Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 23:01

 

Nous avons connu Lou en mission au bordel.

 

Aujourd'hui le voici sur le chemin (en fer) de la délinquance caractérisée.

 

Lou est encore en stage, cette fois volontairement, traduisons par choisi, sur un bien joli thème : art et architecture.

Le maître d'œuvre était le FRAC des Pays de la Loire ou, plus exactement, la personne ci-devant détachée, privée d'enseignement en arts plastiques, discipline délicate en milieu.

Le schéma était le même, en pire.

 

 

Premier jour

 

Selon l'ordre de mission, on commençait à travailler à 9 h. Vers 10 h 30, le staff est arrivé, on a pris le café. L'après midi, on a regardé l'exposition du moment au FRAC.

C'était très bien, il y avait des cochons de Wim Delvoye et une très belle œuvre (comme toujours) de Pascal Convert.

 

 

Deuxième jour

 

C'est là que sont arrivés les architectes, professeurs à l'Ecole Nationale d'Architecture de Nantes. L'année précédente, ils étaient élèves. Ils sont devenus professeurs. Ils n'avaient rien construit mais ils avaient des idées.

 

Nous avions rendez-vous à la périphérie de la ville à 9 h.

 

Lou a pris quelques photographies de l'environnement en attendant 10 h.

 

Là, nous sommes partis, à 30, et, au risque de briser le suspense, nous n'en avons pas perdu un seul.

 

Nous sommes partis, inconscients z'et joyeux, sur la voie ferrée périphérique de Nantes, du sud vers le nord. Il ne passait que quatre trains par jour, nous étions donc supérieurs en nombre.

 

Après quelques centaines de mètres, un employé de la SNCF nous a rejoint et nous a fait savoir que nous n'avions pas le droit de marcher sur cette voie. Aussi, sous la conduite de nos deux architectes, nous avons fait le tour du pâté de maisons voisin pour revenir sur la voie, assez loin de l'employé, comme des gamins, mais attention ! Un stage de l'Education Nationale, c'est sérieux.

 

Nous avons marché. Nous avons pris des photographies. Nous n'avons pas entendu parler d'architecture.

 

Le soleil approchant de son zénith, nous avons eu comme un creux. Heureusement, la table était réservée dans un petit restaurant très sympathique, près du stade.

Une architecture, le stade. Lou s'est attardé à prendre quelques photographies.

 

La tablée était déjà attablée autour d'un solide apéritif. Le menu était copieux et la détachée avait choisi le vin.

 

Deux heures plus tard, nous sommes repartis, tout frais, à l'assaut des rails. Nous avons eu le temps de passer un viaduc juste avant l'arrivée d'un des quatre trains de la journée. Nous n'en étions plus ou pas encore à l'architecture, mais seulement à l'art de courir plus vite qu'un train.

 

Peu après cet exploit pédagogique, nous nous sommes fait cueillir par un groupe de cheminots en stage, pour apprendre, eux. Gilets fluorescents, connaissance de l'horaire des quatre trains et… autorisation. Là, même ceux qui avaient le plus généreusement déjeuné ont compris que nous étions sur une mauvaise voie. La chose aurait pu mal tourner nonobstant la médiation de la détachée qui était pleine – de bonne volonté – et le mutisme des architectes. Nous avons été autorisés à rejoindre la voie publique, sans frais.

 

Plus loin, on nous a fait parcourir un ancien terrain de maraîcher, resté propriété privée et pavée de verrières effondrées cachées sous l'herbe haute. Il y a eu un blessé. Un bout de verre coincé dans la semelle d'une chaussure, quelques écorchures pour extirper l'intrus, du sang, enfin !

 

Positivons. C'est tout de même là que Lou a connu la recette des fleurs d'acacia en beignet. Excellent ! La pâte doit être légère, comme la fleur crue enveloppée. La cuisine, c'est important, et c'est une tradition bien antérieure à celle de l'architecture.

 

Quelques déserteurs se sont manifestés dans la troupe, notamment la victime saignante menacée d'une compresse d'herbes folles.

 

Rendez-vous a été fixé dans une station de tramway, vers le haut – les architectes ne perdent jamais le nord.

 

Le groupe s'est désagrégé, surtout du côté des agrégés qui ont fait bande à part, certains en couple, d'autres en solo. Lou était seul, avec un plan de la ville. De son pas lent, il a rejoint le lieu avec un quart d'heure ligérien d'avance, le temps de prendre un ticket, ce que personne d'autre n'a fait.

 

_ Il n'y a jamais de contrôle.

 

Nous sommes descendus à deux arrêts avant le terminus pour nous promener dans un dépôt, non surveillé, de la SNCF. Quelques Raymond Hains de plus.

 

Et puis et puis, tout le monde s'est retrouvé dans une cafétéria où la détachée prenait son apéritif. Nous apportions nos photographies à développer sur papier. Le blessé avait échappé à l'amputation.

 

 

Troisième jour

 

Il fallait un jour pour développer les photographies.

Matinée au FRAC, café, on ne s'en lasse pas.

Déjeuner dans un petit restaurant très sympathique, puis visite d'une exposition de maquettes d'architecture dans un lieu rien que pour nous.

Une heure pour contempler – la détachée assoiffée a pris un digestif.

Une heure pour dire ce que nous avions vu.

Les architectes étaient rentrés chez eux et Lou n'avait rien à dire, mais il y avait de belles âmes qui ont trouvé le géniaaal de la chose.

 

 

Quatrième jour

 

Le matin, café au FRAC. Ils font un très bon café. Pascal Convert était toujours là. Les cochons également. Lou aime bien les animaux.

 

Sinon, rien.

 

Pour l'après-midi, nous avions un espace réservé dans une sorte de maison de la culture.

 

Livraison des photographies et règlement. Oui, c'était à nos frais, et la détachée n'avait pas prévu de monnaie. Chacun a laissé un peu plus. Lou est le seul à avoir dit : "Gardez le reste pour vos pauvres".

 

Là, ça a tourné vinaigre.

 

Retour en arrière.

 

Au cours de la promenade, Lou avait régulièrement repéré des "œuvres d'art", à la manière de Raymond Hains. On rappelle qu'il n'a jamais été question d'architecture en trois jours.

 

Le Lou s'est fait salement et lâchement épingler par un des deux architectes.

 

"Il y en a qui voient des œuvres d'art partout, ça les rassure."

 

Lou s'est levé, tranquillement, il a rangé ses affaires et ses photographies, posées sur une plinthe, et il est seulement revenu dire qu'il avait du lait sur le feu et qu'il ne voulait pas troubler plus longtemps l'inquiétude légitime des jeunes filles en fleurs d'acacia.

 

Révisons.

 

Les Nuls, Hassan Cehef

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jimidi 19/05/2011 22:04



Je doute qu'ainsi, tu améliores ton bulletin de notes ! Hi hi !



lou 19/05/2011 23:01



 


J'en ai encore un ou deux sous le coude, mais je serais naturellement amené à donner les noms des amnésiques.


Autrement, j'ai connu d'excellents stages (hors les miens), avec Laurence Cornu, philosophe.


 



yueyin 17/05/2011 21:42



Omondieu c'est quoi ces stages ? je vais lire l'autre article :-))))



lou 18/05/2011 10:44



 


Ce sont des stages avec de vrais morceaux de café où certains se sucrent plus que d'autres.


 


L'épisode relaté date des années '90. En ce temps-là, Claude Allègre, en visite à LLG *, le jour de la rentrée, s'était fait piéger dans un canular : un professeur de philosophie
manquait à l'appel (il n'avait pas cours à cette heure), il était en stage de poterie pour 15 jours : - )


Bien entendu, c'est une fantaisie.


Ici même, tout est authentique, les cochons et le sang.


---


* On n'en a pas trouvé une trace sur la Toile.


 



Emmanuel 17/05/2011 13:18



ne t'en fais pas, j'avais bien compris. Mais moi-même je ne me prend pas pour un grand architecte. je suis juste au service des autres. Des personnes qui viennent vers nous avec un projet en
tête. Il faut savoir écouter et non imposer sa vision des choses.



Emmanuel 17/05/2011 09:58



ça c'est du coup de gueule ou je ne m'y connait pas.



lou 17/05/2011 12:17



 


J'ai déjà écrit, en privé, combien il était clair que les faux architectes étaient nuisibles.


Il est tout aussi clair que cela ne vaut pas pour toi, Emmanuel. Art et architecture, c'est justement ton domaine.


http://www.libellus-libellus.fr/article-emmanuel-prunevieille-comme-maitre-et-servant-de-la-nature-37319510.html


http://www.libellus-libellus.fr/article-emmanuel-prunevieille-la-nature-a-l-oeuvre-56520901.html


http://www.libellus-libellus.fr/article-emmanuel-prunevieille-un-triptyque-52453818.html


 


 


 



 


 
Handicap International

un clic sur les images