Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 00:15
Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, William Christie

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, William Christie

Handel, Music for Queen Caroline, Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

 

Une interprétation flamboyante, émouvante, empreinte d’humanité.

 

La reine Caroline fut une figure féminine emblématique du XVIIIe siècle : épouse du roi George II d’Angleterre, femme d’une grande beauté, défenseur des arts et des sciences, Caroline d’Ansbach fut aussi l’amie et la protectrice de Handel. C’est à lui que furent confiées les musiques solennelles destinées aux grandes cérémonies qui accompagnèrent son règne – aussi bien The King shall rejoice donnée pour son couronnement et celui du roi, que le Te Deum Queen Caroline écrit pour son arrivée officielle en Angleterre mais aussi The ways of Zion do mourn qui résonna lors des funérailles de la reine.

 

Handel, Music for Queen Caroline, The King shall rejoice, HWV 260, 4 - Alleluia ! Les Arts Florissants, direction : William Christie, 2014

 

Les Arts Florissants et réjouissants.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 00:15
Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Yves Battistini, Trois contemporains, Héraclite, Parménide, Empédocle – traduction nouvelle et intégrale avec notices, Les Essais LXXVIII, Galimard, 1955/1961

 

Héraclite.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Hendrick ter Brugghen, Héraclite, huile sur toile, 1628, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Sa pensée ne nous est parvenue que par la tradition orale, la mémoire des témoins, en fragments – comme le maître s'y complaisait.

Héraclite est un des premiers maîtres de la dialectique. Est-il obscur ou bien poète de la Nature autant que philosophe ? Sa vision du monde en mouvement dans sa densité éternelle est actuelle, selon le mot de Nietzsche : le monde, dans son éternel besoin de vérité, a éternellement besoin d'HéracliteLa philosophie à l'époque tragique des Grecs, 1873.

 

Ποταμῷ γὰρ οὐκ ἔστιν ἐμϐῆναι δὶς τῷ αὐτῷ.

On ne descend pas deux fois dans le même fleuve.

 

Les chercheurs d'or creusent beaucoup et trouvent peu.

 

Puisse la richesse ne vous manquer jamais, Ephésiens, afin que votre corruption soit manifeste.

 

Héraclite est notre contemporain.

 

Parménide.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Raphaël, Parménide, L'École d'Athènes, détail, 1509-1510

 

De son poème Sur la nature ne nous sont parvenus que cent cinquante vers : un préambule, où le poète est présenté à la déesse Dikê, une première partie sur la vérité, une seconde sur l'opinion.

 

Εἰ δ΄ ἄγ΄ ἐγὼν ἐρέω, κόµισαι δὲ σὺ µῦθον ἀκούσας : ἡ µὲν ὅπως ἔστιν τε καὶ ὡς οὐκ ἔστι µὴ εἶναι.

Allons, je vais parler et toi recueille mes paroles : être est et non-être n'est pas.

 

Τὸ γὰρ αὐτὸ νοεῖν ἐστίν τε καὶ εἶναι.

Même chose se donne à penser et à être [et c'est l'être].

 

Si l'être est et si le non-être n'est pas, alors que la pensée et l'être ne font qu'un, comment puis-je penser le non-être ? Parménide refuse le concours des sens et en même temps il écrit : Allons, je vais parler et toi recueille mes paroles.

 

La perception est au cœur de la question.

Qu'y a-t-il (à penser) ? Que perçoit-on ? Voyons René Magritte, La Condition humaine I, ouvrons le dialogue.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

René Magritte, La Condition humaine I, 1933, The National Gallery of Art, Washington

 

_ Qu'y a-t-il derrière la toile peinte posée sur un chevalet devant la fenêtre ? Ce qu'on voit sur la toile ? Une imagination de l'artiste ? Rien ?

_ Que voit-on derrière la toile peinte posée sur un chevalet devant la fenêtre ? Evidemment, on ne voit rien.

 

On peut apprendre à regarder.

Le réel n'est ni de l'ordre d'un univers idéel dont ne nous serait donnée que l'ombre portée ni de l'ordre d'une pure représentation détachée. Nous sommes impliqués dans notre perception du monde et en même temps nous partageons notre expérience avec d'autres témoins (le dialogue, τὸ διάλογος). Ce que nous révèle une œuvre d'art – notre histoire toujours recommencée.

 

Empédocle.

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

Michael Wolgemut and Wilhelm Pleydenwurff, Empedocles, gravure, Liber chronicarum, 1493

 

Empédocle d'Agrigente eut un rôle politique majeur dans sa cité. En démocrate, il lutta contre les ennemis de la liberté qui aspiraient à la tyrannie. Il ne reconnaissait qu'un seul dieu, la Matière éternellement vivante, sans cesse mouvante, conscience pensante et réalité sensible. Il s'opposait à ceux qui faisaient du sacré une profession et voulait briser les cages de la servitude, lever les interdits : pour cela, on le bannit.

Dans son poème philosophique Sur la nature de l'univers, il réalise une synthèse de la pensée de ses prédécesseurs. Quatre éléments composent l'univers : le feu, l'air, la terre et l'eau, en même temps matériels et doués de conscience. Deux forces conduisent l'univers selon des cycles nécessaires : la Haine et l'Amour.

Selon Nietzsche, il est « la figure la plus bariolée de la philosophie ancienne ».

Yves Battistini, Trois contemporains – où est la vérité ?

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de chinoiseries
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 00:15
Damien Guillon, Le Banquet Céleste, J. S. Bach Psalm 51, A. Vivaldi Nisi Dominus

J. S. Bach Psalm 51 BWV 1083 (after Pergolesi's Stabat Mater), A. Vivaldi Nisi Dominus RV 608, Le Banquet Céleste, Damien Guillon, contre-ténor & direction, Céline Scheen, soprano, Glossa, 2016

Damien Guillon, Le Banquet Céleste, J. S. Bach Psalm 51, A. Vivaldi Nisi Dominus

Damien Guillon, né en 1981, a suivi sa première formation musicale en 1989 à la Maîtrise de Bretagne dirigée par Jean-Michel Noël. Il étudie ensuite au sein de la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles, dirigée par Olivier Schneebeli. En 2004, il est admis au sein de la Schola Cantorum Basiliensis pour y suivre l’enseignement du contre-ténor Andreas Scholl – on l'entend. Il étudie également l’orgue et le clavecin. Dès son enfance, il se produit sur de nombreuses scènes, en France et à l'étranger. En 2009, il crée son ensemble Le Banquet Céleste avec lequel il travaille sur le répertoire baroque – sa discographie est déjà riche de récompenses et d'éloges.

 

Le Banquet Céleste, Damien Guillon / Céline Scheen, Bach et l'Italie

 

Damien Guillon, Le Banquet Céleste, A. Vivaldi Nisi Dominus RV 608, Glossa, 2016

 

Son interprétation lumineuse de deux psaumes, l'un de Bach inspiré du Stabat Mater de Pergolesi, l'autre de Vivaldi, dans sa dimension éminemment concertante, est merveilleuse.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 00:15
Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin (Γιάννης Ξανθούλης, Ο Τούρκος στον κήπο, Εκδόσεις Καστανιώτη, 2001), traduit du grec par Florence Lozet, Actes Sud, 2005 – Illustration de couverture : Bo Bartlett, Noreaster (détail)

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

Né en 1947 à Alexandroupolis, près de la frontière turque, Yannis Xanthoulis vit aujourd'hui à Athènes. Certains de ses nombreux romans, extrêmement populaires en Grèce, sont traduits en plusieurs langues.

Selon l'éditeur

 

Athènes, été 1958. Le jeune Ilias, qui vient de perdre sa mère, s'installe chez son père et sa belle-mère, domestiques à demeure d'une octogénaire d'origine turque. Quand celle-ci rencontre le fils de son jardinier, la vieille dame est étonnée par la prescience qu'il semble avoir de certains détails la concernant, et elle se persuade bientôt qu'il pourra lui permettre d'entrer en contact avec son frère adoré, mort trop tôt. Dans une maison bruissante de mémoire et embaumée de parfums insolites, Ilias devient malgré lui le passeur d'une histoire de sang dont l'épilogue se jouera, quarante ans plus tard, dans une Istanbul transfigurée par la neige.

Si les fantômes s'abritent dans l'ombre de ce roman, c'est pour contraindre les vivants à affronter les renoncements et les impostures sur lesquels se sont construites leurs vies. Car cette métaphore onirique des relations gréco-turques est nourrie d'une réflexion sur la peur de l'autre l'Etat voisin, l'inconnu, l'adulte qu'on devient en grandissant, et sur le destin, sur les héritages inéluctables qu'il faut assumer sous peine de se perdre.

Selon l'éditeur

 

Ce n'était quand même pas un monstre, ce gamin !

 

Héraclès et Vasso vont ensemble.

 

Héraclès est le père d'Ilias. Vasso est la mère de Bella. Ilias a perdu sa mère et Bella a perdu son père : ils sont orphelins.

 

Vasso sent circuler dans la chambre rose de sa patronne comme des traces de l'abîme bienveillant de la religion. Comme une « nausée sacrée ».

 

La vieille dame, Méropé-Justine-Rana, est capricieuse.

 

Mehmet, jeune orphelin recueilli par sa vieille tante Zeynep, serait-il en miroir d'Ilias en un autre temps ?

 

Un jour, Ilias connaît un vomissement hors du naturel, un déluge de mots inconnus à la manière des parolles gelées.

 

Nourritures terrestres, un fil bien connu des lecteurs de Libellus.

 

Ilias commence à avoir faim. Se présente alors une poule au pot, une grosse poularde ramenée du champ voisin, avec salade et fromage.

 

Plus tard... A Constantinople, un festin lui est servi par Kaplanzi, un Turc.

 

La table est mise de roses blanches et jaunes fraîchement cueillies. En entrée, un potage de simples poireaux, une soupe délicieuse accompagnée d'un vin noir dans une carafe en cristal. Suit un mets nomade d'Anatolie : Viande d'agneau, graisse, riz, gros sel, poivre noir et noix muscade, le tout cuit à la braise dans une sorte de puits en terre. La cervelle de l'animal trône, entière, au centre du plat. Les couilles sont broyées dans le riz avec le sel et le poivre.

 

Bon appétit !

 

Le vin est enivrant. On se rafraîchit la bouche, avant le dessert, en mordant un radis ferme et piquant.

On apporte alors le baklava, décoré de feuilles d'or broyées au-dessus de la surface croustillante. Il y eut encore du halva blond avec de la poudre de cannelle et des noisettes grillées. Et de la confiture de roses.

Un café ? Lourd, odorant et bien évidemment turc – servi dans la bibliothèque.

 

Ilias entend la voix d'Ella Fitzgerald, Holy night.

 

Ella Fitzgerald ft Ralph Carmichale & Orchestra, Silent Night, Capitol Records, 1967

 

La neige tombait toujours.

 

Un Kaplanzi peut en cacher un autre.

 

Ilias... Il eut faim subitement quand d'alléchantes odeurs de friands à la viande hachée et aux épinards lui chatouillèrent le nez. Il entra dans un café-restaurant et goûta aux feuilletés que des femmes d'Anatolie, expertes, pétrissaient devant lui en petite tenue, accroupies devant des tables basses recouvertes de farine.

 

Ce roman goûtu taquinant nos papilles décrit un monde chiffré et corrompu, injuste et glacé.

 

Yueyin, une frugale, moins objective que Lou dans sa relation, a aimé l'œuvre « pour sa réinterprétation onirique des Grandes espérances ».

Yannis Xanthoulis, Un Turc dans le jardin – La neige tombait toujours

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 00:15
Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music

Deux amis liés dans la mouvance de la samba et de la bossa nova depuis cinquante ans – un siècle à eux deux.

 

Gilberto Passos Gil Moreira, Gilberto Gil, né le 26 juin 1942 à Salvador de Bahia, est un musicien, compositeur, interprète brésilien – ancien ministre de la Culture au gouvernement Lula da Silva, entre 2003 et 2008.

 

Caetano Emanuel Viana Teles Veloso, Caetano Veloso, né le 7 août 1942 à Santo Amaro da Purificação dans l'Etat de Bahia, est un musicien brésilien parmi les plus populaires – João Gilberto a dit à propos de la contribution de Caetano à la musique brésilienne : « il a ajouté une dimension intellectuelle à la musique populaire brésilienne »,

 

Caetano Veloso / Gilberto Gil / Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

 

Une merveille ! Chantons et dansons sur un rythme lent, loin des rythmes barbares, malgré les rythmes fous. La fête est dissociée du bruit.

 

Caetano Veloso & Gilberto Gil, Coração vagabundo, in album Two Friends, one century of music, Sony music (2 CD, 1 DVD), 2016

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 01:15
Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons (Δημοσθένης Κούρτοβικ, Η νοσταλγία τῶν δράκων, Εστία, 2000), traduit du grec par Caroline Nicolas, Actes Sud, 2004

 

Une momie préhistorique disparaît du sous-sol poussiéreux d’un musée athénien. Le professeur Ion Dragonas, conservateur du musée, est pris à partie publiquement, accusé d’incompétence par les uns, soupçonné de complicité avec les ravisseurs par les autres. Pour prouver son innocence, mais surtout pour récupérer un trésor qu’il ne se pardonne pas d’avoir mésestimé, il parcourt l’Europe en compagnie d’Andromaque Koutroubas, jeune commissaire de police chargée de sa surveillance, mais bientôt aussi de sa protection. Car la momie ne reste pas longtemps la seule victime de mort violente.

D’Athènes à Gênes, Copenhague, Berlin, et jusqu’au cœur des Balkans, au fil d’une enquête qui mêle coups de théâtre, rencontres étonnantes et découvertes anthropologiques, le professeur et son acolyte croisent les témoins et acteurs d’un monde en déroute qui a vu s’écrouler ses utopies en même temps que le mur de Berlin. Dans la science ou dans le pouvoir, dans le sexe ou dans la foi, chacun cherche désespérément un sens à donner à sa vie – ou à sa mort.

4e de couverture

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Scientifique, critique littéraire, écrivain et traducteur, Démosthène Kourtovik est né en 1948 à Athènes. Il a étudié la biologie à Athènes et à Stuttgart et a terminé en Pologne un doctorat consacré à l’évolution de la sexualité humaine au cours des âges – une matière qu’il a ensuite enseignée à l’université de Crète, en même temps que la sexualité dans l’art. Il est aujourd’hui critique littéraire pour le journal Ta Néa. Il a déjà publié une quinzaine d’ouvrages (romans, recueils de nouvelles, essais, aphorismes, etc.) et traduit un grand nombre de livres de huit langues différentes. Il maîtrise au total une quinzaine de langues. Certains de ses romans ont été traduits en allemand, italien, suédois et danois.

Selon l'éditeur

 

Incipit

 

LE 3 AOÛT, DANS LE TRAIN ZURICH-STUTTGART

 

Au troisième jour de leur voyage, la commissaire Andromaque Koutroubas demanda à son compagnon de route, ou plus exactement son détenu, le professeur Ion Dragonas :

Dites-moi, monsieur le professeur... Pourquoi au juste cette momie est-elle si importante ?

Plaît-il ?

[...]

Plaît-il ?

[...]

Cela dit, savez-vous où a été trouvée la plus ancienne momie humaine ?

En Grèce, n'est-ce pas ?

 

Eh bien, la momie la plus ancienne, tout au moins dans l'Ancien Monde, serait Ötzi, l'homme de la vallée de l'Ötztal, mort congelé dans un glacier.

La momie d'Ibykos, notre chère disparue, est peut-être bien plus ancienne – sept ou huit mille ans.

Ibykos a été assassiné : s'agirait-il du premier meurtre attesté dans l'histoire de l'humanité ?

 

Ion Dragonas reçoit régulièrement une lettre du Centre mondial de la biographie : l'emblème de la Fondation est un serpent rouge qui s'enroule autour d'un cormoran blanc. Première piste, première secte.

 

A Stuttgart, en attendant le train pour Münster, Ion et Andromaque se rendent au restaurant : il choisit des saucisses aux lentilles – il y a des compensations dans le long périple du récit, même si Andromaque n'apprécie pas le goût de son compagnon.

 

Les fidèles de la Lune mère pratiquent le suicide collectif, selon un plan qui représenterait un Z de travers.

Nouvelle piste, autre secte.

 

Peut-être les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être.

 

En effet, une troisième secte serait sur la piste de la momie, un chemin jonché de cadavres – on ne s'ennuie pas en voyage.

 

On se rappelle la parole de Tobie.

 

De même, j’enterrais tous ceux que tua Sennakérib. Il faut savoir que, lorsqu’il revint en fuite de Judée, aux jours du jugement que lui infligea le Roi du ciel pour les blasphèmes qu’il avait proférés, Sennakérib tua, dans sa fureur, de nombreux fils d’Israël ; je dérobais leurs corps et je les enterrais ; Sennakérib les chercha et ne les trouva pas.

Tobie, 1, 18

 

Les péripéties se répètent et ça part dans tous les sens : « Plus on en sait, moins on comprend. »

 

D'où vient Ibykos ? Là est l'énigme.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Partons pour les îles.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

Ibykos viendrait de Kimolos, un îlot près de Milos dans l'archipel des Cyclades.

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

La roue tourne !

 

Où se trouve Ibykos ? A Wrocław, c'est bien sûr ! Est-ce bien Ibykos ? C'est peut-être un montage. S'agirait-il d'un complot ?

 

Le mot de la fin. Irina, jeune et néanmoins ancienne amie de Ion Dragonas agonisait dans les métastases. Bonne nouvelle – quoique peu rassurante même si l'anecdote est fréquente –, les médecins se sont mélangé les pinceaux dans les analyses : ses douleurs viennent d'une maladie bénigne, elle est guérie !

 

Rocambolesque ! selon Yueyin qui ne craint pas le fantôme de Pierre Ponson du Terrail : - )

Démosthène Kourtovik, La nostalgie des dragons – D'où vient Ibykos ?

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 01:15
Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines – Locke, Marais, Rameau, Rebel, Vivaldi, Telemann – 1674-1764, Le Concert des Nations, dir. Jordi Savall, Alia Vox, 2016

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

Jordi Savall, Les Eléments : Tempêtes, Orages & Fêtes Marines

 

Ecoutez !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans du champ du signe
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 01:15
Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses – l'amour, non la haine

Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses, Actes Sud, 1999 – Illustration de couverture : Sir Edward Burne-Jones, La Roue de la Fortune (détail), 1883

Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses – l'amour, non la haine

Sébastien Lapaque, © Marc Melki

 

Né à Tübingen, en Allemagne, le 2 février 1971, Sébastien Lapaque est romancier, essayiste et critique au Figaro littéraire. Les Barricades mystérieuses, son premier roman, a paru dans la collection Babel Noir en 1998. Il a ensuite publié Les Idées heureuses, Actes Sud, 1999, prix François Mauriac de l’Académie française. Ecrivain aux curiosités multiples, disant, après Paul Valéry, « J’ai beau faire, tout m’intéresse », il a également publié de nombreuses préfaces, des livres de cuisine avec le chef béarnais Yves Camdeborde – Room Service, Actes Sud, 2006 –, des essais consacrés à la vigne et au vin, un pamphlet contre le président de la République, Il faut qu’il parte, Babel, 2012, un sermon, Sermon de saint François d’Assise aux oiseaux et aux fusées, Stock, 2008, et un journal, Au hasard et souvent, Actes Sud, 2010.

Selon l'éditeur

 

Clara et Philoctète n’ont rien de commun. Quand Philoctète n’aime que la beauté, les livres, la lenteur, l’histoire et… l’amour, quand il revendique son identité de Grec ancien, Clara traverse son époque comme en apesanteur. Harnachée pour la guérilla urbaine, elle est allée au bout de toutes les expériences. Par curiosité, ou par désœuvrement.

Ces deux-là pourtant se sont vus, et se sont reconnus. Sous le masque insupportable du dandy, malgré son intarissable logorrhée et ses grands airs, Clara a su découvrir l’homme et sa sensibilité. Voilà les deux amants en cavale, loin de Paris, loin de ce milieu littéraire des années quatre-vingt-dix qui sert de toile de fond au roman et que Sébastien Lapaque dépeint avec une clairvoyance que n’altère pas la férocité.

Mais l’enjeu de ce roman est ailleurs : maniant avec brio un style affirmé et voyageant en humaniste sur les sentiers d’une éblouissante culture classique, l’écrivain qui a su rester attentif aux intermittences du cœur dit ici avec force que roman et romantisme ne sont pas morts.

4e de couverture

 

Incipit

 

16 avril

Ils partirent avant la fin de la nuit.Depuis trois jours, une pluie glacée tombait sur Paris. Le boulevard Brune, qui baignait dans une lumière bleue, ressemblait à un fleuve. Porte d'Orléans, ils prirent le périphérique en direction de Rouen. Presque seuls à cette heure, ils laissèrent la ville assoupie derrière eux.

Clara conduisait, heureuse, étonnée. A ses côtés, Philoctète se taisait.

 

Lorsque Clara et Philoctète passèrent Chartres, Nougaro chantait Quatre boules de cuir. Cette chanson allait bien avec la confusion de leurs sentiments.

 

C'est un récit en chanson – Nougaro, Brel, Trenet...

 

Philoctète contemplait Clara. Il aimait son joli visage découpé à l'antique. En quelques semaines, elle était devenue son inspiratrice, son héroïne, son Antigone – la déesse Flore peinte par Poussin.

Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses – l'amour, non la haine

Nicolas Poussin, Le Triomphe de Flore, ca 1627

 

Philoctète se sent comme dans un monde en apesanteur, également un monde décadent.

 

Nourritures terrestres, un fil de lecture – Sébastien est un fin gourmet.

 

Souvenirs... Avec Eva, nous avons bien déjeuné. Après une assiette de jambon de Parme servie avec des figues, ils avaient mangé d'excellents petits rougets cuits en papillote avec du thym frais, des poivrons, des tomates, de la fleur de sel.

Un château-de-pibarnon 1990, pour le poisson, et des bordeaux au moment du fromage. Enfin, un peu à l'écart, près d'un bouleau minuscule, un café accompagné de grappa.

 

Clara et Philoctète entrent en Ille-et-Vilaine, trente-cinq, département célinien. Elle n'aimait pas Céline. Le premier jour où elle avait vu Philoctète, ils en avaient longtemps parlé. Elle lui avait expliqué sa honte à ne pouvoir lire plus de trente pages de Voyage au bout de la nuit.

Mais pourquoi honte ? avait répondu Philoctète. Tu te laisses facilement impressionner par les profs... Laisse-toi guider par ton plaisir... Lorsqu'un livre te déplaît, jette-le et prends-en un autre.

 

Ils approchaient de Rennes. Ils se promèneraient dans les rues de la vieille ville ; à midi, ils trouveraient un restaurant pour déjeuner ; sur la carte, Philoctète choisirait un vin de Loire qui plairait à Clara.

 

La vie allait devenir simple.

 

Clara songe à son jeune passé, à son amie Zelda. Elles se retrouvent au restaurant : Potage phở, carafe d'eau, le menu rituel de leur déjeuner hebdomadaire.

 

Ils avaient fui, Clara ne savait toujours pas pourquoi.

Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses – l'amour, non la haine

Ange au Sourire, cathédrale Notre-Dame de Reims – sculpté entre 1236 et 1245

 

Un ange gardien veille.

 

Un ange ?

Appelle-le comme tu voudras. Un δαίμων, un génie, si tu préfères. Messager des dieux et du destin.

 

Une leçon (de Philoctète pour Clara) : comment produire un best-seller ? Du cul, dans le style de Mme de La Fayette, des traductions dans le monde entier, une adaptation cinématographique, un procès à scandale – la fortune programmée dans la modernité éditoriale.

Sébastien est caustique, il connaît bien le monde et l'histoire... On n'enseigne pas l'histoire de France aux jeunes générations. On leur apprendrait le devoir de révolte.

 

Les fugitifs poursuivent leur route.

 

C'est bête quand on y pense, fit-elle.

Quoi ?

D'être obligé de se raconter des histoires.

Dehors, le soleil ne s'était pas encore levé.

 

Que fuient-ils ?

 

Une belle histoire d'amour. Une fable. Un conteur malicieux.

Sébastien Lapaque, Les Idées heureuses – l'amour, non la haine

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 01:15

Mensonge et vérité, un motif qui suit son cours depuis...

 

Un mensonge, naturellement, comme tout le reste.

...

Nous découvrirons bien la vérité.

...

Nous voulons toute la vérité !

...

La vérité finit toujours par triompher.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve, (To Your Scattered Bodies Go, 1971 – Prix Hugo, 1972), traduit de l'américain par Guy Abadia, Le Livre de poche, 1992 – illustration de couverture : Dessin Manchu

 

At the round earth's imagined corners, blow

Your trumpets, Angels, and arise, arise

From death, you numberless infinities

Of souls, and to your scattered bodies go,

All whom the flood did, and fire shall o'erthrow,

All whom war, dearth, age, agues, tyrannies,

Despair, law, chance, hath slain, and you whose eyes,

Shall behold God, and never taste death's woe.

But let them sleep, Lord, and me mourn a space,

For, if above all these, my sins abound,

'Tis late to ask abundance of thy grace,

When we are there; here on this lowly ground,

Teach me how to repent; for that's as good

As if thou hadst seal'd my pardon, with thy blood.

John Donne, Holy Sonnets, VII

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Le jour du grand cri, tous les humains qui avaient jamais vécu se réveillèrent, nus, sur les rives d'un fleuve immense, le Fleuve de l'éternité. Trente ou quarante milliards, issus de toutes les époques et de toutes les cultures, chacun parlant sa langue, chacun ayant sa conception de l'au-delà, et immensément surpris de se retrouver vivants.

Parmi eux, des ressuscités célèbres en leur temps, l'explorateur Richard Burton, Sam Clemens, alias Mark Twain, Jean Sans Terre, Hélène de Troie, Cyrano de Bergerac, Mozart, Ulysse. Et tous les autres.

Tous se demandent qui a construit ce monde impossible, qui les a ramenés à la vie. Et pourquoi ?

Il a fallu le talent immense de Philip José Farmer pour évoquer cet univers picaresque, démesuré, à la dimension du passé et de l'avenir de l'humanité, où se mêlent avec allégresse science-fiction, aventures et histoire authentique.

Le Monde du Fleuve a obtenu le Prix Hugo.

Le cycle du Fleuve de l'éternité, qui compte parmi les chefs-d’œuvre incontestés de la science-fiction, comprend cinq volumes : Le Monde du fleuve (Prix Hugo), Le Bateau fabuleux, Le Noir Dessein, Le Labyrinthe magique, Les Dieux du fleuve.

4e de couverture

 

His wife had held him in her arms as if she could keep death away from him. He had cried out, « My God, I am a dead man ! »

 

Sa femme l’avait tenu dans ses bras comme si cela pouvait empêcher la mort d’approcher. Il s’était écrié : « Mon Dieu, c’est la fin ! »

 

Death, the Destroyer of Delights and the Sunderer of Society, had arrived at last.

Blackness. Nothingness. He did not even know that his heart had given out forever. Nothingness.

 

La Mort, qui détruit les plaisirs et extermine les sociétés, était enfin venue le prendre.

Vide et obscurité. Il ne savait même pas que son cœur avait cessé de battre pour l’éternité. Ténèbres et néant.

 

Richard Francis Burton est mort. Et pourtant il se voit, seul éveillé, flottant dans un espace indéterminé, ni paradis ni enfer, sans terre ni ciel, parmi d'autres corps endormis, tous jeunes, glabres et nus – des millions, des milliards d’êtres humains en suspension.

 

Richard Francis Burton a vu ce qu'il ne devait pas voir.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Vient alors la chute : tous se retrouvent sur une plage d'herbe, dans une vallée, encadrée par de hautes montagnes, où coule le Fleuve.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Lewis Carroll, Alice Liddell as a beggar girl, 1858

 

En compagnie d'Alice Pleasance Liddell Hargreaves, de Hermann Goering, de Monat Grrautut, le Tau Cetien, venu d'un satellite de l’étoile Tau Ceti, de Peter Jairus Frigate (PJF, comme Philip José Farmer), de Kazz, un Néandertalien, de John Collop et de bien d'autres, Richard Francis Burton, le voyageur, l'explorateur, l'aventurier, entreprend de remonter aux sources du Fleuve à la quête de la vérité.

 

Son premier voyage était passé par ce qu’il appelait « la voie suicide express »

La noyade permettait de ressusciter en un autre lieu de la vallée. Il était sans cesse en mouvement, sans cesse en train de sauter d’un point du Fleuve à un autre.

 

Un beau jour, il s’avisa qu’il devait détenir une espèce de record. La mort était devenue sa seconde nature. Si ses calculs étaient exacts, il venait d’utiliser la « voie suicide express » pour la sept cent soixante-seizième fois !

 

Sept ans après son premier suicide, enfin, il atteignit pour la seconde fois la région du pôle Nord.

C’était son sept cent soixante-dix-septième « saut ».

 

Avec ses compagnons, il construit un bateau de fortune, Le Hadji, en vue d'un pélerinage – non pas à La Mecque, mais à la source.

 

L'aventure commence entre guerres et amours – le monde du Fleuve, dans sa diversité, ressemble à l'ancien monde.

 

Et Dieu dans tout ça ? Peut-être se nomme-t-il Ethique ? Richard Francis Burton s'est peut-être réveillé trop tôt avant la chute grâce au secours d'un Mystérieux Inconnu, l'un des Ethiques, bon ange ou traître démon.

 

Quel est le plan des Ethiques ?

 

Que comptes-tu faire, Richard ? demanda Frigate.

J’ai l’intention de construire un bateau pour remonter le Fleuve. Jusqu’au bout ! Veux-tu m’accompagner ?

 

Un chef-d'œuvre, doit-on le dire ?

 

* * *

 

Le Fleuve de l'éternité.

 

Le Bateau fabuleux, The Fabulous Riverboat, 1971.

Où l'on suit la construction d'un navire de fer et d'acier provenant d'une météorite dirigée volontairement sur la planète par un Ethique « renégat », le Grand Inconnu, qui ne veut pas voir se réaliser le noir dessein des autres Ethiques.

La construction du bateau est contrariée par les guerres et autres stratégies de conquête du pouvoir dans un petit monde à échelle humaine, trop humaine.

 

- - -

 

Le Noir Dessein, The Dark Design, 1977.

Pour remonter à la source, à la vérité, les compagnons en quête du Graal construisent deux dirigeables. Le récit explore des questions politiques et métaphysiques.

 

- - -

 

Le Labyrinthe magique, The Magic Labyrinth, 1980.

L'aventure se poursuit dans la remontée du fleuve par Le Bateau libre de Sam Clemens à la poursuite de Jean sans Terre à bord du Rex. Scènes d'action et réflexion sur le sens de la vie et de la résurrection.

 

- - -

 

Les Dieux du fleuve, Gods of Riverworld, 1983.

L'homme peut-il devenir un Dieu ?

Quelques Lazares parviennent au sommet de la Tour qui domine le Fleuve et se retrouvent investis de pouvoirs divins.

Parmi ces Lazares, on retrouve Richard Francis Burton, l'explorateur, Alice Liddell, la petite Alice de Lewis Caroll, Peter Jairus Frigate, alias Philip José Farmer.

Philip José Farmer, Le Monde du Fleuve – mensonge et vérité

Défi Science-Fiction, Fantasy, Fantastique & Diversité, avec Lhisbei et Yueyin.

Une lecture commune est prévue en ce jour avec Yueyin.

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 01:15
Christos Chryssopoulos, La Destruction du Parthénon – ruines et décombres

Christos Chryssopoulos, La Destruction du Parthénon (Χρήστος Χρυσόπουλος, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, Εκδόσεις Καστανιώτη, 2010), roman traduit du grec par Anne-Laure Brisac, Actes Sud, 2012 – Illustration de couverture : © Kamil Vojnar / Trevillion images

 

« Il faut faire sauter l’Acropole ! » – tel était l’appel lancé en 1944 par le cercle surréaliste Les Annonciateurs du chaos. Soixante ans plus tard, un jeune homme vient de passer à l’acte. Le Parthénon a été pulvérisé, la ville est orpheline. Est-elle encore elle-même ?

Tous les regards sont tournés vers la colline vide embrumée de fumée et de poussière. Plusieurs voix résonnent, faisant entendre leur consternation, leur indifférence, leur fanatisme. Quel mobile, quelle punition, pour cet acte inqualifiable ? Quel avenir, pour le pays amputé ?

La Destruction du Parthénon est un objet littéraire singulier, qui ouvre des champs de réflexion sur l’art et la ville, sur l’histoire et l’identité, sur la justice et le sacré. Et qui propose à la Grèce contemporaine une voie plus métaphorique qu’iconoclaste pour aller de l’avant.

4e de couverture

Christos Chryssopoulos, La Destruction du Parthénon – ruines et décombres

Romancier, essayiste et traducteur, né en 1968, Christos Chryssopoulos est l’auteur d'une douzaine d'ouvrages. Il est en Grèce l’un des écrivains les plus prolifiques et les plus originaux de sa génération. Ses livres, traduits en cinq langues, ont été distingués par des prix en Europe et aux Etats-Unis. Lauréat du prix de l’Académie d’Athènes en 2008, il enseigne au Centre national du livre grec et publie régulièrement des articles de critique et de théorie littéraire. Membre du Parlement culturel européen (ECP), il a fondé et dirige le festival littéraire Dasein, qui réunit tous les ans à Athènes écrivains et artistes de la scène internationale.

Pour ses romans parus chez Actes Sud, Christos Chryssopoulos a participé à de nombreuses manifestations littéraires en France, notamment le festival des littératures européennes de Cognac, le festival Est-Ouest de Die, le festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo, le festival Passa Porta de Bruxelles, le festival Ecrivains en bord de mer à La Baule...

Selon l'éditeur

Christos Chryssopoulos, La Destruction du Parthénon – ruines et décombres

La colline qui surplombe la ville est orpheline.

 

A l'endroit où se dressait notre édifice le plus représentatif, le plus précieux, s'étendent aujourd'hui le ciel vide et un spectacle désolant de ruines et de décombres.

 

La catastrophe a surgi presque silencieusement. En ville, l'immobilité est devenue totale, le temps s'est arrêté.

Les médias, l'évêché, la police se sont agités. Le criminel a été retrouvé. Il s'appelle Ch. K. […], c'est un jeune marginal de vingt et un an, sans emploi.

 

Témoignages recueillis le jour même

 

« Il vit seul, on ne le voit pas souvent. Il ne vit pas comme tout le monde. Il parle peu. »

« Je ne vois pas du tout de qui vous parlez. »

« L'homme sur lequel vous enquêtez n'existe pas. »

« Je ne me souviens pas. »

« Il aime les rêves extraordinaires. Il y a quelque chose d'héroïque en lui. Il parle de façon romantique. »

« Laissez-le tranquille. »

 

Probable monologue de Ch. K., auteur des faits

 

Nul idéal, nulle préméditation, juste le plaisir de créer un événement à la Une des journaux, l'acte dont tout le monde parle.

Etre le maître en ce monde terne où plus personne ne s'étonne.

Il faut faire sauter l'Acropole !

Yorgos V. Markaris, le poète, l'auteur de cette proclamation, tenait que le culte des ancêtres était responsable de la déchéance intellectuelle et idéologique de la Grèce.

 

Un « Nouveau Parthénon » est en construction.

 

Curieux récit en mosaïque : fragments de témoignages... Une fiction ? L'événement a-t-il eu lieu autrement qu'en l'ordre de la métaphore ? Ch. K., auteur des faits ne serait-il pas l'auteur du récit ?

Une brillante démonstration d'écriture.

Stimulant ! nous dit Yueyin.

Christos Chryssopoulos, La Destruction du Parthénon – ruines et décombres

2016, année grecque, avec Cryssilda et Yueyin !

 

Partager cet article

Repost 0
Lou de Libellus Lou de Libellus - dans de litterrance
commenter cet article

 


 
Handicap International

un clic sur les images