Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 18:09

 

Hector Berlioz, La Damnation de Faust, Une Puce gentille – int. José Van Dam, The Chicago Symphony Chorus and Orchestra, dir. Sir Georg Solti, 1989


Puces

 

C'était en 1990. Le ci-devant narrateur et son animal de compagnie cheminaient en automobile vers un petit village du Gers, son évêque, ses mousquetaires, sa belle-mère. Le ci-devant narrateur n'était pas pressé d'arriver, et pourtant il aime bien le chant grégorien et les romans de cape et d'épée. Allez comprendre !
A cinquante kilomètres de l'arrivée – souffrance, moment pénible – nous nous arrêtons dans un petit chemin.
Nous allons repartir lorsqu'un beagle Elisabeth vient modérer notre élan : elle est enjouée, elle a faim et elle entretient une colonie de puces. Caresses, biscuits, appel lointain de la belle-mère. Elle a creusé et garni un abri au coin du champ. La chienne, bien sûr. On la voit dans le rétroviseur, elle se tient au milieu de la route. Demi-tour. L'animal de compagnie prend le volant et son maître embarque la chérie et sa grouillante cargaison.
Le plan – purée accélère y'en a partout – est tout tracé : une bassine, de l'eau, du shampoing, une serviette, de quoi grignoter.
_ Milou ditz ! C'est quoi ? Vous avez ung chieng ?
_ Une chienne, elle s'appelle Puces et elle a faim.
Le bain, du pain dur, une écuelle d'eau et une vieille couverture posée derrière le tas de bois – les nuits sont fraîches et seul l'animal de compagnie est autorisé dans la maison.
Un dîner sans appétit. Elle est repartie, sûrement. Le foie gras est insipide et on ne sait que faire des épluchures du magret.
_ C'est l'heure, y te faut y aller. A la boulangerie, sur le parkigng, y font l'omelette norvégienneu, mais dame ! Ça n'attend pas.
Le Grand Nord nous permet d'aller voir ce qu'Elle devient. Elle est sur sa couverture, elle frétille mais reste couchée.
Le chaud-froid est rendu...
Emotions, fatigue, dodo – on se lèvera tôt.
Cinq heures, il fait presque jour. On s'habille, on prend du pain, deux grands torchons – le plan ! - et on descend.
Puces est là. Cette fois, elle s'avance, c'est un nouveau jour. Un torchon autour de la poitrine, l'autre attaché au premier, c'est la laisse. Nous sommes partis. Quelques centaines de mètres le long du petit bois, retour, déménagement vers le local dédié à la chaudière : c'est grand, le sol ne craint rien et elle appréciera cette tiédeur. Son eau et son pain. Caresses et frétillement.
On se prépare un café et deux tartines. Le temps que la cafetière gargouille – FSSHHGURGL PRRUÏT SCRPSCHllIKSSS, on prend un fond de lait et on redescend. Elle est en vadrouille. Puces, bien sûr. Elle explore. En m'entendant verser le lait dans son écuelle, elle accourt en se tortillant et en wooffant : oui, elle parle, elle me remercie, elle me raconte qu'elle a été balancée trois mois auparavant parce qu'elle n'était pas bonne à la chasse, elle me dit qu'elle aime bien les animaux, les lapins, les crapauds, les chats.

 

Les Chevaliers du Fiel, Chasseurs

 

Oui, seulement on aime bien le café fraîchement tiré...
Dans la journée, elle accède à la véranda qui tient lieu d'entrée. Les jours suivants, elle reste au pied de la table de jardin sur laquelle ma bibliothèque de voyage est installée, parfois elle monte sur les genoux, elle s'intéresse aux jardins de Fontainebleau et de Navarre qui s'offrent en illustrations et elle entend mieux la musique – une saison The Cure, Metallica et Trent Reznor. Quelques jours plus tard, elle a droit à la cuisine et aux restes.
La voici en compagnie d'Oliver, le premier chat de la présente demeure, avant la collection initiée par Bouchon.

 

Oliver & Puces 01 sépia

Oliver & Puces

 

Oliver 01 sépia (1)

Oliver

 

Oliver & Puces 02 sépia

Oliver & Puces
 

 

Ensuite, attendez-vous à voir et vous verrez.

 

Mra 01 sépia

 Mra, un normand, le tout premier

 

Stéphanie & Mra & Lioucha 01 sépia

Stéphanie, Mra, Lioucha

 

Stina & Stéphanie 01 sépia

Stina, Stéphanie 

 
Quand Lioucha fut recueillie, Stina de la Caterie avait déjà disparu suite aux bons soins d'un certain Tartignol qui avait confondu la maladie de Carré et une crise d'urticaire entre deux paquets d'affiches à coller : sa carrière politique commençait.
 
Et encore, et encore, et on en laisse à la diligence de votre recherche dans Libellus. IL est partout, on l'aime tant.
  

 

Stina 3 mois sépia

Stina, 3 mois

 

Stina 8 ans 01 sépia

Stina, 8 ans, peu avant sa mort

 

Stina 8 ans 02 sépia

Stina, 8 ans

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

 


 
Handicap International

un clic sur les images