, tu veux bien sortir la voiture et installer tes parents, les miens nous
attendent ? » Vous comprenez, nous nous marions dans une demi-heure [brève pause] à l'église catholique.
Ceux-là ne sont pas restés longtemps. Le cas était désespéré. Premier reproche : « Je me demande pourquoi tu discutes avec eux. »
L'eucharistie... Pour moi, liée à jamais au Boursin
Il prit le pain, le vin... J'y pense toujours...
Pas compris l'allusion au perdreau.
Je n'aime pas les perdreaux. Les per-dreaux, en képi, en treillis, en mauvaise foi.
non, je n'irai pas sur Facebook
Vous perdez le meilleur de Lou. Sur sa page, il est presque lisible.
Et enfin, oui, je lirais volontiers votre traduction du Notre Père

Mt, 6, 9-13

πατερ ημων ο εν τοις ουρανοις αγιασθητω το ονομα σου
ελθετω η βασιλεια σου γενηθητω το θελημα σου ως εν ουρανω και επι της γης
τον αρτον ημων τον επιουσιον δος ημιν σημερον
και αφες ημιν τα οφειληματα ημων ως και ημεις αφιεμεν τοις οφειλεταις ημων
και μη εισενεγκης ημας εις πειρασμον αλλα ρυσαι ημας απο του πονηρου

notre père qui es aux cieux que ton nom soit sanctifié
que ton royaume [basileïa] arrive que ton désir [thélèma] se réalise sur la terre comme aux cieux
notre pain l'essentiel donne-le nous aujourd'hui
tiens-nous quittes de nos dettes [opheïlèmata] comme nous aussi nous aurons tenu quittes nos débiteurs
et ne nous engage pas dans une épreuve [peïrasmon] mais délivre-nous du méchant [apo tou ponèrou]

Désolé pour les accents en grec : - )
8
Thordruna
Lundi 17 Septembre à 23:05  

Pas de métro sur la zone. Quelque puits de mine désaffecté ferait-il l'affaire ?
Facile à suivre : ce n'était pas un tacle, juste un constat. Tout le monde n'a pas le talent d'Auguste Dupin pour penser à la place de l'autre, il faut un peu de temps pour apprendre. Mais il me
semble que si cet article en particulier est représentatif de votre fonctionnement, c'est pô gagné pour moi...
Merci pour les réponses. Il n'y a pas que derniers temps et fin du monde que les TJ confondent. Pour avoir discuté à plusieurs reprises avec certains d'entre eux dans le cadre de l'épanouissement
de ma culture générale (oh ?) et parce que je préfère juger sur pièces (ah !), j'ai l'impression qu'ils ne comprennent pas le sens de ce qu'ils lisent, à force de le prendre au pied de la lettre.
Dans leur cas, il est en effet préférable de plier le texte au discours. Avec un chausse-pied, ça rentre mieux.
L'eucharistie... con ou trans, la substantiation ? Pour moi, liée à jamais au Boursin, évoqué par mon petit frère depuis le fond du temple (et voici le pain... et voici le vin...), Le jour où
j'ai communié - bien obligée, je faisais Ma communion (bien obligée, c'était ça ou une paire de claques... pas trop d'évolution dans les méthodes de conversion mises en œuvre par les chrétiens
cohérents, hé ! Je pèche un peu au niveau du courage physique)-. Il me semblait que catholiques et orthodoxes différaient aussi un chouïa quant à la notion de consubstantialité, et à l'origine du
Saint-Esprit. Mais cette divergence s'est produite au temps du Grand Charles (premier du nom), et depuis, je n'ai pas suivi l'affaire.
Pas compris l'allusion au perdreau. Votre chat chasse le perdreau ? Les miens, ce soir, s'intéressaient fort à une chauve-souris (un temps fou pour la faire sortir du séjour !)
Et enfin, oui, je lirais volontiers votre traduction du Notre Père, et non, je n'irai pas sur Facebook, parce que je n'ai pas de compte et que je n'en veux pas.
Bonne soirée.

Lou de Libellus 05/10/2012 09:54


Les commentaires suivants ont été publiés sur EklaBlog, ils sont ici regroupés.


 


***


 


18
yueyin
Mardi 25 Septembre à 22:01  
 
je dois lire des romans de Saramago ce mois ci, enfin je les ai pris deux à la bibliothèque, c'est presque pareil non ? je t'en dirai des nouvelles :-)
17
Lou de Libellus
Samedi 22 Septembre à 19:25  

Meeerde !
Je l'imite bien, hein ! Le Jimidi.
J'ai oublié que sur OB il faut autoriser les commentaires à chaque publication, ce qu'on ne peut pas faire sur EB où c'est tout ou rien.
Voilà, c'est arrangé, tu peux causer : - )
16
xaba
Samedi 22 Septembre à 16:22  
ah oui je veux bien mais la sur overblog on peut rien dire... juste passer... le meilleur moyen de ne pas contredire un auteur est bien de museler son lecteur..à la chiourme Chéri Bibi,
à la chiourme...
15
Lou de Libellus
Vendredi 21 Septembre à 17:23  

Avec Xaba, ça se corse (dicton du maquis).
Patron ! La même chose pour trois.
Lou, Thordruna, Xaba...
C'est entendu, Xa, je vais écrire : Allez ! Lisez Xaba ! À l’Élysée, Xaba !
N'oublie pas que je vais continuer à publier chez OverBlog tant que la consolidation d'EB ne sera pas certifiée.
14
xaba
Vendredi 21 Septembre à 15:24  
Saramago je l´ai un peu découvert au Brésil. Aucun rapport direz vous. Mais c´est ici que j´ai commencé en fait à lire. Cela chante, c´est iconoclaste, c´est fouilli et à fois bien construit.
Saramago et Borges. Deux magnifiques modèles....
Au fait le lien "Xaba un écrivain rare..."est sans doute un peu exagéré... Par contre , sur Contingences on y trouve le lien de Lou sous la rubrique On lit là Lou
13
Lou de Libellus
Vendredi 21 Septembre à 06:35  

Sur OB, comme ici, les adresses ne sont pas publiées.
Vous pouvez inscrire, comme ici, n'importe quoi, pourvu que cela ressemble à une adresse e-mail.
Exemple : etpuisquoiencore@bidule.com
Je reviendrai sur votre commentaire dans la journée.
Par Toutatis ! Nous craignons seulement que les cieux ne nous tombent sur la tête : - )
12
Thordruna
Jeudi 20 Septembre à 22:16  

Oui, il y a aussi dette et offense, et j'ai quelque fois ouï les deux versions juxtaposées dans une même oraison. Et puis franchement, ce n'est pas le moment de parler de dette, je viens de
m'acquitter de mon troisième tiers, dans la joie et la bonne humeur, et les prochains risquent d'être soignés. Il y a aussi désir et volonté, et royaume et règne, d'après mon Bailly abrégé. Mais
j'ai plus réagi à épreuve et tentation parce que ce choix me semble caractéristique d'une certaine tournure d'esprit qui me dérange dans le christianisme. Toujours mettre le fidèle en défaut,
l'abaisser devant la divinité, et donc devant l'autorité. Le glissement vers l'autorité politique est vite fait. Dans le paganisme scandinave, au contraire, l'homme participait de la divinité, et
en avoir conscience l'exhaussait. Jamais lu qu'un norse se soit excusé auprès des dieux ou se soit flagellé pour se punir d'avoir péché, si tant est qu'il ait pu comprendre la notion de péché. De
toutes façons, les dieux eux-mêmes n'étaient pas blanc-bleus, et ne se prenaient pas pour des parfaits... Stop ! Vous allez croire que je vénère Thor, Odin et toute la bande !
Mes excuses pour n'avoir pas mis en lien la source du texte en grec (une encyclopédie du net dont le nom commence par Wiki et dont je me sers à l'occasion). Pas de souci avec les esprits et les
toniques.
Je pense passer de temps à autre sur OB. Par contre, comme il faut laisser son adresse mail, pour les comms, c'est clair et niet. Je reste sur EB, qui me convient à différents égards, et j'ai une
vie trop pleine pour me prendre la tête avec des contrariétés aussi périphériques. Mais je conçois l'agacement qu'a pu entraîner la situation.
Votre version de l'histoire du cambrioleur m'a fait penser à une réflexion de Rincevent, mage raté des œuvres de Pratchett, pendant une chute libre, alors qu'il battait des bras pour chercher à
remonter : "Ce n'est pas de l'altitude que j'ai peur, c'est du sol !"
Bonne soirée.
11
Lou de Libellus
Jeudi 20 Septembre à 12:11  

Très chère soeur, pour vos prières du soir (avant le boogie-woogie), vous pourriez dire : tiens-nous quittes de la dette publique comme ils tiennent quittes les contribuables qui leur
doivent.
Merci pour le grec correctement écrit dont j'ai trouvé le lien.
Il y a sur la Toile un clavier grec en ligne. Même pour cinq lignes, ce serait laborieux. J'avais donc copié-collé la première page trouvée.
Ce dimanche, Anamorphoses sera publié sur OverBlog. C'est dans le prolongement des derniers mots de The Party (déjà publié là-bas). Il se peut que cela vous intéresse moins, mais quelques jours
plus tard, il y aura un boeuf (une improvisation en jazz) sur le thème d'un poupon surdoué qui vit le jour à Braunau am Inn. Merry end assurée. Ensuite, à propos d'un libertin baroque, on dira :
méfiez-vous de la jeunesse. Surtout précoce.
Oui, il y a un certain suivi dans les publications et je ne prends pas le risque de les déposer sur EklaBlog où un simple cambrioleur masqué, une récente nuit de nouvelle lune, a suffi pour
saturer le serveur.
Un cambrioleur ? Tout le monde devrait connaître l'histoire du cambrioleur qui se jette d'un 40e étage en criant : Arrêtez-moi ! En version optimiste, il dit, en passant devant le 39e étage :
Jusque-là, ça va... et ainsi de suite. Mais tout le monde ne connaît pas la version de Lou.
Un cambrioleur surpris par la police au 40ème étage d’un immeuble, au moment où il cherche à ouvrir un coffre, se jette par la fenêtre pour s’enfuir. Il tombe à la terrasse d’un café situé au
rez-de-chaussée. Le garçon de café accourt en lui apportant un verre de rhum : Tenez, buvez, ça va vous remonter !, dit-il.
10
Thordruna
Mercredi 19 Septembre à 22:04  

Merci pour la traduction, révélatrice des problèmes que posent les traductions. Choisir un mot plutôt qu'un autre, et donc un sens plutôt qu'un autre. La nuance qui me semble la plus marquante
entre la traduction classique et la vôtre concerne καὶ μὴ εἰσενέγκῃς ἡμᾶς εἰς πειρασμόν. Entre "ne nous engage pas dans l'épreuve" et "ne nous soumets pas à la tentation", il y a pas
mal de place pour différentes interprétations, la seconde me semblant plus restrictive que la première et plus orientée vers "de toutes façons, nous allons pécher, alors essaie de limiter les
dégâts", que vers "protège-nous des accidents de la vie". Plus vers la culpabilisation implicite que vers la demande de protection. Intéressant... même si je suis probablement de mauvaise
foi.
Bonne soirée.

 


 
Handicap International

un clic sur les images