Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 00:01

 

Ecole

Lou, c'est le petit au premier plan, un peu de profil, le regard insolent.

 

A la rentrée prochaine, Libellus entre à la grande école, pour apprendre à lire, écrire, compter.

 

 

François Couperin, Alexandre Tharaud, Les Baricades Mistérieuses

Scott Ross, molto sensuale

 

22 mars – le printemps déjà...

 

Robert Doisneau, Les Lilas de Ménilmontant, 1956 ht700

Robert Doisneau, Les Lilas de Ménilmontant, 1956

Lou, déjà, en plein élan.

 

Paris, rue de Ménilmontant

Paris, rue de Ménilmontant

Il y avait encore des carrioles.

 

Paris, rue Pelleport, à l'angle de la rue de Ménilmontant

Paris, rue Pelleport, à l'angle de la rue Orfila

Encore une carriole.

 

Paris, Au Bon Coin, à l'angle de la rue Pelleport et de la

Paris, Au Bon Coin, un autre, à l'angle de la rue Pelleport et de la rue de Ménilmontant

Tout près, il y avait la maison des Saint-Simoniens.

Le jour où un camion a raté le carrefour, le chauffeur s'est retrouvé sur le zinc, on a reconstruit le coin.

 

Paris, rue Pelleport, école

Paris, rue Pelleport, école

C'est devenu moderne, mais c'était là.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans dans les siècles des siècles
commenter cet article

commentaires

Orfila 31/12/2014 09:21

Bonjour,

Juste une petite remarque pour vous signaler que le café restaurant "Le bon coin" faisait l'angle des rues Pelleport et Orfila et non Pelleport et Ménilmontant comme légendé par erreur.L'immeuble dans lequel se trouvait ce café va prochainement être détruit et céder sa place à un bâtiment flambant neuf.
Bonne fin d'année!

Orfila

Lou de Libellus 31/12/2014 15:14

Un malheureux copié-collé a fait cette confusion. C'est réparé. Il y avait deux 'Au Bon Coin' à quelques centaines de mètres l'un de l'autre.
La rue Pelleport est très abîmée. OverBlog Nouvelle Version ferait-il également de l'urbanisme ? Les images présentes dans les commentaires en mars ont disparu.
Le progrès...

des pas perdus 23/03/2014 08:33


La rue Pelleport a été défigurée. L'Evéché de Paris a préféré faire construire un immeuble à la place de l'église, c'est plus rentable...

Lou de Libellus 23/03/2014 12:48



 


Exaque.


Il y a même un bureau pour ça.


 


Les prêtres ne font pas vœu de pauvreté (les moines, oui).


 





 


Pour la rue Pelleport, je ne trouve pas l'information. L'église est toujours là,
peut-être en sous-sol, à l'image des catacombes où se réunissaient les premiers chrétiens, ou des caves du Vatican.


 



yueyin 22/03/2014 22:04


Il a fallu que je vérifie mais bon j'ai habité rue Orfila, mon année de fac parisienne :-) c'est le coin là :-) mais effectivement dans les années 80 ce n'était plus très joli et on avait souvent
peur (alors que moins maintenant, en fait :-) je ne vais plus beaucoup dans le XXe mais je me suis promené vers les lilas à plusieurs reprises, c'est plutôt sympa maintenant même le soir. Moi
j'ai été baptisé (hélas peine perdue) dans le XVe :-)


 

Lou de Libellus 23/03/2014 07:30



 


Métro Pelleport, c'est moderne, ça a changé, c'est maintenant.


 





 


La rue Orfila, c'était déjà le côté chic. Il n'y avait pas de Sushi à l'époque, le temps de l'insouciance.


 





 


Les Lilas, tu vois, j'ai connu, les rues en pavés avec de l'herbe entre.


 





 


j'ai été baptisée (hélas peine perdue) dans le XVe


Aaah ! tu ne parais pas ton âge.


 



des pas perdus 22/03/2014 19:02


J'espère te lire encore longtemps. Bon anniversaire. Je me suis promené dans ce quartier.

Lou de Libellus 22/03/2014 19:26



 


Et tu n'as rien vu, tu es trop jeune.


 





Avant.


 





Après.


 


Vois ce qu'ils ont fait de Notre-Dame de Lourdes, l'église où j'ai été baptisé.


Les prêtres étaient très sympathiques, et pas pédophiles (ils ne le sont pas tous, quoi qu'en disent certains). Le samedi, il venaient voir madame Irma, au 8 rue Saint-Fargeau. Une dame
charitable et patronnesse mais presque. Elle s'appelait madame Irma (plaque en cuivre) parce qu'en semaine elle lisait l'avenir dans une boule de cristal. Le samedi... ils attendaient, devant
l'entrée de l'immeuble, leur tour. Le soir (avant la messe du dimanche), ils se confessaient les uns les autres. Et on s'étonnera que j'aime le mariage pour tous, et pour les prêtres (question
prévue pour l'étude par Jean XXIII - rien ne s'y oppose dans la Parole, au contraire).


 



yueyin 22/03/2014 09:01


J'adore ces photos... ton école était rue Pelleport ou c'est là que tu habitais, allez dis nous tout :-) (je connaissais bien la rue de Menilmontant mais tout a changé par là, pas que en mal
d'ailleurs pour être honnête, le XXe des années 80 c'était pas génial, génial :-) )

Lou de Libellus 22/03/2014 12:12



 


Tout a changé en mal, le Ménilmontant des années '50 et '60, c'était génial.


Je suis né rue Pelleport, dans une maternité, ça existait encore - avant les CHUsines à pondre. On était en haut de la rue de Ménilmontant. Je suis allé à l'école de la rue Pelleport. On pouvait
s'y rendre par la rue Pelleport ou par la rue du Télégraphe, la plus haute de Paris. Quand j'avais le temps, je faisais le détour par Télégraphe - au coin de la rue, il y avait un café (trois
cafés sur moins de cent mètres) avec un Berger sympathique sur le seuil, il s'appelait Whisky, allez savoir pourquoi. Mais la rue Pelleport était plus fréquentée et j'avais ma médaille
d'excellence (une sorte de croix de guerre incrustée de bleu) accrochée à ma blouse, et il fallait paraître !


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images