Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 12:13


Didier Petit-Sorcier 300


 

Didier Petit, cello solo, Sorcier, Deuxième Conte, 1999

 

Didier Petit est un compositeur et interprète rare. Il a choisi de conduire ses cordes (un violoncelle allemand du XIXe siècle) sur le chemin du jazz et de l'improvisation. On ne s'étonnera pas d'un rapprochement avec Georges Perec ou Tristan Tzara.

A lire : un bel entretien avec Pierre Lemarchand, en mai 2010.

 

>>> cliquer sur les images pour une plus haute définition <<<

 

Hans Memling-Triptyque de la Résurrection 650

Hans Memling, La Résurrection, Le Martyre de Saint Sébastien, L’Ascension, triptyque, 1490, huile sur bois, Musée du Louvre (dimensions du panneau central : 62 x 42)

 

 

Qu'est-ce qu'un triptyque ?

 

Au XVe siècle, dans la tradition flamande, le triptyque était un retable d'autel de petites dimensions qu'on pouvait poser chez soi ou emporter aisément en voyage afin de célébrer l’eucharistie si l'on disposait d'un privilège pontifical – accordé aux plus fortunés.


L’œuvre de Hans Memling présente des motifs de l'art renaissant italien (arcade à guirlandes et putti, pour accueillir le Christ triomphant).


Portes, levez vos frontons,

élevez-vous, portails antiques,

qu'il entre, le roi de gloire !

Psaumes, 24, 7

[trad. Bible de Jérusalem]


Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure au tombeau, comme il faisait encore sombre, et elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau. Elle court alors et vient trouver Simon-Pierre, ainsi que l'autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : "On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l'a mis."

Jn, 20, 1-2

[trad. Bible de Jérusalem]


Le panneau central se réfère au récit de Luc : trois saintes femmes viennent porter des aromates au tombeau (on les aperçoit, au loin, sur le chemin). Derrière elles, à l'entrée de la ville, on reconnaît le Dôme du Rocher, le temple, et au bout du chemin, vers nous, un rocher. La crucifixion est rappelée par les trois poteaux de torture placés à l'arrière-plan.


Un triptyque donne le récit de trois histoires, liées par une même thématique et une sémiotique picturale facilitant la lecture.


La Résurrection appelle, à droite, l'Ascension et annonce, à gauche, le martyre de Saint-Sébastien (pour lequel les commanditaires avaient peut-être une dévotion particulière), transpercé comme le Christ.

Lien sémantique : la jambe droite du Christ sortant du tombeau est raccourcie, le pied ne touche plus terre.

Lien plastique : les rouges, en contrepoint, un suivi du paysage de fond, et une tache verte au premier plan du panneau central.

 

 

René Chabrière-Triptyc 18-04-2011 650

René Chabrière, Triptyque, 2011, acrylique sur papier, chaque panneau 40 x 30

 

Le triptyque de René Chabrière s'inscrit bien dans la tradition, même si l'écriture est d'aujourd'hui.

 

 

Représentation et figuration

 

 

Tous les éléments sont donnés pour lire l’œuvre.


 

Fra Angelico-Noli me tangere-thumb

Fra Angelico, Noli me tangere, 1440-1441, Couvent San Marco, cellule 1, Florence

 

Visuel / figuratif, les plaies du Christ se prolongent en fleurs improbables qui ne représentent pas des fleurs.


 

Andrea del Castagno, La Cène-thumb

Andrea del Castagno, La Cène, 1445-1450, fresque, réfectoire de Sant'Apollonia, Florence

 

Les panneaux abstraits figurent ce qui ne peut être représenté.

A lire : Georges Didi-Huberman, Fra Angelico, Dissemblance et figuration, Flammarion, 1990.

 

 

Autel portatif de Bégon-thumb

Autel portatif de Bégon, 1100, Conques

 

Une plaque de porphyre, abstraite et tellement figurative.

 

 

Dans la page de René Chabrière où le triptyque est présenté, Arthémisia écrit en commentaire :

Etrange que tu voies un oiseau. Point d'envol pour moi mais tout à fait l'inverse, le basculement de tout ce qui est présent dans les parties latérales vers le gouffre sombre du bleu qui pourtant accueille et ne ferme pas l'élan...un peu comme un espace de rebond, d'énergie, de ressourcement, quelque chose de l'ordre de l'ouverture vers autre chose, un voyage, un après. Un meilleur ?



 

Précédemment


Vue de la fenêtre dans la nuit

Le graphisme hésitant

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article

commentaires

yueyin 10/05/2011 11:55



Superbes ces oeuvres je me suis régalée... Au passage j'ai beaucoup admiré le trésor de Conques, j'y retournerai volontiers, ce n'est pas si loin de chez moi en fait :-) !



 


 
Handicap International

un clic sur les images