Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 23:01

 

Philippe Cognée, artiste caustique, peint à l'encaustique.

 

Les pigments sont liés à la cire naturelle fondue. Le séchage se fait en peu de temps, mais on peut reprendre un détail ou l'ensemble en réchauffant la matière à l'aide d'un cautère.

 

Cette technique était bien connue des Egyptiens, des Grecs et des Romains. On notera toutefois que les revêtements de cire observés dans les peintures murales de Pompéi sont probablement l'œuvre tardive de conservateurs, venus après l'éruption mémorable du Vesuvius qui aurait fondu le liant avec la chair.

 

Pompéi Centenaire

Maison du centenaire, chambre, Pompéi

 

Le procédé, égaré après les peintures chrétiennes des premiers siècles, fut recherché au XVIIIè siècle et maintenu jusqu'à nos jours, par Philippe Cognée.

 

Et par Jasper Johns avec ses fameux drapeaux.

 

Jasper Johns flag

Jasper Johns, Flag, 1954–55, huile et encaustique, encollage sur contreplaqué, 107 x 154, The Museum of Modern Art, New York

 

Et par Eugène Delacroix.

 

Eugène Delacroix-La lutte avec l'Ange Eglise Saint-Sulpice

Eugène Delacroix, La lutte de Jacob avec l'Ange, 1861, peinture murale à la cire, église Saint-Sulpice, Paris

 

Jean-Marie Dutey, alias Le Trèfle, alias Jimidi, nous a offert récemment une synthèse illustrée et documentée sur l’œuvre de Philippe Cognée, après son exposition Passages à la Galerie Daniel Templon, du 31 octobre au 31 décembre 2009.

  

En bref, Philippe Cognée prend des images photographiques rudimentaires et les transcrit avec un medium qui dérange l’image saisie dans l’objectif.

  

Nous donnerons deux images en plus, pour notre démonstration.

  

Philippe Cognée-Rayon frais

Philippe Cognée, Rayon froid, 2009, peinture à la cire sur toile, 150 x 190 cm

  

Philippe Cognée-Dernière allée

Philippe Cognée, La dernière allée, 2009, peinture à la cire sur toile, 153 x 200

 

 

Qu’est-ce que la figuration ?

  

On confond, parfois, figuration et représentation. Une peinture (une sculpture…) peut être figurative sans être représentative, et inversement. Une photographie est ordinairement représentative. La représentation procède d’un déplacement (d’un transfert) et d’un point de vue : il n’y a pas de représentation objective. Penser la Photographie revient seulement à reconnaître "ça a été" [Roland Barthes, La Chambre claire, 34].

  

Trois pommes

Trois pommes, c’est de l’ordre de la représentation.

  

Chiffre3

Le chiffre 3, c’est du figuré.

  

Philippe Cognée joue sur la représentation photographique et sa figuration passée au fer rouge.

  

Que peignait-il à l'époque, au siècle dernier, à Nantes, le Philippe Cognée ? nous demande Jimidi.

  

Philippe Cognée-Le plongeur,1983

Philippe Cognée, Le plongeur, 1983, acrylique sur papier, 190 x 300

  

Il se demandait déjà comment faire pour que la figuration ne soit pas simple représentation photographique du réel. Le plongeur est bien représenté, la dimension du tableau lui donne une dimension réelle. Justement, la dimension réelle n’est pas le propos de la photographie.

 

[à revoir : l’italique et la définition de la dimension, à propos de Jean-François Lecourt, Tir dans l’appareil photographique, un de ces jours]

 

 

Plus

 

Le format du tableau est atypique. On dirait une fresque contrainte à l’architecture romane. Les figures entourant le plongeur, visages humains, bêtes de légende, lui donnent une dimension religieuse, un baptême en eau vive, comme le trait du pinceau, dans une peinture à l’eau.

 

 

L’iron art requiert une maîtrise impeccable des outils

 

Man Ray-Cadeau

Man Ray, Cadeau, 1921

Mauvais

 

Sinbo-Iron

Sinbo, Steam iron, 2009

Bon

 

 

Bonus

 

JMD, artiste polymorphe et discret pervers, nous a fait le plaisir d’une compilation de ses œuvres détournées où nous avons immédiatement repéré Le rideau de la Méduse.

 

JMD-Le rideau de la Méduse

Jean-Marie Dutey, Le rideau de la Méduse, circa 2009, calque sur calque, 497 x 600 (en pixels)

 

Une méta-œuvre sur l’opus La pause de Jean-Michel Alberola.

 

Jean-Michel Alberola-La pause

Jean-Michel Alberola, La pause, 1983, huile sur toile et rideau (masquant le tableau entre les jours anniversaires des dates de mort et de naissance de Manet), 200 x 250

[ici, sans le rideau, c’était dans les jours avec, ou sans… que les mots sont compliqués !]

 

Maître Jimidi prépare actuellement un détournement de la cathédrale d’Angoulême.

 

Angoulême Cathédrale

Avant

 

Taj Mahal

Après

 

 

A lire

 

Philippe Cognée / Henry-Claude Cousseau, Christian Bernard, Communic'art, 2009

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

Lou 12/02/2013 08:34


 


Man Ray est très bien ! C'est le fer qui est mauvais à repasser : - )


 

Annie 11/02/2013 18:52


alors tu fais des cours de peintures ? interessant.


man ray t'aime pas ? l'autre n'a pas plus d'interêt pour moi… mais bon…


j'adore Pompeï… pas objective.


et le radeau de la méduse, ce rideau à demi transparant/translucide, très fort.

chabriere 05/01/2011 19:12


Non, je ne connais pas Pascal Convert... j'irai voir, c'est bien qu'il y ait de "nouvelles pistes"...

Philippe Cognée, il y a longtemps que je le connais, d'ailleurs j'ai acheté récemment le catalogue de l'expo à Angers, ayant raté de quelques jours son expo chez Templon à Paris...
J'aime beaucoup la manière et les thèmes....

c'est d'ailleurs en inscrivant son nom comme recherche que je suis tombé sur votre blog, dont j'apprécie la manière, de sauter du coq à l'âne...

bien à vous


lou 05/01/2011 20:40



 


Et vous connaissez Nicolas de Staël.


Vous le savez, un artiste, un créateur, ne copie pas, il invente. Il me semble que vous êtes de ces inventeurs.


Pour Pascal Convert, vous trouverez. Moi, il me manque une photographie (où est-elle ?) d'une oeuvre construite à partir de moulages des peintures de son père. Le père était "un peintre du
dimanche". Le travail de Pascal Convert est un hommage à son père, un vrai peintre.


 



chabriere 03/01/2011 22:50


merci de contribuer à faire connaître ce artiste qui au contraire des courants actuels ( installations, vidéo, conceptuels), maintient une expérience de la peinture dans une pratique de haute
qualité.

D'autre part article intéressant. Merci


lou 04/01/2011 12:56



 


Et à vous, merci de votre attention.


J'invite mes lecteurs à venir vous lire.


Libellus est en sieste et pendant ce temps il y a encore des chercheurs qui trouvent des articles de fond.


Je vous souhaite des années de travail - si j'ai bien lu, vous êtes peintre.


Et je m'engage (serons-nous en accord ?) pour dire que des artistes sont surfaits, par un certain marché de l'art soutenu par le marché public.


On peut regarder Wim Delvoye ou Fabrice Hybert.


Et il y a des conceptuels qui font de la peinture sans tenir le manche. Vous connaissez Pascal Convert ?


Le "?" est dispensable.


 



lou 08/05/2010 15:39



 


Pervers, c'était juste pour rimer avec polymorphe, licence poétique...


 


Sur représentation / non-représentation, figuratif / non-figuratif et les couples mixtes (comme on dit aujourd'hui), je peux en remettre une couche.


Ce serait pédagogique, ennuyeux et j'espère que de c't'e coup-là il n'y aura pas de demande.


 


 Pour Angoulême, du berger à la bergère, tu nous le fais ? duchampien, adoshopien que tu es !


 



Jimidi 08/05/2010 10:46



Sinon, très intéressant distingo entre figuration et représentation ! On en ré-apprend tous les jours !






Jimidi 08/05/2010 10:43



Pervers ? C'est en référence à mon statut de père de famille ? À  la couleur de mes feuilles ? À mon état de relative fraicheur malgré les ans ? Cet adjectif me fait bizarre sous
ton clavier. ♣



 


 
Handicap International

un clic sur les images